Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2021 5 11 /06 /juin /2021 21:32
La magie des mots : trois notes en musique pour le lauréat Zavèn SARAFIAN et la présidente du jury : Dominique BAUDOUIN.
La magie des mots : trois notes en musique pour le lauréat Zavèn SARAFIAN et la présidente du jury : Dominique BAUDOUIN.
La magie des mots : trois notes en musique pour le lauréat Zavèn SARAFIAN et la présidente du jury : Dominique BAUDOUIN.
La magie des mots : trois notes en musique pour le lauréat Zavèn SARAFIAN et la présidente du jury : Dominique BAUDOUIN.
La magie des mots : trois notes en musique pour le lauréat Zavèn SARAFIAN et la présidente du jury : Dominique BAUDOUIN.

La magie des mots : trois notes en musique pour le lauréat Zavèn SARAFIAN et la présidente du jury : Dominique BAUDOUIN.

Trois lauréats récompensés par voie postale.
Trois lauréats récompensés par voie postale.
Trois lauréats récompensés par voie postale.

Trois lauréats récompensés par voie postale.

Comme prévu par le règlement du concours de 2021, face aux restrictions sanitaires, remise des prix en petit comité pour récompenser les participants et les lauréats de "La magie des mots".

Résultat du concours :

Prix de l'écrit ou prix Jean di FUSCO : Alice HUGO pour son poème : L'esprit des mots

Prix de la présentation ou prix Joseph LEVONIAN : Bernard ROYER ( Oursinus) pour son poème : Utopie d'où rêveur cible.

Prix du Thème ou prix Francis TRIAY : Chloé DENAYER pour son poème : Rose

Récompense adressée comme prévu par voie postale vers le 15 juin.

Prix spécial annuel, coupe pour les trois notes : Zavèn SARAFIAN avec son poème : Mots Magiques.

Rencontre spéciale au bureau en petit comité et sans accolade où le prix lui a été remis par la présidente du jury et la vice-présidente de l'association, avec l'accordéon d'Alain Verriez qui jouait  : Le lauréat.

Bravo Zavèn et merci Alain !

Les participants particulièrement remarqués, cités ci-dessous, recevront un courrier de remerciement et un bon d'achat dans notre catalogue :

Cindy ANNUNZIATA, Joëlle FOIN, Patricia HOLZL, Marie-Paule LEROI-GOARNISSON, Hélène MAGRON, Isabelle MARTIN, Julianne ROUSSEL, Benjamin SIMON.

Une mini-vidéo représentant Zavèn  SARAFIAN et sa coupe sera publiée ultérieurement en écho à celle de Guy AMSALLEM , gagnant de l'an dernier, cette année dans le jury.

 

 

Article FZ

Les trois poèmes des lauréats récompensés  à distance :

1/ L'esprit des mots

 

Voici le temps venu des derniers crépuscules,

L’heure où l’âge s’écrit en lettres majuscules

Sur le satin fané de mon altier profil

Quand chaque jour ne tient qu’à la vigueur d’un fil.

 

Si ma main tremble un peu, si mon esprit bafouille,

Si, dans ma rêverie, avec entrain je fouille

Afin d’y butiner le miel de vos quatrains,

Poètes ! sachez-le : j’ai goûté vos refrains.

 

Le Verbe n’est-il pas l’éternel sortilège

Qui nous lie à jamais au sein d’un florilège, 

À l’essence des mots, au miracle absolu

D’un échange fécond, sincère et résolu ?

 

Lors sur l’arbre de vie où gazouille ma rime,

J’ai sculpté sans frémir cette allègre maxime :

« Il rit d’oiseaux, le pin dont mon cercueil viendra »,

Car monte de vos cœurs comme un air d’opéra.

 

Peut-être pensez-vous que ma raison divague,

Que mon propos se fait résolument plus vague…

Manants ! Distrayez-moi des ombres du tombeau :

Je suis encor debout, la main sur le flambeau !

 

Alice HUGO

 

 

 

2/ Utopie d'où rêveur cible

 

Je rêve d’imiter ce jongleur si habile :

Faire virevolter dans les airs des cerceaux,

Exige de l’adresse ou s’apprend au berceau.

Plus on manie d’objets, plus l’art est difficile !

Je me contenterai pour jongler de trois mots

Mais j’aurai bien du mal à les lancer très haut !

Je voudrais ressembler au gracieux funambule :

Son pied glisse léger sur le filin d’acier ;

En défiant l’abîme danse le balancier,

Comme si s’envoler n’était qu’un préambule.

Garder un équilibre en enfilant trois mots

Serait faire passer par le chas un chameau … !

Je me verrais aussi en dompteur courageux

Dont le regard défie lion, tigre et panthère,

Qui face à l’éléphant pose un genou à terre,

Sachant qu’à chaque instant il met sa vie en jeu !

À peine ai-je enchaîné dans la phrase trois mots

Que m’échappe leur sens : sauvages animaux !

J’envie émerveillé l’audacieux trapéziste :

Pareil à l’oiseau blanc qui plonge vers le sol

Il rejoint sa compagne et l’attrape en plein vol,

Suivi par les sunlights illuminant la piste.

Le vertige me prend dès que j’écris trois mots…

Dois-je substituer à la plume un plumeau ?

Mais j’admire surtout l’élégant magicien

Qui sort du chapeau noir colombe ou tourterelle,

Lapin, canard, foulards, ballons, baguette, ombrelle…

Et je m’attends à voir débouler un Martien !

S’il fallait par magie que j’invente trois mots

Ils auraient bien du mal à sortir du cerveau !

Je vais donc endosser l’habit du clown Bozo :

Je n’aurai aucun mal à trouver trois bons mots.

Je crois bien que ce rôle à merveille m’ira ! 

Si la vie est un cirque et la mort un point d’orgue,

J’aimerais vous citer ce beau vers de Laforgue :

« Il rit d’oiseaux, le pin dont mon cercueil viendra !»

 

Bernard ROYER dit Oursinus

3/ Rose

 

La solitude de la nuit laisse place au jour

On vagabonde, on s’évade et on rit d’amour

La vie, tranquille, rayonne d’un tout plein de bonheur

Les gens, apaisés, se sont levés de bonne heure.

Une douce chaleur sur le visage, sérénité

Une odeur qui ravage, fleurs d’été.

Derrière ces masques trompeurs cependant

Timides, effacés, se cachent les pleurs d’un enfant.

Autour tout est calme, tout semble merveilleux

Mais la vérité heurte le cœur des malheureux.

Rien dans ce monde ne peut être plus brutal

Qu’un être frêle, replié, dont l’âme va mal.

Une nostalgie destructrice s’empare de lui

Une haine grandissante, tout semble fini.

Il veut crier, hurler, emporté par le vent

Mais rien n’y fait, il est toujours seul sur son banc.

Vacillante, égarée, dans une plaine fleurie

Une femme avance, tenant une rose flétrie,

Une main portée sur le ventre et l’autre sur son cœur

Elle enlace son amour illusoire de mille douceurs.

Un rêve tendre, brisé par la réalité

D’infimes cendres, larmes d’un espoir épuisé.

Elle poursuit, blessée et l’âme souffrante,

Alors que certains rient, d’autres se lamentent.

« Il rit d’oiseaux, le pin dont mon cercueil viendra,

Un autre jour se lève sans toi entre mes bras. »

La femme, épuisée, laisse ses perles couler

La tristesse infâme d’un enfant tant désiré.

Le songe d’un instant devient la souffrance de toujours

Les espoirs s’effondrent, anéantissent le jour.

Lorsque l’ultime rayon traverse les cieux

Une trêve commence, c’est le dernier adieu.

La femme, peinée, poursuivant son chemin

Croise alors l’enfant, le gentil gamin,

S’assied à ses côtés, d’une main l’effleure

Et de l’autre lui tend la belle fleur.

Les regards se mêlent, des pétales s’envolent

Prennent leur essor, échangent leurs rôles

Il n’est rien de plus doux dans un monde pareil

Qu’un orphelin qui renaît, qui croit aux merveilles.

La tristesse s’évade, le courage reprend

Car la rose d’une mère réchauffe le cœur d’un enfant.

 

Chloé DENAYER

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PP éditions
  • : Présentation de nouvelles, poèmes et livres de Provence-Poésie avec ses auteurs attitrés : Denise BIONDO, Frank ZORRA, Danyel CAMOIN, Emile MIHIERE, Joëlle SOLARI... Infos sur les lectures-spectacles et les autres activités avec collège ou maison de retraite...
  • Contact

Recherche

Liens