Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 16:36
muse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburimuse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburi

muse-poète après d'autres rôles... Geneviève Casaburi

La nouvelle muse-poète du semestre de Provence-poésie est Geneviève Casaburi qui effectue une plongée dans le recueil de poésie : son monde poétique concourt à Vaison La Romaine pour le prix du recueil inédit qui est d'ordinaire récompensé par Chris Bernard par 100 exemplaires gratuits.

 

Absence

 

 

Le poème du jour a su tirer des larmes,
Même aux yeux les plus secs, cœurs les plus endurcis.
Ce n'est que vérité qui nous torture l'âme,
L'absence n'est qu'un mot mais elle nous occit.

Fin d'un monde parfait, début de la souffrance,
La fuite monotone et sans hâte du temps,
Laissera une plaie, perdue notre espérance,
Une vie amputée et un vide béant.

Les heures qui coulent, comme sang dans les veines,
Font faiblir, peu à peu, un corps déjà exsangue,
Mais que sera demain, la suite est incertaine,
Une fuite en avant mais guérir à la longue.

 

 

Geneviève Casaburi

 

Réponse :

L'autre absence

 

 

L'absence ne se réfère pas forcément

À quelqu'un qui s'en va, car ce pourrait bien être

Un simple mouvement, un muscle qui se meurt,

Fonction naturelle soudainement enfuie.

Ce qui vous paraissait si simple avant devient

Si compliqué bloqué… Le geste devient lourd.

Puis les carreaux du sol aussi petits qu'ils soient

Pour le corps amoindri, marquent chacun des pas.

Et pour l'handicapé, ce corridor devient,

La main sur la canne, un long chemin de croix.

L'angoisse qui étreint, atteindre un simple but

Devient une espérance, alors qu'on n'a jamais

Penser au gros travail du membre concerné,

Voilà qu'il faut prendre sa jambe à deux mains

Pour l'entrée dans l'auto à l’abri des regards.

Cette absence imprévue de la mobilité

Sans être la pire, est à considérer !

Je n'ose vous nommer celle de la mémoire

Qui peut dans ce cas-là, tuer le souvenir…

De la facilité qu'autrefois on avait.

La pendule marque l’heure inexorablement,

La fuite monotone et sans hâte du temps

Ramène à la maison de l'armoire jusqu'au lit

Goutte à goutte d’espoir entre joie et ennui.

L’espace même réduit est dur à parcourir

Lorsque s'enfuit loin de la machine humaine

Toute mobilité, et qu'on ne marche plus,

Qu’on devient un roulant criant adieu footing,

Et qu’on vient s'enfermer, peu à peu, dans l'oubli.

 

 

Danyel Camoin 2014

 

 

L’ETERNEL OLIViER

 

Les neiges de février recouvrent la Provence,

Sa silhouette tordue tremble sous la froidure,

L’été reste encore loin mais il faut qu’il résiste,

 

Au milieu du bancaou, il est bien malheureux,

Même les pies bavardes ne viennent plus le voir,

Et préfèrent rester bien au chaud dans leur nid.

 

Seul et sans amis, il doit trouver la force

De continuer à vivre même par mauvais temps.

La neige le calcine et le froid le cisaille,

 

Chaque jour il faiblit un peu plus, solitaire.

Il se meurt maintenant, le froid est le vainqueur !

Pourtant sous le soleil du printemps qui s’annonce,

 

Sur la souche noircie, un bouquet de verdure…

La vie qui recommence, une résurrection !

L’olivier de Provence est comme le phénix,

 

Il renaît de ses cendres et retourne à la vie,

Pour peupler nos campagnes de son feuillage vert,

Et charmer nos papilles de son or savoureux.

 

Geneviève Casaburi

 

 

Réponse :

 

Et l’olivier t’ouvre ses bras,

Toi, la femme qui l’a fait vivre,

Comme déesse d’autrefois,

                                                        Pour nourrir l’œil du poète.

 

Danyel Camoin

 

FZ

 

D’une rencontre imprévue, une complicité.

Une histoire d’écriture, des mots qui s’entremêlent,

Comme on joue à quatre mains.

Des pages qui se noircissent, sans jamais se lasser,

Pour de nouvelles aventures,

Comme on écrit une symphonie.

Avec sa casquette vissée sur la tête,

Le détective a trouvé cette harmonie.

Mais ce n’est que le début de l’histoire.

Une passion partagée et des idées à l’infini.

D’une rencontre imprévue, une amitié.

 

Geneviève Casaburi

 

Réponse 

 

Si page à page s’effeuillent les jours,

L’amitié s'accompagne d'un amour,

Celui du suspense et de la surprise

La robe des mots couvre la valise…

Hasard et destin au creux des deux mains…

Page à page, s’ouvre le lendemain.

 

Frank Zorra

 

Les poèmes de la muse -poète vont être insérés dans le périodique d'Avril.

Partager cet article

Published by Pp editions
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 11:37
Denise Biondo : l'enfant qu'on peignait en bleus : une larme dans la mer !

Denise Biondo : l'enfant qu'on peignait en bleus : une larme dans la mer !

Un carreau dans la tête d'après un texte de Geneviève Casaburi : Janot, il en a perdu la boule !Un carreau dans la tête d'après un texte de Geneviève Casaburi : Janot, il en a perdu la boule !Un carreau dans la tête d'après un texte de Geneviève Casaburi : Janot, il en a perdu la boule !Un carreau dans la tête d'après un texte de Geneviève Casaburi : Janot, il en a perdu la boule !

Un carreau dans la tête d'après un texte de Geneviève Casaburi : Janot, il en a perdu la boule !

C'est la nouvelle de Denise Biondo (Au bout des doigts) qui a terminé le programme avec l'enfant qu'on peignait en bleus, drame qui mettait en scène Frank Zorra dans une enquète trés particulière... racontée à deux voix par Denise et Danyel Camoin (imitant Frank Zorra).

Version abrégée pour la scène  :

             L'histoire la plus invraisemblable qu'il soit arrivé à Frank était de remplacer une amie institutrice durant une maladie.

Et ce ne fut pas facile bien que le cours soit élémentaire.

Voici ses propres mots au bout de mes doigts… (Denise Biondo)

 

Ce ne sont pas mes faiblesses en maths qui m'ont gênées. À leur âge, ces enfants n’en étaient qu'à l'arithmétique. Ce qui me gênait, c'était l'assaut de la classe : arriver à dominer une meute d'enfants, c'est encore plus dur que dériver des adultes ! J'avais plus l'air d'un pion que d'un instit, il m'a fallu du temps pour arriver à y ressembler.

 

            C'est sûrement à ce moment-là qu’il s’est rapproché de la petite Laurie. Elle avait un caractère fermé. (Denise)

 

            Un jour, en posant tendrement ma main sur son cou alors qu'elle passait au tableau, je l'ai surprise à sursauter et j'ai été étonné de lui avoir fait mal. J'ai doucement écarté le col de sa chemisette et constaté des marques qui ne trompaient pas. J’ai compris subitement pourquoi elle s'absentait les jours de sortie à la piscine. Sa peau était couverte de bleus ; j'étais persuadé que son père la bâtait.

 

            Il avait tort, ce n'était pas son père qui était coupable et il l'a compris quand il a su que celui-ci avait déjà quitté la maison. (Denise)

 

Récemment sa mère s'était mise à boire et c'était plus grave pour moi ; face à cette femme dévastée, observant ce fond d’œil où l'on voyait la mer sauvagement battre les paupières, comment garder la face et jouer au moralisateur ?

Elle battait sa fille, certes, mais elle était malheureuse.

 

           Au fond de ses yeux, les vagues de tristesse noyaient la raison dans un flot d'alcool. (Denise)

 

Je ne savais pas imaginer l'enfer que pouvait vivre cette petite fille qui aimait pourtant sa mère. Elle se disait même punie parce qu'elle était méchante. Je connaissais les excuses faciles : tombé dans l'escalier ou cogné par une porte ! Comment l'aider ?

J’ai pris le Ferry-boite, elle habitait sur l’autre rive du port et d’une rive à l’autre j’ai senti un frisson qui parcourait mon échine, c’était le cas chaque fois que je me traçais une mission impossible…

 

            Quand il a rencontré en tête-à-tête cette femme qu’il haïssait sans la connaître, il n’a pas pu lui enlever son enfant. Laurie ne voulait pas la quitter, sans doute… (Denise)

 

Elle m'a frappé de ses petits poings comme elle tapait sur sa fille : la rage du désespoir l'animait et je me suis senti désarmé. Ne sachant quoi faire, je l'ai serrée dans mes bras. Fan de chiche ! Ce geste a déchaîné une rafale de larmes qui inondait son visage et mon épaule… J'ai plongé tout entier dans le bleu de cet océan qui déversait cette eau au-delà de ses paupières, tout un monde qu'elle cachait au fond de ses pupilles dorées ; je l'ai aidée à se détendre en essayant de ne pas m'empêtrer dans l'eau de Rochas que je reniflais dans son cou.

 

           Alors, M. Zorra, pas moyen d'enlever ce A; jouer Zorro, c'est facile au cinéma, mais dans la vie, il y a des lois ! (Denise)

 

Vous ne me croirez pas. J'ai de la peine à y croire moi-même. Mais je l'ai invitée à dîner… Et je me sentais vieillir mais sa jeunesse à elle fuyait, verre après verre, son whisky creusait peu à peu ses rides. Il fallait l'éloigner des soucis, la projeter dans un rêve paradisiaque ; ce n'était pas une mince affaire mais ma mère disait qu’avec un peu d'amour on peut tout faire ! Je les ai emmenées, toutes les deux, avec moi, chez Disney.

 

            Il a trouvé des allocations auxquelles elle avait droit, un travail à sa portée, sans le stress habituel du sien, et un logement plus petit mais confortable. Il est devenu leur père Noël, leur chevalier servant. (Denise)

 

C'était très dur de remplacer le verre. J'ai même bu avec elle le dernier pour la route.

J'aimais déjà la fille…j'ai aimé la mère, le temps d'une passion éphémère à l'instar d’un conte de fées qui vous change de cap. Et puis...

Et puis plus rien ! Vous attendiez quoi ? Des remerciements, la divorcée éplorée qui se jette dans les bras du Sauveur ? Je n'ai pas d'auréole et je me suis contenté de son sourire. Je lui avais tant expliqué sur elle, sur moi, sur les couples, qu'elle a dû comprendre qu'elle aussi était chargée d'erreurs vis-à-vis de son mari et elle l'a retrouvé... Et Laurie en était heureuse.

 

           Aujourd'hui, elle a repris confiance. Sa vie recommence. La petite fille a grandi et le seul bleu qu'elle garde dans ce tableau, c'est le bleu du ciel de Marseille. Elle a pardonné.(Denise)

 

Et moi ?

Lorsque je passe à l’ancrage du Ferry, il m’arrive encore de regarder dans la direction de leur maison, d’une rive à l’autre…

 

           Depuis la vie s’écoule, goutte à goutte, et nous vous remercions de votre écoute.

(a deux)

 

____________________________________________________________________________

 

C'est la nouvelle de Geneviève Casaburi : Un cadavre au carreau, récompensée deux ans avant qui a inspiré à l'équipe de Pp : un carreau dans la tête, jouée lors de la musique des mots dans le bar de Tonton par Michel Isard(Raphaël), Jean-Claude Colay, Danyel Camoin et Geneviève Casaburi (la serveuse).

Un carreau dans la tête

d'après la nouvelle de Geneviève Casaburi ; Un cadavre au carreau

Texte sur lutrin au milieu du passage près du comptoir

Deux hommes font irruption dans le bar de tonton  qui les apostrophe :

-Oh là !

     -On se la fait, cette partie, ou pas ?

-Attends, eh, oh ! Faut récupérer Tonin.

     -Hé, où il est, çui-la ?

-Y fait sa sieste, con ! Sur le banc. Derrière le bar.

     -Oh ! Tu me parles mal, non ?

-Pourquoi ? Parce que j'ai dit « con » mais à Marseille ça, c'est la ponctuation ! Le point final.

      -Et en parlant de point : faudrait qu'on gagne !

-Contre Tonin ?

      -Non, contre le Pape !

      -Et Janot ?

-Ah ! Janot, il n'a plus toute sa tête.

-Oh, ça alors ! (la serveuse)

      -À cause de sa femme ?

-Eh !

      -En tout cas, pas de tir à la raspaille, pas de déracinage de platane et surtout pas baiser Fanny ! Hein ?

-Toi avec les rosés que tu as descendus, tu as le nez aussi violet que des radis !

     -Je supporte mal les grillades.

-À propos…

     -À propos de quoi ?

-De Tonin !

     -Quoi, à propos… Quel rapport avec les radis et les grillades ?

-Je n’te parle pas des radis mais de Tonin ! Tu as vu la tête qui faisait depuis hier.

     -On aurait dit le Ravi !

-Quelle idée ! Non, on aurait dit un mort.

-Un cadavre au carreau.(la serveuse)

    -Figure-toi qu'il avait rêvé qu’il se prenait une boule mortelle en pleine tête et que c'était Janot qui l’avait tué…

-Oh ! Je vois le Janot : " Oui, Monsieur, c'est moi qui l'ai tué, j'en avais marre qu'il fasse les yeux doux à ma femme. Et surtout, je ne supportais plus tellement qu'il parle tout le temps des exploits de ces boules ! Alors cette fois, c'est moi qui ai fait un carreau… Avec sa tête !"

-Ah ! Tu l’imites bien (la serveuse)

     -Il aimerait bien limiter avec la femme de Tonin.

-Ouais, mais ça, c'était avant. Raphaël, va réveiller Tonin maintenant.

(Raphaël sort) voix de Raphaël en coulisses :

     -Ho ! Tonin ! Tu me fous la pétoche maintenant. Allez, réveille-toi ! C'est plus l'heure du sieston. Tu as rêvé de travers mais on a quand même gagné hier !

Oh ! Alors ?

Dans le bar :

-Alors Tonin et Janot, les tireurs ! Raphaël et Toi, les pointeurs, c'est ça ? Au cas où, je remplacerai Janot.

(Raphaël revient dans le bar livide et affolé, une boule à la main il dit :)

      -Ho, les gars, c'est pas possible ! Il faut appeler la police…

-Quoi ! Et pourquoi faire ?

     -Beh ! Le Tonin, il n’bouge plus : il est mort, et à côté de lui… J'ai trouvé une boule…

(Il brandit la boule)

-Ho là ! Un rêve prémonitoire…

-Mon Dieu ! (la serveuse)

      -Et la boule, c’est celle de Janot !

-Je vous l'avais bien dit…

      -Quoi ?

-Que Janot, il avait perdu la boule !

 

L'enfant qu'on peignait en bleus d'après le texte de Denise Biondo : une larme dans la mer.

L'enfant qu'on peignait en bleus d'après le texte de Denise Biondo : une larme dans la mer.

Partager cet article

Published by Pp editions
commenter cet article
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 18:17
Christine Lubrano parle de L'impossible Crime (l'interview du semestre)Christine Lubrano parle de L'impossible Crime (l'interview du semestre)Christine Lubrano parle de L'impossible Crime (l'interview du semestre)

Christine Lubrano parle de L'impossible Crime (l'interview du semestre)

 

Durant l'absence de Gaël Angélis, Danyel Camoin rencontre Christine Lubrano pour le livre : L'impossible crime.

Un entretien sympathique avec la partenaire de Geneviève Casaburi et Frank Zorra dans cette aventure à trois sur la même énigme.

Christophe vient d'être assassiné : un homme entre deux femmes ! Ce sont les suspectes mais comment l'épouse sur un fauteuil roulant aurait-elle grimpé l'escalier en colimaçon avec un couteau pour le poignarder ? Et comment sa maîtresse alors à l'hôpital aurait-elle pu le faire ? Une énigme pour Frank Zorra en plein Marseille.

Ci-dessous l'interview de Christine Lubrano également auteur de "A petits pas" et de plusieurs nouvelles éditées par Pp.

 

Questions de l’entretien :

 

1 Présentation de l’auteur :

Pouvez-vous vous présenter en précisant votre résidence, la nature de vos écrits, vos rapports avec l’association, depuis quand écrivez-vous ?

Je m’appelle Christine et j'habite à Rousset, pas très loin d'Aix-en-Provence. J'écris de la poésie, des nouvelles et plus récemment du polar. J'écris depuis l'adolescence mais j'ai décidé de les faire partager en 2011 et j'ai commencé par : À petits pas, qui est une biographie. À travers l'association Pp, j'ai eu la possibilité de contacts et de progression et surtout, étant primée dans un concours de nouvelles, la prise de conscience de mes capacités.

 

2 Comment êtes-vous venu à l’écriture ?

Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?

Avez-vous des auteurs fétiches, des sources d’inspiration, des correcteurs, des livres de chevet ? Avez-vous participé à des concours ?

Ma source d'inspiration, à travers mes sentiments à extérioriser, part de mes livres de chevet : Werber, Juliette Benzoni. Mes correcteurs sont ceux de l'association et mes concours les concours de nouvelles  et de poésie des associations en général.

 

3 Présentation du dernier livre :

Thème, pages, prix, disponibilité, donnez-nous envie d’acheter votre recueil ?

Mon dernier livre est sur le thème du polar atypique marseillais, format roman de gare, nombre de pages : 136 et prix : 12 €. Accessible à la Fnac ou chez l’éditeur sur commande. Ma famille et mes amis le réclament et son caractère va dévoiler plusieurs personnalités imbriquées dans une enquête particulière où les suspectes me paraissent plutôt des victimes.

 

4 Souhaitez-vous passer un message aux lecteurs ?

Que transmettez-vous au lecteur ?

(événements, actualités, peine, état d’âme …)

Je dirai au lecteur : à découvrir pour l'histoire et surtout pour son originalité : ce que je transmets est un état d’âme.

 

5 Avez-vous une autre vie en dehors de l’écrit ?

Peut-on pénétrer dans une intimité différente ? (choix des meubles, jardinage, bricolage, peinture, mécanique, etc…)

En dehors de l'écrit, je pratique aussi des activités manuelles ou politiques (municipalité).

 

6 Que souhaitez-vous dire à ceux qui vont acheter votre livre ?

Je présenterai son côté polar ouvert à tout public, facile à lire, local, plaisant, distrayant et écrit à plusieurs mains et demanderai au lecteur s'il aimerait retrouver Frank Zorra avec moi dans des enquêtes similaires différentes de ses aventures habituelles.

 

7 Comment ressentez-vous cette écriture à plusieurs ? Avez-vous apprécié l’expérience ?

J'ai trouvé cela intéressant surtout dans ce livre avec l'originalité des caractères exprimés pour les différents personnages. C'était vraiment sympathique. Un mélange de style particulier et on peut dire que j'ai apprécié l'expérience.

 

8 Qu'avez-vous ressenti de différent entre l'écriture de : A petits pas et celle de l'impossible crime ?

À petits pas, c'est une autobiographie : ce sont des émotions brutes décrites par moi-même alors que l'impossible crime c'est au travers de personnages d'où il faut se coller à l'histoire et collaborer avec les co-auteurs. On  suit plus ou  moins une consigne : le thème, fil conducteur suivi à trois.

 

8 Auriez-vous un texte ou un extrait de texte rapide à lire pour clôturer l’entretien ?

La page 59 : Josiane et le détective…

Josiane est épuisée. Ses nombreuses nuits hantées par d'horribles cauchemars la vident de toute son énergie. Les paroles de Michel tornade lui reviennent en boucle : « Tu n'étais pas si fière le soir où ton mari est mort ! J'étais présent, ce soir-là, j'ai tout vu. Et même s'il faisait nuit, j'ai bien aperçu, dépassant le taillis, le haut d'un corps de femme, emmitouflée dans un manteau à capuche dont quelques mèches rousses dépassaient. Cette personne semblait baissée ou, tout simplement… Dans un fauteuil roulant ! Je pense que la police serait intéressée par mon témoignage. »

Et si c'était vrai ! Josiane ne sait vers qui se tourner et dirige son fauteuil vers l'entrée et attrape son sac à main posé sur le petit meuble. Fébrilement elle fouille à l'intérieur : pourvu qu'elle soit toujours là ! Elle trouve une carte de visite, retourne dans le salon et compose un numéro. D'une voix qui frise l'hystérie, elle commence : « Allô, Monsieur Zorra ? Frank Zorra, le détective ? »

 

Article  FZ

 

 

 précédent___________________________________________________________________________

Gaël Angélis a réalisé son plus difficile entretien : poser les questions aux trois auteurs du dernier livre multi-auteurs spécial de Pp : les fantômes de Marseille.

Les insaisissables Joëlle Behez et Frank Zorra (deux pseudonymes) qui évitent tout contact public ne répondent donc qu'à travers l'auteur principal du roman : Geneviève Casaburi, fabuleuse auteure de suspense avec ses nouvelles primées dans plusieurs concours qui plonge là dans le roman policier au ras du fantastique.

Zorra, remplacé ici par son père littéraire Danyel Camoin, déjà sur les stands à sa place à LaDestrousse devant la librairie Thiéblemont qui a aussi effectué un dépôt librairie Maupetit à Marseille où l'on peut désormais se procurer le livre comme à Aix (Le Blason) ou à la Destrousse (Thiéblemont)

Une dédicace aura lieu au salon de Gréasque le 12 avril avec la participation amicale de la librairie de Gréasque...

Interview de fantômes donc pour Gaël qui sera publié sur cette page dans le courant de la semaine mais qui donne un aperçu de cette aventure extraordinaire à trois plumes qui poursuit deux assassins indescriptibles et similaires à travers les quartiers de Marseille sur deux époques 1881 et 2000, double assasin qui prend pour se moquer de ses poursuivants le visage et la silhouette des grands auteurs vraiment passés dans ces endroits de la ville et qui donnent aux policiers des hallucinations qui empire le "mal du large" supporté par l'un d'eux.

Une poursuite à travers la métropole et le temps qui mène à une double surprise finale en basculant d'une époque à l'autre et d'une plume à l'autre...

L'origine des Fantômes : une réflexion de Frank Zorra, écrivain détective, dans le parc des Fabrettes, description autorisée par sa créatrice : Miette Ripert, qui déclenche un sentiment de présence fantômatique et un roman historico-fantastique sur la base du polar atypique marseillais.

 

2014-03-27-19.19.34.jpg

Questions de l’entretien : L’interview des fantômes…

 

Particularité : Trois auteurs pour Les fantômes de Marseille, édité par Pp

 

 

1 Présentation des auteurs :

Pouvez-vous vous présenter en précisant votre résidence, la nature de vos écrits, vos rapports avec l’association, depuis quand écrivez-vous ?

Geneviève Casaburi, numéro 1 de ce polar atypique, je suis née à Marseille et j’ai déjà été interviewée par Gaël, adhérente de Pp depuis 2011. J’ai commencé à écrire des nouvelles pour enfants avant de raconter ensuite des histoires qui tiennent à cœur, je suis éditée depuis 2010 et j’ai déjà participé à plusieurs recueils de nouvelles multi-auteurs.

Frank Zorra : Sous un pseudonyme vivant puisqu’il est puisé dans un héros de fiction (comme San Antonio) mais existant depuis 2004 : je suis vraiment né à Marseille dans un cinéma des années cinquante et je raconte mes propres histoires dans la peau du détective héros des œuvres policières. J’ai réellement pris en main mon écriture lorsque EmA a édité Au seuil de l’inexplicable avec plusieurs de mes enquêtes, ensemble remarqué à cause de la nouvelle : Les araignées rouges de Danyel Camoin, d’où la relation étroite entre nous malgré nos écritures très différentes.

Joëlle Behez, troisième auteur, marseillaise d’adoption, handicapée physiquement est cantonnée derrière un pseudonyme de protection, écrivant des récits plutôt érotiques qui ne trouvent aucune approbation familiale ou professionnelle : Elle ne paraît pas en public. 

 

2 Comment êtes-vous venu à l’écriture ?

Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?

Avez-vous des auteurs fétiches, des sources d’inspiration, des correcteurs, des livres de chevet ? Avez-vous participé à des concours ?

Geneviève - Sur ce livre plus particulièrement mon inspiration policière se base sur des recherches historiques de l’époque autour des personnages historiques cités tout à tour dans le récit. Pour la partie suspense, j’ai déjà remporté un prix avec une nouvelle titrée « Du sang à la St Patrick »

Frank – Nageant dans le polar atypique court se déroulant dans et autour de Marseille, la difficulté ici ne pouvait être que de mixer une histoire plus longue avec celle de Geneviève… quant à l’inspiration on peut l’associer au parc marseillais abandonné de Miette Ripert où l’on parlait déjà de parc des fantômes.

Pour Joëlle - Elle dit s’évader de son fauteuil grâce à ses fantasmes littéraires : elle a rejoint Geneviève dans Entre Deux eaux (recueil de nouvelles à plusieurs auteurs) et a travaillé sur les contes paillards de Pp avant de venir seconder Frank pour les fantômes.

 

3 Présentation du livre :

Thème, pages, prix, disponibilité, donnez-nous envie d’acheter votre recueil ?

Geneviève : Ce livre, c’est un polar historico-fantastique où les criminels transformistes et les policiers acharnés sont illuminés d’hallucinations. L’action bascule entre 1881 et 2000.

Beaucoup d’acheteurs ont été attirés par ce passage constant dans la peinture des deux époques. Le prix 12 euros et la disponibilité  pour l’instant chez les auteurs, l’éditeur et trois librairies régionales dont Maupetit Canebière. Je le présenterai sûrement au carré des écrivains en Novembre.

Frank : C’est l’enchevêtrement des deux enquêtes qu’on craignait au départ qui bouscule la trame et attire le lecteur parce qu’il se lit aussi facilement que nous avons eu facile à l’écrire

Et pour l’instant nous n’en avons eu que des compliments. Les meurtres commis placent d’après les recherches de mes collaboratrices les personnages historiques et les assassinats aux endroits exacts où ils sont passés dans Marseille avec bien sûr une ressemblance d’une époque à l’autre...

 

4 Souhaitez-vous passer un message aux lecteurs ?

Quelle sorte de message avez-vous à passer ? Que transmettez-vous au lecteur ?

( évènements, actualités, peine, état d’âme… Difficultés d’écrire à plusieurs ?)

Geneviève : Pour moi, je souhaite transmettre cette passion du fantastique à travers de nombreuses recherches historiques qui le situent en même temps comme une carte postale de 1881. L’expérience est valorisante.

Frank : Je pense que les dames diront comme moi, la curiosité du lecteur, c’est l’écriture à trois mains mais elle disparaît dans le roman par une sublime entente et bien que l’on n’ait pas écrit ensemble, on obtient un tout homogène et l’on ne distingue plus que les deux époques qui ne s’ajoutent pas mais s’imbriquent aux similitudes des enquêtes. C’est un ping-pong verbal et complice et d’après l’étonnement que j’ai constaté, c’est une nouveauté, voire une spécialité à découvrir.

 

5 Avez-vous une autre vie en dehors de l’écrit ?

Peut-on pénétrer dans une intimité différente ? (choix des meubles, jardinage, bricolage, peinture, mécanique, etc…)

Geneviève : L’écriture mange presque tout mon temps : c’est ma principale passion.

Frank : Hors mis la passion de mon personnage pour le parfum des dames, je reste un cinéphile féru d’hommage au cinéma et au western qui paraît même dans ce livre avec l’hommage à Paul Carpita.

 

6 Que souhaitez-vous dire à ceux qui vont acheter votre livre ?

Frank : Tous ceux qui cherchent un livre pas commun : c’est celui-là !

Geneviève : c’est plus qu’un livre, c’est une peinture marseillaise.

Pour Joëlle, on dira le mot de la fin : c’est la complicité des auteurs qui fait que le texte passe bien…

7 Auriez-vous un texte ou un extrait de texte rapide à lire pour clôturer l’entretien ?

Extrait de la page 32. Cherchez qui des trois a écrit.

« Un flash ! Le commissaire l’a reconnu mais l’inconnu a déjà disparu dans la foule du matin. Les compagnons de la Marjolaine : c’est Jules Verne. Le policier reste planté là. Immobile, hébété. Comment cela peut-il être possible ? Il est pourtant bien réveillé. Encore une hallucination ! Il va falloir qu’il se ressaisisse. Il cherche encore une fois l’homme des yeux. Personne… »

 

 Joëlle Behez et Frank Zorra remplacés par leur éditeur : Danyel Camoin (Pp éditions)

 

Propos recueillis par Gaël Angélis

 

Article précédent_____________________________________________________________________________________________

 

L'union fait la force...

Masculin-féminin et au-delà de la parité...

Geneviève Casaburi réunit autour d'elle Frank Zorra et Joëlle Behez déjà ses partenaires dans Entre deux eaux, les trois auteurs traversent Marseille et le temps pour enquêter en 1881 derrière un meurtrier fantôme qui prend le visage des grands écrivains passés dans la métropole, se lançant d'un point d'origine dans le réel actuel autorisé par Miette Ripert.

C'est le 27 mars après l'atelier d'écriture vers 18h30 que Gaël Angélis animait l'entretien avec les auteurs... 

ginou-copie-1jfzorra

 

En savoir plus sur Geneviève ? 

 

Elle est aussi parmi les douze auprès du troubadour et elle présentera Entre Deux Eaux le 25 janvier et le 16 mars à la maison des associations lors des réunions et de la remise des prix pour ajouter ce succés à son palmarès : dédicaces possibles avec les partenaires présentes.

Et attention, elle fait aussi partie des candidates au grand prix du concours et des nouvellistes représentées en petites scènes-lectures, le 16 mars après 16 heures.

 

cover-eaux-n-copie-1.jpg

 

article précédent:

Provence-poésie félicite Geneviève Casaburi qui a décroché le premier prix nouvelle des Apollons d'Or à Vaison La Romaine

avec sa nouvelle : Du sang pour la Saint-Patrick.

Remise des prix par Chris Bernard le 6 octobre en matinée.

 

Elle était la troisième des auteurs de Provence-poésie a être récompensée, après Danyel Camoin et Alice Hugo aux Apollons d'or par notre ami Chris Bernard, Président de Portique et de l'UPF et organisateur de plusieurs concours, également président du jury de Sablet.

Voici la remise des prix comme si vous y étiez pour retrouver l'inimitable Chris Bernard :

 

vaison1--1-.jpgvaison1--3-.jpg

vaison-002.jpgvaison1--5-.jpg

 

Voir aussi l'article nos auteurs à l'honneur...

 

vaison1 (6)

 

En parrallèle, Geneviève sort chez Edilivre le troisième recueil de Ses nouvelles sous le titre : Histoires de Savoir .

Elle sera à la base du prochain interview de Gaël Angélis le 25 octobre à la maison des Passons (Aubagne) qu'on répercutera dans notre prochain périodique.

Elle était avec Sonia Kitaëff reprèsentant Provence-poésie sur les stands de Vertiges en Provence au Parc Borély le 9 septembre.

Elle était présente au salon de St Victoret (avec Anne Daurès), elle sera à celui de St Maximin piloté par notre ami Pascal Tissier ainsi qu'à Nans les Pins et Pierrefeu.

Et le 13 octobre en duo avec Danyel Camoin à la librairie Thiéblemont LaDestrousse.

duo-journal.jpg

gc histoires

La nouvelle sur les marchés de Provence vient de gagner un prix au concours de Sablet 2012

 

Rappelons à cette occasion une partie de son oeuvre :

Les âmes blanches, petit roman au parfum de nouvelle au coeur de La Destrousse.

Il était une fois... recueil contenant la nouvelle publiée dans le blog de Pp : le carillon du temps.

La fabrique d'Indiennes, éditée dans " Tous les chemins mènent à Aubagne "

Décadenza, primée cette même année par le concours d'Aubagne et éditée dans : Inspiration Libre.

Soir de Crime bientôt édité dans Entre Deux Eaux par Pp éditions (parution janvier 2013)

Réunion Alphonse Allais P.P 00917.03.2012 Aubagne 006

Geneviève qu'on a pu voir interpréter une scénette d'après Alphonse Allais

"Un temps bien employé" le 17 mars à la Mdva dans le spectacle "Allais, vous m'en direz des nouvelles"

est donc aussi la partenaire de Danyel Camoin dans son livre pour 2013

"Entre Deux Eaux" où étaient invitées également à participer Joëlle Behez, Denise Biondo, Mauricette Buffe, Michèle Durand, Claire Gilbert, Michelle Grenier, Véronique Pésaresi, Janine Ravel, Claude-Marie Roux, Mireille Talotti-Miau et Céline Lacomblez.

13 auteurs pour 2013: le thème; un troubadour sorti d'un autre temps déclamant sous les fenêtres de plusieurs dames différentes les inspire et chacune d'elles raconte tour à tour, entre 2 eaux, jusqu'à ce qu'intervienne la surprise finale, façon : Au seuil de l'inexplicable.

P623005053

 

Après avoir été une fantastique "Maria" dans le "Ferr-a-ragon" de juin, elle participera aussi à l'hommage au 7e art provençal du 1er décembre l'équipe de Pp et ce n'est pas fini...

Vous avez pu la rencontrer sur les stands de la fête de l'Olive et l'Olivier à Gémenos les 26 et 27 mai et aussi la retrouver le 24 novembre au salon de La Destrousse et en mars 2013 à la grande fête de la nouvelle à Aubagne.

Elle est aussi dans notre périodique pour "Bienvenue dans mon monde" l'interview de ce trimestre.

 

 

 

Bravo pour Geneviève et merci Chris Bernard !

 

Article Frank Zorra

 

___________________________________________-------------------------_

interview précédent à redécouvrir dans le périodique de Mars

 

 

 

Le respect des valeurs

michel-isard.jpg

Entretien avec Michel Isard, auteur et interprète, conteur sur les traces d'Ivan Audouard, qui répond aux questions de Gaël Angélis, après l'atelier d'écriture animé par Joëlle Foin aux Olivettes, vers 18h30, il parle de son nouveau livre : les contes de ma Provence d'hier(2).

Questions de l'entretien : " le respect des valeurs"

Propos recueillis par Gaël Angélis

1 Présentation de l’auteur :

Pouvez-vous vous présenter en précisant votre résidence, la nature de vos écrits, vos rapports avec l’association, depuis quand écrivez-vous ?

J'habite Marseille et j’écris sous le nom de Michel Isard ; pas provençal mais aquitain, bordelais, contrairement à ce que l'on pourrait croire, je suis à la retraite. Je suis depuis un an dans l’association Provence poésie et content d'y être…

 

2 Comment êtes-vous venu à l’écriture ?

Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?

Avez-vous des auteurs fétiches, des sources d’inspiration, des correcteurs, des livres de chevet ? Avez-vous participé à des concours ?

J'écris depuis l'âge de 21 ans, j'ai commencé par des chansons. En 1982, Robert Ripa m'a demandé d'écrire des contes sur la Provence ; la nature, la mer, la montagne, les collines et le vent m'inspirent : j'aime les retours en arrière dans les années de mon enfance. J’ai la nostalgie des années 60. Pagnol ne peut pas laisser insensible. J'aime René Barral qui a écrit sur le monde paysan ou Marie Palet sur le même thème : une façon de transmettre les valeurs d'autrefois un peu oubliées aujourd’hui.

 

3 Présentation du dernier livre :

Thème, pages, prix, disponibilité, donnez-nous envie d’acheter votre recueil ?

Mon dernier livre est le deuxième tome des contes de ma Provence d’hier, suite au succès du premier, il se devait d’être plus consistant (190 pages, 12 €). Il est disponible à la Fnac et chez Maupetit : entre les contes et les nouvelles, des histoires faciles à lire, cocasses, inventées mais parfois inspirées d'un fait réel. Faites pénétrer mes personnages chez vous : ils sont pleins de sincérité.

4 Souhaitez-vous passer un message aux lecteurs ?

Quelle sorte de message avez-vous à passer ? Que transmettez-vous au lecteur ?

(événements, actualités, peine, état d’âme …)

C'était mieux avant : je le confirme. Il n'y avait pas de télé, on discutait sur une chaise devant sa porte ; on partageait. Il faut vivre avec son temps mais je voudrais que les gens puissent ressentir du plaisir à lire ce livre toute une palette de sentiments notamment le respect des personnes et des valeurs. Laissez-moi envier mes personnages humant les senteurs de notre Provence d'autrefois

5 Avez-vous une autre vie en dehors de l’écrit ?

Peut-on pénétrer dans une intimité différente ? (choix des meubles, jardinage, bricolage, peinture, mécanique, etc…)

J'oriente ma vie vers beaucoup de bénévolat, du sport, de la musique, de l'informatique… Beaucoup d'activités.

6 Que souhaitez-vous dire à ceux qui vont acheter votre livre ?

Je voudrais que le lecteur parcoure le livre en ressentant la bonté des gens, les valeurs de l'époque à travers cette vie d'autrefois… Qu’il prenne autant de plaisir à le lire que j’ai eu à l’écrire.

7 Auriez-vous un texte ou un extrait de texte rapide à lire pour clôturer l’entretien ?

Un extrait de « Piétri le berger »

Je m'enveloppais dans ma couverture, la tête sur mon sac. Puis je me suis promené sur la Voie lactée, la Grande Ourse, l'Étoile polaire, sans oublier l'étoile du berger, celle de Pietri… Je me suis endormi avec pour dernière pensée : la Provence. Qui, à part la Provence, pouvait nous offrir un tel spectacle ? Nous proposer de telles rencontres ? La réponse a dû se perdre dans mon bien-être qui doit s'appeler… Le bonheur !

 

 

Michel Isard était déjà présent samedi 30 novembre 2013 avec la mise en scène d'un de ses contes : le grain de beauté de Fanny, devenu : Après la partie, mené en duo avec Edouard.

Michel chante aussi en s'accompagnant à la guitare et avait fait une saisissante création acclamée par le public en déclamant la prière pour les poètes chantés par Brassens même lieu en juin.

Les contes provençaux de Michel sont savoureux, plus encore lorsque qu'il les conte lui-même, c'est pour cela qu'on l'avait engagé le 30 novembre à conter aussi La clef des champs (texte de Danyel Camoin extrait des Poutounades (1) )

Michel Isard vient de l'Académie de Provence et ses contes sont préfacés par des grands noms du midi...

(chronique de Médéric Gasquet sur France Bleu Provence)

Et son livre bien illustré et bien écrit peut constituer un fabuleux cadeau de Noël.

couverture-iasrd.jpg

Provence-poésie vous informe

Michel Isard sera à la librairie Thiéblemont pour dédicacer ses contes de Provence d'hier

ne pas manquer cette fabuleuse matinée...

 

Entretien avec Michel Isard sur overblog

Questions de l'entretien : " le respect des valeurs"

Propos recueillis par Gaël Angélis

 

 

Retrouvez aussi Michel Isard chez Pp le 8 mars

dans Allais-y, Mesdames !

Avec tous les invités de la fête de la nouvelle annuelle pour la journée des dames.

aff8-mars-sur-logos--2-.jpg

 

 

 

 

articles précédents--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le 9 novembre à La Destrousse devant la librairie dans le centre commercial du Casino...

Geneviève Casaburi présentait en avant-première son nouveau livre co-écrit avec Joëlle Behez et Frank Zorra : un polar historique où un assassin est traqué dans les rues de Marseille sur deux époques sous l'apparence d'écrivains célèbres : Les fantômes de Marseille 1881-2000.

Après son petit roman historique sur les âmes blanches de La Destrousse voici de nouveau Geneviève dans un roman régional.

La spécialiste de la nouvelle surprenante primée aux Apollons d'Or sera également dans le spectacle du 30 novembre : les contes de nos moulins où elle vous réserve des surprises.

003-copie-1

Elle était accompagnée par Danyel Camoin auteur et éditeur qui remplacera pour l'occasion Frank Zorra (également auteur de : Du sang sur la bible et Je suis né à Marseille) et Joëlle Behez déjà co-auteure de Geneviève dans Entre deux eaux.

les fantômes

biblezorra

cover eaux n

 

Articles précédents____________________________________________

Un nouveau trio devant la vitrine Thiéblemont.

Entre notre ami Michel Isard auteur des contes de sa Provence et l'auteur de Spiris avait pris place samedi 8 une des co-auteurs de Tous les chemins...

Rosette B P avec le rêve bleu et que me dis-tu mon coeur ?

 

reve bleu

rosette bp cover

Elle aura une table pour ce dernier livre en juin 2013 à Aubagne Mdva

peut-être sera-t-il alors suivi du deuxième opus puisqu'il s'agit d'une trilogie poétique.

Du premier volume Nicole Manday et Josette Pons ne tarissent pas d'éloges.

Nous attendons donc la suite.

Un entretien avec Rosette figure dans notre blog animé par Gaël Angélis juste avant celui de

Geneviève Casaburi (article : bienvenue dans mon monde)

Merci à la librairie de l'avoir mis en valeur:

 

Article FZ

 

________________________________________________________________________________________________

 

Un duo régional de choc des auteurs en Pays d'Aubagne

Geneviève Casaburi et Danyel Camoin

dans leur présentation régionale 2012 :

dans le hall du Casino de La Destrousse à la librairie Thiéblemont...

Voir les articles de La Provence et La Marseillaise :

une avant-première de 9 h à 12h30 seulement.

Ils y présentaient aussi le livre multi-auteurs sur le pays d'Aubagne et de l'étoile et leurs nouveautés.

 

Voici l'article paru mercredi dans La Provence

thieb2012.jpg

13-octo-pub.jpg

affiche-13-octobre.jpg

 

thieblemont.jpg

cam_cas.jpg

Venez nombreux pour ne pas manquer cet étonnant passage...

___________________________________________________________

 

L'an dernier...

C'était le 10 décembre 2011 que Pierre Bertho et Danyel Camoin se retrouvaient à la librairie Thiéblemont avec Geneviève Casaburi.

accueillis par notre libraire préféré (centre commercial Casino La Destrousse).

Des fabulations du pays d'Aubagne, au seuil de l'inexplicable, j'en fais le serment, c'étaient les mages du Mystère !

 

bertho.jpgDan.jpg

 

Et pour égayer le stand d'un sourire local, ils avaient invité avec eux Geneviève Casaburi, nouvelliste de La Destrousse : Il était une fois...

 

portrait-Ginou.jpg casaburi livre

 

Article Nicole Manday

 

ci-dessous précédents articles

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Marcel Baril et Danyel Camoin de nouveau réunis

 

cover fab4infinitude

 

avec Denise Biondo (nouvelles), Annabelle Léna (thriller),

Jean-Claude Beltramo (polar), Pierre Bertho (polar),

Claude Valentin (histoire d'Aubagne) Gisèle Sans

Adhérents ou amis présentés par Provence-poésie.

 

biondo.jpg

valentin-bertho.jpgsans-beltramo.jpg

 

polar poésie et histoire au programme

Au salon de La Destrousse dans le centre commercial Casino

Sous la bienveillante organisation de Fernand Révilla et de la librairie Thiéblemont.

 

100_1812.jpg

 

avec Michele Olive, André Aubert, Michel Cava, André DeRocca, Jean-Claude Guégan, Jean-Pierre Mauduy,Serge Scotto et Saucisse, Lucien Vassal et Fernand Révilla, lui-même; nombreux historiens parmi eux.

Mzanifestation du 21 mai de 9 h30 à 18 heures.

 

couverture au bout des doigtslivre-dol.jpg

 

pub seuil

Article Nic Manday

La table des auteurs de la librairie Thiéblemont, centre commercial de la Destrousse, a chaleureusement accueilli toute la journée, le 15 janvier 2011 : Marcel Baril (L'infinitude) de La petite édition et Danyel Camoin (Fabulations du pays d'Aubagne) de Provence-poésie.

Ce stand commun a donné le départ à la mise en place du projet d'inter-association et une collaboration entre les deux associations pilotées par ces auteurs qui donnent leur chance d'édition à des poètes ignorés comme Sonia Kitaëff dont les ventes sont croissantes et Jean Di Fusco ovationné le 18 décembre à Aubagne pour son rouge-gorge et sa cigale.

Ne pas oublier que "j'ai même rencontré le chaperon rouge" a été édité en 2008 par "La petite édition"

L'avantage des deux associations est de produire des livres qui ne sont pas trop chers tout en révélant des talents plus ou moins inconnus.

Marcel Baril qui a participé au concours de nouvelles de Provence-poésie devrait être présent le 12 mars prochain à la journée de la remise des prix où deux tables de dédicaces de nouvellistes sont prévues; il en occupera certainement une et Guy Feugier, autre personnalité de la littérature qui a aussi participé au concours de nouvelles, occupera l'autre. La manifestation présentera outre les gagnants du concours, une causerie-spectacle sur Maupassant, autre nouvelliste, reconnu depuis longtemps, par Denise Biondo, Danyel Camoin, Jean-Claude Colay et Joseph Lévonian.

Autre projet des deux associations: "Si brassens m'était conté" dans les locaux de la petite édition pour prolonger l'effet produit le 18 décembre à Aubagne. Marcel Baril accueillera l'équipe des causeries- spectacle.

 

En attendant,

quelques photos de la journée du 15 janvier.

100_1708.jpg

 

Marcel Baril,compagnon de stand de Provence-poésie, qui a fait des dédicaces à La Bouilladisse, librairie Thiéblemont et salon littéraire, comme Danyel Camoin et Florence Arthaud, déjà connu pour son livre en bibliothèque de Pp : Justine et le métro, lance son nouveau produit par la petite édition : l'infinitude.

Provence-poésie en partenariat (inter-association) avec la petite édition propose une table des recueils de nouvelles à Marcel Baril, qui a participé au concours En Provence, en expo et dédicaces le 12 mars, jour de la remise des prix si l'auteur n'est pas pris ailleurs ; ce jour étant prévu pour la fête de la nouvelle à la maison des associations d'Aubagne sera animé par une causerie : Quelques mots en passant pour Maupassant.

 

infinitude.jpg

 

La nouvelle Librairie Thiéblemont s'est installée près du casino de La Destrousse au coeur du centre commercial et offre de nouvelles dédicaces d'auteur : le 22 décembre 2010, Jean-Pierre Mauduy, Fernand Révilla et Lucien Vassal (photos ci-dessous) dédicaçaient des cadeaux de noël originaux : leurs livres !

La Provence était là pour l'interview.

 

100_1700.jpg

Reportage et photos: Denise Biondo (Provence-poésie)

Article Nicole Manday-Photos Denise Biondo

0 novembre

 

__________________________________________________________________________________________

Anciens entretiens :

Ce trimestre pour les vacances c'est Janine Ravel qui répond au questionnaire de Pp éditions.

P6220091.jpg

Questions de l’entretien : Pleins feux sur la Nature

1 Présentation de l’auteur :

Pouvez-vous vous présenter en précisant votre résidence, la nature de vos écrits, vos rapports avec l’association, depuis quand écrivez-vous ?

JR : Je suis Janine Ravel et j’habite à Auriol… La poésie en priorité, quelques nouvelles récompensées et quelques contes en bonne relations avec Provence-poésie éditions où j’ai appris beaucoup de choses. Début d'écriture en 1983 par la prose poétique la nuit de la naissance de ma petite fille.

2 Comment êtes-vous venu à l’écriture ?

Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?

Avez-vous des auteurs fétiches, des sources d’inspiration, des correcteurs, des livres de chevet ? Avez-vous participé à des concours ?

JR : La Nature est ma principale source d’inspiration. Auteur fétiche : Alice Hugo. J’ai participé à divers concours : 1er prix poésie à Auriol, Prix d’honneur de la nouvelle Aubagne 2012 et Grand prix du conte à l’Académie de Provence.

3 Présentation du dernier livre :

Thème, pages, prix, disponibilité, donnez-nous envie d’acheter votre recueil ?

 

JR : Les saisons, le temps, les sentiments, les lieux se partagent le livre Entre terre et Ciel pour un prix de 10 euros très accessible, disponible chez l’éditeur ou chez moi ; pour l’acheteur c’est un partage d’émotion autour de la Nature prioritaire, un apaisement des douleurs intérieures.

4 Souhaitez-vous passer un message aux lecteurs ?

Quelle sorte de message avez-vous à passer ? Que transmettez-vous au lecteur ?

(événements, actualités, peine, état d’âme …)

 

JR : En faisant un effort chacun pourrait extérioriser naturellement et écrire pour obtenir de nombreuses satisfactions pour améliorer sa vie : état d’âme prioritaire.

 

5 Avez-vous une autre vie en dehors de l’écrit ?

Peut-on pénétrer dans une intimité différente ? (choix des meubles, jardinage, bricolage, peinture, mécanique, etc…)

 

JR : J’ai une vie bien remplie : jardinage (importance des fleurs), ballade en forêt, gardiennage des enfants.

 

6 Que souhaitez-vous dire à ceux qui vont acheter votre livre ?

 

Leur dire de lire entre les lignes : souvent le message est caché.

 

7 Auriez-vous un texte ou un extrait de texte rapide à lire pour clôturer l’entretien ?

JR : « Dis poète, qui donc es-tu ?

Oh ! Je ne suis que peu de chose,

Un bonheur inattendu

Au printemps où fleurit la rose.

Au ciel d’été, je vais chantant,

Je suis fourmi et puis cigale

Mon verbe haut va s’exaltant

Au fil des jours, je suis loyale… »

La suite est dans le livre.

ravel2.jpg

Propos recueillis par Danyel Camoin (questionnaire de Gaël Angélis)

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’interview du trimestre précédent :

joelle-copie-3.jpg

Entretien avec Joëlle Foin : « Prose poétique »

Questions de l’entretien :

1 Présentation de l’auteur :

Pouvez-vous vous présenter en précisant votre résidence, la nature de vos écrits, vos rapports avec l’association, depuis quand écrivez-vous ?

J-F : Je suis une fille méditerranéenne, née en Algérie. Je réside à Plan de Cuques et fais partie de Provence poésie depuis presque trois ans « avec bonheur et reconnaissance ».

Mon recueil présente des textes plutôt courts, poèmes ou nouvelles, prose poétique en tout cas, trente-sept textes se suivent. J'écris depuis une vingtaine d'années par les ateliers et les stages d'écriture.

2 Comment êtes-vous venu à l’écriture ?

Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?

Avez-vous des auteurs fétiches, des sources d’inspiration, des correcteurs, des livres de chevet ? Avez-vous participé à des concours ?

Mes sources d'inspiration ; la vie, tout simplement ! Le théâtre de la vie ! J'adore observer et écouter, voir tout sans vraiment le vouloir, entendre presque tout et même les silences que j'adore. Paysages, rencontres, humour, nostalgie sont les bases : peu d'imagination. Je vais toujours vers la psychologie, les ressorts de l'âme humaine. Bouleversée par « L'épervier de Maheux » à cause des silences expressifs. Je lis moins qu'avant mais une amie m'a mis entre les mains des livres sur la spiritualité qui me nourrissent et m’apaisent.

3 Présentation du dernier livre :

Thème, pages, prix, disponibilité, donnez-nous envie d’acheter votre recueil ?

Mes thèmes sont sérieux ou humoristiques ; souvenirs, nostalgie; beaucoup de réflexions. Au milieu des gens, mais aussi seule, j'aime ces moments de retrait pour mieux retourner vers les autres. Mon livre, ce sont cent seize pages pour douze euros disponibles en vente chez Pp éditions ou par moi-même…

4 Souhaitez-vous passer un message aux lecteurs ?

Quelle sorte de message avez-vous à passer ? Que transmettez-vous au lecteur ?

(événements, actualités, peine, état d’âme …)

Je voulais transmettre le plaisir des mots : j'adore attendre les mots ! Je souhaiterais partager, transmettre ce plaisir.

5 Avez-vous une autre vie en dehors de l’écrit ?

Peut-on pénétrer dans une intimité différente ? (choix des meubles, jardinage, bricolage, peinture, mécanique, etc…)

Une vie de réflexions ; besoin de bouger néanmoins : randonnée, yoga, jardinage et bénévolat. Des journées très pleines.

6 Que souhaitez-vous dire à ceux qui vont acheter votre livre ?

Mes textes sont « les messagers de l'instant » : la vie est faite d'instants... Et chacun d’eux est à vivre intensément : on rencontre toujours un message qui passe. Il faut prendre le temps de le replacer dans sa vie. Tous les moments, joyeux ou pénibles, doivent compter pour notre vie.

7 Auriez-vous un texte ou un extrait de texte rapide à lire pour clôturer l’entretien ?

« Les nuages » (larges extraits lus par l'auteur) : Ce matin, je suis invitée à marcher sur les nuages. Afin d'épargner leur douceur, je choisis de marcher à leurs côtés... J'ai mal pour eux dès qu’un souffle violent défait leurs boucles blanches ou déchirent leurs chevelures finement peignées… En les regardant filer, j'entends leur message : « Vis le moment présent »...

Propos recueillis par Gaël Angélis

cover jo 2

58provence-poésie%foin

Réunion Alphonse Allais P.P 032zoom-foin.jpg

Joëlle, dans le spectacle ou dans le jury, toujours présente pour l'association

rejoindra bientôt ses partenaires sur les stands d'Aubagne, Auriol et Cadolive.

article FZ

entretien précédent--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le 28 février c'était Gaêl qui cette fois se retrouvait face aux questions de l'interview du trimestre...

à 18h30 à l'atelier des Passons.

Un entretien avec Gaël Angélis : une encre sympathique.

 

1 Présentation de l’auteur :

Pouvez-vous vous présenter en précisant votre résidence, la nature de vos écrits, vos rapports avec l’association, depuis quand écrivez-vous ?

Gaël : J'ai grandi entre Aubagne et La Penne sur Huveaune dans cette Provence que j'aime. J'ai commencé l'écriture par des textes de musique à seize ans. En fin 1990, au début de 2000, j'ai commencé à écrire des poésies et des nouvelles. Je suis adhérent de Provence-poésie depuis presque deux ans.

2 Comment êtes-vous venu à l’écriture ?

Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?

Avez-vous des auteurs fétiches, des sources d’inspiration, des correcteurs, des livres de chevet ? Avez-vous participé à des concours ?

Gaël : Je suis venu à l'écriture en étant d'abord lecteur. En ayant une mère et une grand-mère institutrices passionnées de littérature. C'est ce qui m'a amené à écrire moi-même. Mon premier auteur fétiche était Jack London pour diverses raisons. Je lis beaucoup de littérature classique mais aussi du moderne. J'ai eu la chance d'obtenir le Grand prix de la ville au concours de nouvelles organisé par l'association province poésie en 2002 qui m'a été remis par Jean-Marie Orihuel de la mairie d’Aubagne.

3 Présentation du dernier livre :

Thème, pages, prix, disponibilité, donnez-nous envie d’acheter votre recueil ?

Gaël : Mon dernier recueil s'appelle Encre sympathique. Il mélange nouvelles et contes moderne uns d'une quarantaine de pages : en huit histoires qui abordent des sujets divers et variés avec un peu d'humour grinçant et beaucoup d'humanisme.

4 Souhaitez-vous passer un message aux lecteurs ?

Quelle sorte de message avez-vous à passer ? Que transmettez-vous au lecteur ?

(événements, actualités, peine, état d’âme …)

Gaël : Tous les sentiments qui existent peuvent m'inspirer, par exemple l'injustice dans Deux de mes histoires ou bien l'actualité sans verser dans l'excès.

5 Avez-vous une autre vie en dehors de l’écrit ?

Peut-on pénétrer dans une intimité différente ? (choix des meubles, jardinage, bricolage, peinture, mécanique, etc…)

Gaël : Je suis passionné de littérature, de musique et particulièrement la musique noire. Je suis très ouvert au monde qui m'entoure : à ses différences, à ses cultures... Bref, j'ai une vision de vie très humaine.

6 Que souhaitez-vous dire à ceux qui vont acheter votre livre ?

Gaël : J'espère que les personnes qui l'achèteront l'apprécieront surtout pour la variété de thèmes et les couleurs qui en ressortent. Notamment, l'humour et l'indignation. Au lendemain de la mort de Stéphane Hessel, je crois qu'il est toujours bon d'avoir des motifs pour s'indigner.

7 Auriez-vous un texte ou un extrait de texte rapide à lire pour clôturer l’entretien ?

Gaël : Extrait de : À qui profite de la trime ? « Des groupes de défenses de l'environnement affirment qu'un ouvrier sur six employés sur le chantier de désamiantage souffrirait d'asbestose, maladie incurable provenant de l'inhalation de poussières d'amiante... »

Merci Gaël

Propos recueillis par Danyel Camoin

Entretien qui sera répercuté dans le périodique du trimestre fin mars 2013 avec les poèmes de la muse-poète : Carine Canu de l'Académie de Provence auxquels répondra le Président de Pp.

On peut aussi trouver Gaël dans "Tous les chemins mènent à Aubagne" livre régional multi-auteurs de Pp éditions.

En 2013, il voyage dans les contes modernes en y conservant son humanisme et sa sincérité. Tel Maupassant , il mélange contes et nouvelles... Il présentera son livre parmi les contes de nos moulins en fin novembre 2013 aux côtés d'un auteur aux polars trés spéciaux : Claude Iconomou.

Suivez l'apparition de :

Encre sympathique

Avis aux intéressés, l'auteur et l'édition peuvent prendre des commandes d'intéressés.

angelis-encre.jpg

Le carillon du temps, Décadenza, Du sang pour la St Patrick, La fabrique d'Indiennes, Les âmes Blanches, Soir de crime...

Des titres qui parlent et racontent : Il était une fois...

Venez la voir... Histoire(s) de Savoir

Comment naissent des bijoux de la nouvelle...

Un parfum de fantastique, un zeste de recherche historique et puis le suspense qui vous précipite dans la chute finale...

Elle fait partie des douze dames qui vous étonneront en 2013

entre deux eaux...

interview-2.jpg

Suivez l'interview de Geneviève Casaburi saisi en direct le

25 octobre à 18h30 aux Passons (maison de quartier Aubagne)

qui était répercuté dans le périodique du trimestre.

interview.jpginter-2.jpg

L’interview du mois

Entretien avec Geneviève Casaburi pour la sortie de son livre : Histoires de Savoir

« Bienvenue dans mon monde »

1 Présentation de l’auteur :

Pouvez-vous vous présenter en précisant votre résidence, la nature de vos écrits, vos rapports avec l’association, depuis quand écrivez-vous ?

Réponse de G.C :

Née à Marseille, je vis à La Destrousse depuis l'âge de sept ans. J'ai commencé à écrire en 1995 et je fais partie de Provence-poésie depuis 2011.

2 Comment êtes-vous venu à l’écriture ?

Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?

Avez-vous des auteurs fétiches, des sources d’inspiration, des correcteurs, des livres de chevet ? Avez-vous participé à des concours ?

GC : L'écriture pour moi s'apparente à un défouloir, suite des blessures de la vie. J'ai obtenu un prix dans un premier concours à l'Académie de Marseille. J'ai commencé à écrire des nouvelles pour des collégiens, ensuite, tout s'enchaîne...

La moindre évocation peut devenir une inspiration ; peu importe le sujet, un flash est nécessaire. L'importance du ressenti à ce moment-là.

J'effectue beaucoup de recherches pour mes nouvelles afin de m’approcher au plus près de la réalité.

Mes lectures se situent pour la plupart de l'Antiquité au Moyen Âge.

3 Présentation du dernier livre :

Thème, pages, prix, disponibilité, donnez-nous envie d’acheter votre recueil ?

 

GC : Histoire de savoir allie plusieurs thèmes : les marchés de Provence, l'historique, les péchés capitaux, la fracture sociale, l'anticipation et même le polar.

C'est un livre léger facile à lire et à acquérir qui relie 60 pages pour 11,5 euros.

 

4 Souhaitez-vous passer un message aux lecteurs ?

Quelle sorte de message avez-vous à passer ? Que transmettez-vous au lecteur ?

(événements, actualités, peine, état d’âme …)

Faire partager mes centres d'intérêt est primordial. Créer la communication par les mots, donner le goût aux lecteurs, le ressenti, les émotions...

 

 

5 Avez-vous une autre vie en dehors de l’écrit ?

Peut-on pénétrer dans une intimité différente ? (choix des meubles, jardinage, bricolage, peinture, mécanique, etc…)

 

G.C : Citons la passion pour le bricolage ; la Provence aussi mais on revient surtout à la discussion et au débat.

6 Que souhaitez-vous dire à ceux qui vont acheter votre livre ?

 

GC : J'attends les bonnes critiques comme les moins bonnes ; on me verra contente de partager avec les lecteurs. L'écriture sait faire rêver les gens dans le partage…

7 Auriez-vous un texte ou un extrait de texte rapide à lire pour clôturer l’entretien ?

 

GC : Extrait de Du sang pour la Saint-Patrick : … l'ombre vient de bouger… deux yeux rouges perçants qui observent…

Merci Geneviève.

Propos recueillis par Gaël Angélis

inter-3.jpg

 

Article Nicole Manday et Frank Zorra

-----------------------------------------------------------------------

Interview précédent

Entretien avec…

Rosette B.P. pour la sortie de son livret poétique : « Que me dis-tu mon coeur ?»rosette bp cover

« L'Amour tout court »

1 Présentation de l’auteur :

Pouvez-vous vous présenter en précisant votre résidence, la nature de vos écrits, vos rapports avec l’association, depuis quand écrivez-vous ?

Réponse de Rosette : (RBP)

RBP : Je suis d'origine aubagnaise résidente sur Auriol.

Dans un milieu sans livre, à 10 ans j'écrivais de la poésie : après l'abandon j'ai repris à 45 ans sur des pulsions poétiques : opportunités non saisies de l'inspiration quand la muse était là.

Je fais depuis deux ans partie de l'association Provence-poésie où je participe maintenant l’atelier de Pp à Aubagne, chaleureux et efficace.

2 Comment êtes-vous venu à l’écriture ?

Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?

Avez-vous des auteurs fétiches, des sources d’inspiration, des correcteurs, des livres de chevet ? Avez-vous participé à des concours ?

RBP :

Sources d'inspirations : la nature, les enfants (ancienne instit), l'amour avec un grand A et à la base de mes poèmes : le partage des émotions. La vie me poussait à écrire, suite à un secret de famille découvert (voir le rêve bleu : initiales BP) son écriture m'a sauvée : j'ai fait sauter un verrou. J'ai reçu une lettre de Simone Veil et ce livre a une portée étendue pour la femme...

3 Présentation du dernier livre :

Thème, pages, prix, disponibilité, donnez-nous envie d’acheter votre recueil ?

RBP : « Que me dis-tu mon cœur ? », c’est le premier d'une trilogie. Les deux suivants parleront de la vie et de la mort, en route vers la plénitude ; il faut choisir le chemin pour finir par écrire ce qu'il faut... précisément. C'est un petit livret mis en page simplement pour partager, abordable, -je pense aux gens modestes- (neuf euros) sur le thème de l'amour universel. Disponible chez l'auteur et par Provence- poésie.

4 Souhaitez-vous passer un message aux lecteurs ?

Quelle sorte de message avez-vous à passer ? Que transmettez-vous au lecteur ?

(événements, actualités, peine, état d’âme …)

RBP : La vie ne m'a pas ménagée mais j'ai toujours gardé la joie de vivre et je voudrais la transmettre : le but est de partager tous les aspects de la vie.

5 Avez-vous une autre vie en dehors de l’écrit ?

Peut-on pénétrer dans une intimité différente ? (choix des meubles, jardinage, bricolage, peinture, mécanique, etc…)

RBP : Je pratique le taï-chi depuis 20 ans pour être en harmonie avec l'univers. Le chant aussi est important. Je vais vers ma plénitude. À propos de la photo parmi les roses (quart de couverture) : mon grand moment, c'est quand j'entre dans la serre : les plantes sont mes amies de toujours et je les dorlote.

6 Que souhaitez-vous dire à ceux qui vont acheter votre livre ?

RBP : Je serai ravie d'avoir les impressions de chacun. L'écriture entre dans la philosophie de la vie : trouver un équilibre et arriver à l'essentiel. Je recueillerai toutes les remarques surtout si cela suscite un débat.

7 Auriez-vous un texte ou un extrait de texte rapide à lire pour clôturer l’entretien ?

RBP : Je terminerai en prenant : la clé des champs. (On peut trouver ce poème dans le périodique de l'association : rubrique quand la muse est poète et sur le blog de Pp.)

cover livre

Merci Rosette.

Propos recueillis par Gaël Angélis

Rosette, Gaël et Geneviève font partie de l'association Provence-poésie éditions

et ont écrit ensemble dans Tous les chemins mènent à Aubagne oeuvre régionale multi-auteurs

Voici ci-dessous un regard sur l'atelier du 25 octobre où l'on comptait beaucoup d'absents et l'arrivée d'un nouveau : Richard.

 

Partager cet article

Published by Pp editions - dans littérature
commenter cet article
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 17:11
Geneviève-Janine-Joëlle-Denise : la poésie au bout des doigts... Bravo !Geneviève-Janine-Joëlle-Denise : la poésie au bout des doigts... Bravo !Geneviève-Janine-Joëlle-Denise : la poésie au bout des doigts... Bravo !Geneviève-Janine-Joëlle-Denise : la poésie au bout des doigts... Bravo !Geneviève-Janine-Joëlle-Denise : la poésie au bout des doigts... Bravo !Geneviève-Janine-Joëlle-Denise : la poésie au bout des doigts... Bravo !Geneviève-Janine-Joëlle-Denise : la poésie au bout des doigts... Bravo !Geneviève-Janine-Joëlle-Denise : la poésie au bout des doigts... Bravo !Geneviève-Janine-Joëlle-Denise : la poésie au bout des doigts... Bravo !Geneviève-Janine-Joëlle-Denise : la poésie au bout des doigts... Bravo !Geneviève-Janine-Joëlle-Denise : la poésie au bout des doigts... Bravo !

Geneviève-Janine-Joëlle-Denise : la poésie au bout des doigts... Bravo !

 

Quatre dames de Provence-poésie présentes aux doigts d'or à La Destrousse le 15 mars dans le cadre des journées de la femme à la salle de la Pleiade de 10 à 18 heures : Geneviève Casaburi, nouvelliste, romancière, exposant ses vitraux et effectuant une démonstration -Janine Ravel, poète, conteuse et nouvelliste, également interprète de lecture-spectacle, dédicace ses livres -Joëlle Solari exposant ses créations après avoir remporté le grand prix de la nouvelle à Aubagne et Denise Biondo respirant après deux rudes journées destinées à la remise des prix du concours et au spectacle en exposant les oeuvres écrites auxquelles elle a participé en plus de son livre personnel : Au bout des doigts.

Les doigts qui jouent, qui écrivent, qui créent... ne font pas qu'écrire ; les tricots, les vitraux exposés le prouvent.

Partager cet article

Published by Pp editions
commenter cet article
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 14:40
Après le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphentAprès le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphent

Après le spectacle, remise des prix aux nouvellistes : Claude Jégo d'Orange, Michel Isard de Marseille et Joëlle Solari de Meyreuil (Grand Prix) triomphent

article paru dans le journal La Provence le 21 mars

article paru dans le journal La Provence le 21 mars

Derrière la fête de la nouvelle formée par la musique des mots, spectacle présenté par Denise Biondo d'après des textes de Geneviève Casaburi, Frank Zorra et elle-même, joués ou interprétés au cœur d'un ensemble par l'équipe de Provence-poésie à laquelle s'est adjointe celle de Guy Feugier, Ghislène Layani et Alain d'Aix de l'association Passeport pour la poésie...

Se dressait la cinquième remise des prix des auteurs en Pays d'Aubagne présidée par Jean-Claude Beltramo (romancier) en présence de l'Adjoint au Maire Délégué à la Culture : M. Philippe Amy et de la Déléguée à la Vie Associative : Me Valérie Morinière.

Une douzaine de scènes mixées dans l'histoire globale d'un bar fictif, dit de Tonton, donnaient des rôles de composition inattendus à  Joëlle Foin, Janine  et Yves Ravel et aux trois serveuses incarnées par Mireille Miau, Geneviève Casaburi et Evelyne Palermo.

Onze lauréats récompensés cette année par les "sponsors" de l'association : la mairie d'Aubagne, bien sûr, le Conseil Général et le Conseil Régional, le Crédit Mutuel, la Communauté du Pays d'Aubagne et de l'Etoile, Vivassimo, l'hôtel Souleïa, la médiathèque Marcel Pagnol, le journal La Provence, le supermarché Auchan et Aubagne-Philathélie.

LE GRAND PRIX DE LA VILLE D'AUBAGNE a été décerné à Joëlle Solari de Meyreuil avec la somme de cent cinquante euros et un bon d'achat dans notre catalogue de cinquante euros, en plus de la coupe offerte par la Mairie d'Aubagne, du diplôme de Pp, du recueil relié des onze nouvelles, du livre offert par le Conseil Régional, de la médaille Pagnol offerte par Georges Corradi, philatéliste historien, aussi membre du jury, à chaque lauréat.

Parmi les autres membres du jury : Isabelle Sachot (Médiathèque) Mélanie Révilla et Michelle Grenier (gagnantes de l'an dernier), Stéphane et Jacky (membres non nouvellistes de l'association).

Derrière elle, dans l'ordre, Michel Isard de Marseille et Claude Jégo d'Orange, pour les grands prix, suivis de Bernard Marsigny, Erine Lechevalier et Hurs de Marto Pi ex-eaquo, Mireille Talotti-Miau, Liliane Di Ciaccio, Robert Landi, Jeanne Champel-Grenier et Zavèn Sarafian.

A signaler que Hurs De Marto Pi de Rognes est né en 2000.

Après la remise des prix, Michel Isard chantait la chanson type de Provence-poésie et tout se terminait par un gigantesque verre de l'amitié.

 

Article F. Z

Photos Yves Ravel

 

Partager cet article

Published by Pp editions
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 00:12
Une oeuvre à découvrir...

Une oeuvre à découvrir...

Un « moi profond » et différents niveaux de conscience

Dans son numéro 157, la revue littéraire « Florilège »* présente une très intéressante critique du livre « Les comptes de l’amour » de François LÉGER.

Une réflexion d’autant plus intéressante que l’auteur de celle-ci n’a pas manqué de voir certains personnages de cet ouvrage à la recherche de leur « vrai moi », du regard des autres, en insistant sur ce qui est essentiel : « Tous les personnages de ce roman diffèrent les uns des autres < entre deux niveaux de conscience > parfois sans le moindre état d’âme… ». Le critique met ici le doigt sur ce qu’a voulu livrer au lecteur l’auteur de cet ouvrage : un livre à deux niveaux de lecture…

Et de laisser le mot de la fin à Paul Valéry : « Chaque personne est un jeu de la nature, jeu de l’amour et du hasard ». Comment l’auteur de l’ouvrage pourrait-il ne pas être comblé par une telle conclusion ?

Dans la lignée de ses auteurs invités après (entre autres) Guy Feugier, Alice Hugo, Martine Robustelli-Neu, Lucien Vassal, Jean-Yves Calassi, Claude Iconomou et bientôt Paul Di Giovanni, Provence-poésie projette d'accueillir sur ses tables François Léger, auteur dont le récent ouvrage paraît intéressant au vu de sa présentation par Florilège qui laisse le mot de la fin à Paul Valéry.

 

FZ

Partager cet article

Published by Pp editions
commenter cet article
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 12:28
Frank Zorra : le retour...

Désolé de manquer les journées de la femme, mon bouquin ne paraîtra qu'après et c'est pourtant un immense hommage aux dames et notamment à la vieille dame du palais Longchamp.

Mais j'étais pris par une enquête auprès de deux superbes dames : Josiane et Emilie ...

Vous ne connaissez pas ? Oh ! Renseignez-vous auprès de Pp éditions : elles ont emprunté les plumes de Geneviève Casaburi et Christine Lubrano dans l'impossible crime : ma plus longue enquête.

Mais pour ceux qui préfèrent (s'il y en a ) mes enquêtes plus rapides et plus nombreuses voici la suite de : Je suis né à Marseille et "ça va chauffer " !

La clef de l'énigme : Mésaventures de détective... (mes aventures de détective, mémoire de mésaventures !)  aux bons soins de Nombre 7 éditions : on n'a lésiné sur rien, même pas sur la couverture, on craint "dégun " !

 

Alors à bientôt, Mesdames  !

Frank Zorra

 

Partager cet article

Published by Pp editions
commenter cet article
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 00:49
Deux suspectes : qui a tué Christophe ?  L'épouse et la maîtresse : coupables ou victimes ?
Deux suspectes : qui a tué Christophe ?  L'épouse et la maîtresse : coupables ou victimes ?
Deux suspectes : qui a tué Christophe ?  L'épouse et la maîtresse : coupables ou victimes ?
Deux suspectes : qui a tué Christophe ?  L'épouse et la maîtresse : coupables ou victimes ?

Deux suspectes : qui a tué Christophe ? L'épouse et la maîtresse : coupables ou victimes ?

Bientôt sur vos stands à partir du 14 mars à Aubagne

l'enquête la plus particulière de Frank Zorra

l'interview des suspectes en direct

deux héroïnes face à face

l'épouse Josiane, la maîtresse Emilie : qui a tué Christophe ?

A découvrir sous les plumes de :

Geneviève Casaburi - Christine Lubrano

L'impossible Crime ( éditions Pp 2015)

Partager cet article

Published by Pp editions
commenter cet article
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 09:09
5e concours de nouvelles chez Pp éditions résultats le 14 mars 2015
5e concours de nouvelles chez Pp éditions résultats le 14 mars 2015
5e concours de nouvelles chez Pp éditions résultats le 14 mars 2015
5e concours de nouvelles chez Pp éditions résultats le 14 mars 2015
5e concours de nouvelles chez Pp éditions résultats le 14 mars 2015
5e concours de nouvelles chez Pp éditions résultats le 14 mars 2015
5e concours de nouvelles chez Pp éditions résultats le 14 mars 2015
5e concours de nouvelles chez Pp éditions résultats le 14 mars 2015
5e concours de nouvelles chez Pp éditions résultats le 14 mars 2015

5e concours de nouvelles chez Pp éditions résultats le 14 mars 2015

Pp va bientôt dévoiler le vainqueur désigné par le jury présidé par Jean-Claude Beltramo pour son cinquième concours de nouvelles des auteurs en pays d'Aubagne.

L'an dernier le trophée revenait à Mélanie Révilla (Lozère) remportant le grand prix de la ville d'Aubagne avec un chèque de 200 euros ; Mélanie est cette année membre du jury.

Pour éclairer la remise des prix, Denise Biondo, Danyel Camoin, Jean-Claude Colay, Isabelle George et Michel Isard ont adjoint à la cérémonie un spectacle qui fête la nouvelle incluant des nouvelles de Denise Biondo, Frank Zorra et Geneviève Casaburi dans l'esprit d'Alphonse Allais :

La musique des mots.

Participent au spectacle :

Denise Biondo, Danyel Camoin, Joëlle Foin, Monique Morucci, Jacky Guichaoua, Michel Isard, Mireille Miau, Jean-Claude Colay, Geneviève Casaburi, Yves et Janine Ravel, Evelyne Palermo et Edouard.

avec la participation exceptionnelle de Jean-Pierre Mauduy, Alain D'Aix et Guy Feugier.

Après la remise des prix devraient intervenir en chanson avec Michel Isard, Lucien Séraphin Ferlita et Edouard.

Exceptionnellement, c'est Joëlle Solari qui tiendra la table des auteurs avec les livres à plusieurs auteurs de l'association.

Pour terminer cet article, quelques photos de précédents concours suivront...

Article FZ

Partager cet article

Published by Pp editions
commenter cet article
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 10:26
Geneviève Casaburi à Cultura AubagneGeneviève Casaburi à Cultura AubagneGeneviève Casaburi à Cultura Aubagne

Geneviève Casaburi à Cultura Aubagne

Geneviève Casaburi  et les Fantômes de Marseille seront aux tables rondes de Cultura Aubagne le samedi 28 février à 11 heures.

Un rendez-vous à ne pas manquer où Geneviève pourra développer son oeuvre à la table du polar et étaler aussi : Histoires de savoir et Il était une fois... Des nouvelles qui s'intégrent au polar avec un soupçon de fantastique. N'oublions pas qu'elle a écrit aussi : les âmes blanches, mini roman historique sur La Destrousse et que Pp va bientôt sortir de ses éditions : l'impossible crime(de Marseille) où elle co-écrit avec Christine Lubrano.

Geneviève participe aussi au concours du recueil poétique inédit aux Apollons d'Or où Chris Bernard aura peut-êtrel'occasion de lui remettre un prix dans cette discipline différente.

Elle était aussi l'indienne de la causerie "Bécaud  100000 volts "  réalisée par Pp au Club Castéropoulos à Marseille aux côtés de Denise Biondo, Danyel Camoin, Guy Feugier, Michel Isard et Jehan Armagnac le jeudi 12 février.

Et ci-dessous dans le précédent article vous pouvez la voir dans une autre  face de ses oeuvres...

 

------------------------------------------------------------------ article 2014

Expo de faux vitraux décoratif et peinture sur miroir à la salle des fêtes de la Destrousse, l'auteur de nouvelles montre une autre face de son art :

vernissage vendredi 10 octobre  au soir à partir de 18 heures avec la présence du président de Pp

Geneviève Casaburi, entre deux polars, vous propose sa décoration artistique.

 

PB030066

dedicaces-2-0010.JPG

dedicaces-2-0002.JPG

Elle exposera aussi sur les marchés de noël...


Réalisations personnalisées sur devis

article FZ

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

soniaLa rentrée de Sonia

Sonia, qu'on a pu voir avec Provence-poésie avant les vacances sur les stands de la Canebière comme sur ceux de la fête de l'olive et l'olivier à Cadolive puis dès la rentrée avec Vertiges en Provence dans le parc Borély très proche de nos hôtesses.

Sonia déchaîne ses deux casquettes pour dédicacer ses oeuvres littéraires dont plusieurs participations dans les éditions Pp (voir Tous les chemins mènent à Aubagne) où va sortir, dans le recueil piloté par Denise Biondo : Retour en Provence, sa dernière nouvelle, auprès de 15 auteurs pour 2015.

On pourra la retrouver sur nos tables pour dédicacer le 6 décembre. Mais il ne faut pas oublier ses recueils poétiques avec tableaux en illustration parce que Sonia est aussi peintre.

Le 11 octobre, Sonia dédicace à 11h à la médiathèque J-C Izzo à Châteauneuf les Martigues où nous avions déjà rejoint Erine Lechevalier pour sa dernière correspondance (recueil de nouvelles Pp) qui a inspiré la scène La Lettre déclamée par Joëlle Foin.

Le 16 octobre expo et vernissage à partir de 19heures à la centrale des vins 88 rue d'Italie 13006 Marseille et

Le 20 novembre même endroit soirée Beaujolais avec présence de l'artiste.

Rejoignez Sonia dont le texte " Le vieux potier d'Aubagne"  a inspiré le répertoire externe de Pp et sera déclamé avec des textes de Denise Roman et Francis Triay lors du spectacle " Aubagne en chansons" lancé par Lei Cigaloun de L'estelle.

le guidecover soniachemins d'Aubagne 1-copie-1papillon sur l'ailecouv.Retour-en-Provence.jpg

Rappelons que Sonia, comme Janine Ravel et Joëlle Foin, a obtenu un prix au concours des marseillais venus d'ailleurs.

 

 

Article FZ

     ------------------------------------------------------------

 

 

 

Durant l'été, la vie continue et pendant que certains auteurs dédicaçaient sur la place de Carqueiranne avec un air de vacances, Joëlle Solari représentait l'association en présentant quelques livres de Provence-poésie éditions et de Nombre 7 à la fédération André Maginot, domaine de grande Garenne, Neuvy sur Barangeon,18330.

Une quinzaine de livres de l'association ont été vendus dans la région.

Ci-dessous quelques photos de la manifestation :

 

SAM_2242.JPG

SAM_2240.JPG

Joëlle Solari, nouvelliste, est à l'honneur cette semaine parce qu'elle est parmi les dix lauréats du concours de nouvelles de la Creuse avec la nouvelle émouvante qu'elle a présentée.

Bravo Joëlle et Merci.

 

Article FZ

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Article précédent

Ces marseillais venus d'ailleurs offrent chaque année des coupes aux meilleurs textes présentés.

Guy Feugier et Jacqueline Laurenzati sous l'égide de la mairie de Marseille remettent donc les prix pour cette année le 22 mai 2014.

Quatre auteurs de Provence-Poésie sortent récompensés de cette journée d'honneur.

Jean Di Fusco toujours présent dans les concours malgré son état de santé, Janine Ravel, Joëlle Foin et

Sonia Kitaëff qui représentait les absents à la remise des prix sont donc aujourd'hui à l'honneur et remercient Jacqueline Laurenzati et son concours.

 

003 foinP5030046soniadifusc

 

Bravo à tous les quatre !

FZ

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Notre Dame de la garde veille sur Mireille et Janine...

Le comité du vieux Marseille a inclus leur poème sur ce lieu dans le dVd archives qui vient d'être offert à cinq des poètes sélectionnés sur mes moires de Marseille devenu le petit guide poétique des trésors de Marseille collection Académie de Provence, préfacé par Jean-Claude Gaudin.

Monsieur Jacques Mouton, photographe, qui a participé au montage photo du guide (Mes moires de Marseille )

a remis samedi 16 novembre 2013 au carré des écrivains au nom du comité à la vice-présidente de Provence-poésie éditions : (Denise Tanzi-Biondo)

cinq dvd adressés aux cinq poètes choisis:

Pierre Boyer, Jean DiFusco, Danyel Camoin, Janine Ravel, Mireille Talotti-Miau...

Bravo aux cinq auteurs !

Félicitations de l'association et du comité.

 

dvd-comite.jpg

le guidemarseille cover 2

Interview de Danyel Camoin :

A l'origine ce n'était qu'un petit livret entre copains : Mes moires de Marseille ; c'est la participation du comité du vieux Marseille, la présence du président de l'Académie de Provence Roger Blanc auteur du poème sur Longchamp et la préface du maire de Marseille qui ont propulsé le livre actuel au carré des écrivains où plusieurs exemplaires sont vendus chaque année, on peut aussi se le procurer librairie Maupetit sur la Canebière et dans plusieurs librairies régionales comme celles de Gréasque ou de La Destrousse.

La librairie qui le distribuait sur Aubagne est maintenant fermée.

Mais l'association Provence-poésie et certains auteurs peuvent aussi l'adresser par correspondance pour Noël sans supplément de prix. (15 euros)

Le contenu : des poèmes, des images et un peu d'histoire.

 

 

articles précédents:-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Janine Ravel remporte une médaille en poésie classique au concours de la vallée de l'Huveaune : remise des prix à la mairie du 12e arrondissement par Guy Feugier et le maire. Auprès des grands prix : Dominique Simonet et Raymond Bergerot. Danyel Camoin remporte également une médaille avec le rondel de la pianiste dédié à Denise Biondo.

feug12feug13

 

Provence-poésie, à l'honneur ce 12 octobre 2013 à Marseille, vous propose les deux textes :

Une ode au temps qui passe

 

Toute une vie pour nous comprendre,

C’est bien trop court le temps s’enfuit ;

Tout doucement viens me surprendre,

Comme au jour où tu m’éblouis.

 

J’étais jolie toi tu fus tendre,

Et l’amour ne fit pas de bruit ;

Toute une vie pour nous comprendre ;

C’est bien trop court le temps s’enfuit.

 

J’avais d’espoir tant à revendre,

Toi ma maison tu as construit ;

Nos vies comblées je veux suspendre

Sur le fil qui nous a conduits,

Toute une vie pour nous comprendre…

 

 

Janine Ravel

(Rondel)

 

La pianiste

 

Heureuse note entre ses doigts

D’autres voudraient être à ta place !

Mais tu t’enfuis en haut des toits

Tout en glissant de marbre en glace.

 

Moi, si pressé, pour une fois,

Je vais saisir la clé qui passe,

Heureuse note entre ses doigts

D’autres voudraient être à ta place !

 

Jonglant avec chants et patois,

Chaque portée à nos terrasses

Sourit à un bémol d’émoi…

Soupire pour prendre l’espace,

Heureuse note entre ses doigts

Danyel Camoin

photos: Yves Ravel

article précédent--------------------------------------------------------------------------------------------

Plusieurs auteurs de Provence-poésie remportent un prix aux Apollons d'Or : remise des prix en septembre par le président Chris Bernard.

isardrosette

voir le détail des prix dans article précédent ci-dessous...

Photos Michel Isard

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Geneviève Casaburi une nouvelle fois chez Chris Bernard pour les journées Barjavel à Nyons...

où elle récupère son nouveau prix de la nouvelle.

En plein mois d'Aout pas de vacances pour les braves !

ginou-aout.jpg18ut13--8b-.jpg

24.8--24c-.jpg

Les fans pourront retrouver Geneviève dès la rentrée au parc Borély le 8 septembre et également à Marseille le 10 octobre pour l'hommage à Paul Carpita : la poésie dans le cinéma de Carpita présenté par Jehan Armagnac.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les auteurs de Pp récompensés : n'oublions pas les auteurs qui se sont joints à nous récemment :

Michelle Grenier dont on va parler plus longuement dans le prochain article des 13 pour 2013 dont elle fait partie et de 14 pour 2014 puisqu'elle est aussi bien dans Entre Deux Eaux que dans Un papillon sur l'aile du vent aux côtés du troubadour de Pp : 3e prix de la nouvelle au prix du Nyonsais et 2e prix de poésie au même concours, elle sera à nouveau à l'honneur avec Rosette et Frank (voir ci-dessous) à la remise des prix des Apollons d'or pour son recueil "Quand les fables se rebiffent".

SPA50077bis

qui vous invite à visiter www.poémienne.fr

voir aussi l'article de Pp à Nyons sur les photos de Denise Biondo,

et Jeanne-Champel Grenier, lauréate de notre concours national 2013, est aussi sur la liste pour son recueil : Les champs nouveaux.

Rappel des précédents:

Janine Ravel prix de Provence-poésie 2013 devant neuf lauréats sélectionnés dont Geneviève Casaburi en seconde place.

Elle vient de gagner le concours interne sur le thème probabilités de fin d'un monde.

P5030046.jpg

Coupe, médaille et différents cadeaux dont le stylo de Provence-poésie : une ovation pour Janine mais elle ne sera pas la seule à l'honneur en cet article...

Nous venons d'apprendre que deux diplômes d'honneur viennent d'être attribués aux Apollons d'Or à Vaison La Romaine à des recueils édités par Pp.éditions :

Rosette BP pour Que me dis-tu mon coeur ? Et Frank Zorra pour Des nouvelles de Nyons.

Et un apollon de bronze à la poésie pour Jean DiFusco.

Les félicitations à tous les quatre.

 

rosette bp cover

 

cover nyons 2-copie-1

 

difusc

 

__________________________________________________________________________________________________7

 

En mai, c'était Geneviève Casaburi qui était récompensée par Chris Bernard pour son incursion dans la poésie avec l'olivier cher au pays de Nyons: remise des prix le 11 mai.

Les félicitations du bureau lui sont adressées.

Elle avait déjà remporté avec Chris Bernard un prix de la nouvelle à Sablet et aux Apollons d'Or.

(voir ci-dessous)

anciens articles------------------------------------------------------------------------------------

En novembre, c'est Janine Ravel qui reprend le flambeau des auteurs de Provence-poésie à l'honneur en gagnant le 1er prix des Loriots.

Toutes les félicitations du bureau lui sont adressées. auriol-prix.jpg

Membre actif de l'atelier d'écriture de Pp, elle fera aussi partie de l'équipe du spectacle: les contes du 7e Art, le 1er décembre ; elle est aussi l'auteur des demoiselles en livrée interprétées avec Denise Biondo dans le spectacle de l'an dernier : A nous, Contes, des mots !

Vous pouvez trouver des poèmes de Janine dans l'article : quand la muse est poète qui reflète notre périodique au niveau de la poésie et dans la collection des auteurs en pays d'Aubagne sous le titre : Tous les chemins...

Egalement nouvelliste Janine a été publiée en prix d'honneur dans le recueil : Inspiration Libre pour sa nouvelle : Dernier ou premier cri...

 

Photos de la remise des prix après le 24 novembre...

ravel prix 2

Et on la retrouvera bientôt parmi onze autres dames...

Entre Deux Eaux ! Le 13 janvier 2013 en parution.

Article Frank Zorra -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Précédents :

Provence-poésie félicite Geneviève Casaburi qui a décroché également le premier prix nouvelle des Apollons d'Or à Vaison La Romaine

avec sa nouvelle : Du sang pour la Saint-Patrick.

Elle est la quatrième des auteurs de Provence-poésie a être récompensée, après Danyel Camoin, Alice Hugo et Claire Gilbert, par notre ami Chris Bernard, Président de Portique et de l'UPF et organisateur de plusieurs concours.

vaison1 (6)

 

 

Voir l'article de Sablet ci-dessous...

 

Précédents articles____________________________________________________________

Claire Gilbert présente la liste prévue pour ses dédicaces...

 

claire au salon

 

salons-claire.jpg

_________________________________________________________________________________________

Après Janine Ravel et Rosette Escoffier sélectionnées dans les dix nouvelles au jury de Saint-Maximin,
Voici de nouveau Geneviève Casaburi dans un autre prix de la nouvelle à Sablet, c'est ex-eaquo avec Danyel Camoin
que Geneviève s'est présentée devant notre ami Chris Bernard le 21 juillet pour récupérer son prix
derrière une amie de Provence-poésie, Michelle Grenier, co-auteur de "Entre deux eaux", le livre à 13 pour 2013.
Une belle soirée de remise de prix ...
à Sablet où dédicaçaient aussi de grands auteurs
100_2221.jpg100_2224.jpg

100_2214.jpg100_2215.jpg

100_2219.jpg

Rappelons à cette occasion une partie de son oeuvre :

Les âmes blanches, petit roman au parfum de nouvelle au coeur de La Destrousse.

Il était une fois... recueil contenant la nouvelle publiée dans le blog de Pp : le carillon du temps.

La fabrique d'Indiennes, éditée dans " Tous les chemins mènent à Aubagne "

Décadenza, primée cette même année par le concours d'Aubagne et éditée dans : Inspiration Libre.

Réunion Alphonse Allais P.P 009 53

Geneviève qu'on a pu voir interpréter une saynette d'après Alphonse Allais

"Un temps bien employé" le 17 mars à la Mdva dans le spectacle "Allais, vous m'en direz des nouvelles" et Maria, dans FerrAragon le 23 mars dans la même salle...

sera aussi la partenaire de Danyel Camoin dans son prochain livre pour 2013

"Entre Deux Eaux" où sont invitées également à participer Joëlle Behez, Denise Biondo, Mauricette Buffe, Michèle Durand, Claire Gilbert, Michelle Grenier, Véronique Pésarési, Janine Ravel, Claude-Marie Roux, Mireille Talotti-Miau et Céline Lacomblez (prix d'honneur au concours de nouvelles d'Aubagne qui est aussi illustratrice: voir l'illuscrivaine sur Internet.) 17.03.2012 Aubagne 006

Geneviève participera aussi à l'hommage pour Carpita et Pagnol en décembre avec l'équipe de Pp et ce n'est pas fini...

Vous auriez pu la rencontrer sur les stands de la nuitée à Carqueiranne le 16 juillet en attendant les remises des prix .

Bravo pour Geneviève et merci Chris Bernard !

------------------------------------------------------------------------------------------------------

buri

Partager cet article

Published by Pp editions - dans littérature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Pp éditions
  • Le blog de Pp éditions
  • : présentation des nouvelles, poèmes et livres de Provence-poésie avec ses auteurs attitrés: Nic Manday,Frank Zorra,Danyel Camoin...
  • Contact

Recherche

Liens