Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2018 2 31 /07 /juillet /2018 18:08
L'univers de ZORRA...
L'univers de ZORRA...
L'univers de ZORRA...
L'univers de ZORRA...
L'univers de ZORRA...
L'univers de ZORRA...
L'univers de ZORRA...

L'univers de ZORRA...

Pour les fans de Frank Zorra qui ne sont pas partis en vacances, voici un article spécial qui va déployer quelques œuvres mais, en premier lieu, voici un hommage poétique au détective qui n'émane pas d'une dame mais d'un adhérent, lecteur des nouvelles de Nyons. C'est une lecture conseillée pour les vacances : visitez Nyons, ville sublime au parfum de lavande et d'olives, la ville qui a vu grandir René BARJAVEL et qui possède encore la dernière scourtinerie de France, tout en suivant les enquêtes de Frank. (recueil : 9 euros)

Prolongation de la promotion : Je suis né à Marseille-Mésaventures de détective-Il était une... Femme,  la trilogie pour pour 30 euros.

La seule différence entre Nyons et le paradis, c'est qu'à Nyons on est bien vivant.

René BARJAVEL

 

Pour parler Frank 

Pensant le temps tuer,

Tel un habitué

Qui change d’autobus,

Un jour sans aller loin

L'a voulu faire plus

Pour être le témoin

Des dessous de l’histoire,

Ceux qui fleurent si bon,

Ceux qui puent, c’est notoire

Car issus des bas-fonds,

Ceux qui créent le frisson

Jusqu’à la pâmoison,

Ceux qui restent troublants

Même s’ils sont tout noirs

Et tous ceux qui sont blancs

Mais qu’on ne peut pas voir…

 

 

Sans doute est-ce un secret,

Mais en quelle saison

Et pour quelle raison

(Je suis bien indiscret

De vous le demander

Car je le dis tout franc)

Avez-vous décidé

Un beau jour d'être Frank ?

De payer à Zorro

Jusqu’au dernier carat

Ce que le sieur Zorra

Devait à ce héros ?

 

 

De Nyons à Marseille

Épris du jus de treille

Vous voilà détective

Carburant  au pastis

Ou à l’huile d’olive

Mais enquêtant gratis.

Nul besoin de discours :

Vite vous accourez

Pour voler au secours

De la veuve éplorée.

Dès que l’on vous appelle

Vous voilà sur les traces

(Même si c’est cocasse)

De qui se fait la belle !

Bref vous élucidez

Tout ce qui est mystère.

De l’amant trucidé

Qu’on retrouve par terre,

Des ciseaux dans le dos

À cette belle ado

Offerte  en cadeau

En baisser de rideau…

 

 

On passe au fil des pages

De l’humour à l’orage

Du mot coquin

Mais pas grivois

Au mot taquin

Ou  très courtois,

Celui qui émoustille

Ou celui qui pétille…

C’est joliment tourné,

Même les pieds de nez !

S’il reste un vague à l’âme,

Vite on sèche ses larmes

On joue tel le dauphin

Avec les sentiments,

Regrettant seulement

De lire le mot FIN.

 

Bernard Oursinus

 

Autre poème (quatrain) adressé à Frank dans le livre : Des nouvelles de Nyons, récompensé au concours des Apollons d'Or.

 

Quand tu signes Zorra de la pointe de ta plume

Cherchant en fin limier l'origine d'un crime

Ton esprit bouillonnant comme une mer d'écume

Nous offre encore quelques nouvelles sublimes

 

Geneviève CASABURI, co-auteur des Fantômes de Marseille.

 

Des barbelés sur la mémoire

Frank Zorra      Drôles de Vacances.

 

Pourquoi je suis là ? Je n'en sais rien.

Là-bas, de l'autre côté de la montagne, c'est la France, mon pays, j'y retourne… Mais pas seul ! Je ramène une poignée de sans-abri ; pour eux la France c'est le salut, la liberté, le droit de dormir sans qu'une nuit un groupe d'hommes armés viennent vous réveiller pour vous frapper, le droit de manger en famille sans qu'un enfant pleure de faim ou plus simplement de la cruauté du paysage, de la mort d'un petit chien ou bien pire, celle d'un parent.

Et c’est l'an 2000 ; dérisoire !

 

Pourquoi moi ? Allez donc savoir !

J'étais tranquille dans mon Vieux Marseille, pénard, je jouais aux boules, je maugréais sur les impôts à payer, je mangeais la bouillabaisse, en ravivant des calembours à la fille qui ouvrait les coquillages, sourire aux lèvres, un clou dans le nez, la poitrine sans soutien balle en proue comme une publicité au lait maternel, et puis vlan ! Me voilà en mission, désigné pour aller chercher cette famille et lui faire passer les frontières.

Je m'imagine en 1941, la ligne de démarcation, les juifs, les passeurs ; « Heil Hitler » ! Finalement, le monde ne change guère : il conserve ses peurs, ses tremblements ; l’endroit change, il reste une terre d'asile où l'on accueille les malheureux parias sans papiers pour les coller dans un taudis dont ils devront se contenter sous peine d'être rapatriés, tapis dans l'ombre, livrés à la peur, vers leur village détruit ; moitié cendres, moitié décombres. Détruit par quoi ? La bêtise humaine…

C'est un mal, une gangrène, on ne sait pas vivre sans guerre, sans violence et sans accident. Nous sommes évolués maintenant. On se drogue, on s'irradie ; on ne se bat plus à la hache mais au virus mortel.

Et c’est l'an 2000 ; dérisoire !

Pourquoi eux ? Parce qu'ils ont un parent !

Là-bas, un cousin les attend sur un fauteuil roulant se demandant s’il les reverra un jour, bousculé par les gens qui crient : « Encore un immigré ! On est envahi, on n’est plus chez nous ! » Et oui ! C'est un peu vrai qu'il y en a trop ; trop de malheureux, trop de fuyards, trop d'enfants qui ont faim. La terre en gronde, le séisme est pour demain.

Et c’est l'an 2000 ; dérisoire !

Pourquoi cette petite fille ? Parce qu'elle a les yeux bleus ?

On dirait que des étoiles brillent dans ses pupilles quand on lui parle de là-bas, ce pays où les petites filles ont des poupées, des ordinateurs, des jeux électroniques… Et il paraît qu'elles ne sont pas contentes, qu'elles se plaignent de la vie dure ou du divorce de leurs parents… Je regarde cette enfant toute maigre habillée d'une veste mordue au coude, de sandales renforcées par des sachets plastiques pour protéger ses pieds dans la longue marche…

Et je me souviens de ma petite fille au milieu de sa montagne de jouets. Je me dis, Frank, assez fermé les yeux ! Il faut la sortir de là. Ma jambe me fait mal, il faudra opérer plus tard mais je la prends dans mes bras pour la porter… Pour effacer un instant les barbelés qui serpentent dans sa mémoire.

Et c'est l'an 2000, et c'est dérisoire !

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PP éditions
  • : Présentation de nouvelles, poèmes et livres de Provence-Poésie avec ses auteurs attitrés : Denise BIONDO, Frank ZORRA, Danyel CAMOIN, Emile MIHIERE, Joëlle SOLARI... Infos sur les lectures-spectacles et les autres activités avec collège ou maison de retraite...
  • Contact

Recherche

Liens