Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2020 1 27 /01 /janvier /2020 15:25
Jacky, partenaire et ami, au sein de l'association, disparu en janvier.
Jacky, partenaire et ami, au sein de l'association, disparu en janvier.
Jacky, partenaire et ami, au sein de l'association, disparu en janvier.
Jacky, partenaire et ami, au sein de l'association, disparu en janvier.
Jacky, partenaire et ami, au sein de l'association, disparu en janvier.
Jacky, partenaire et ami, au sein de l'association, disparu en janvier.
Jacky, partenaire et ami, au sein de l'association, disparu en janvier.
Jacky, partenaire et ami, au sein de l'association, disparu en janvier.
Jacky, partenaire et ami, au sein de l'association, disparu en janvier.

Jacky, partenaire et ami, au sein de l'association, disparu en janvier.

Provence-poésie consacrait le 17 janvier 2020 une minute de silence pour Jacky. au cours du tour de table qui précédait le partage de la galette des rois de l'association. Jacky, fidèle partenaire s'est souvent illustré au cours de nos lectures-spectacles, seul ou en duo, quelquefois déguisé mais toujours amical.

Patrick Leidet déclamait un poème adressé à Jacky qui faisait écho aux paroles du président avant  qu'Edouard ne lance la chanson : Quand il est mort le poète.

Encore un, de nos amis et partenaires, disparu : notre Zorro !

Il rejoint dans la liste : Joseph Lévonian, Francis Triay, Jean di Fusco, les absents de l'association et avec eux : André Durbec, Marie-Louise Bergassoli, Eloyse Blouet, des grands noms de la poésie environnante.

Mais il n'est, hélas, pas le seul en ce début d'année,  Provence-poésie fait un retour arrière sur un remarquable président d'association, celui de l'Olive et l'Olivier qui nous donna, au début de notre expansion, une ouverture de stand pour étaler nos livres sur le centre d'Aubagne, Jean DAOU fut aussi un de nos premiers membres du jury de concours en 2011 et nous lui adressons un adieu chaleureux au bout de ses derniers moments difficiles. (Obsèques à Aix en Provence, cimetière St Pierre le vendredi 31 janvier à 10 heures)

 

(Article en cours... Voir Photos.)

 

Jean DAOU, président de l'Olive et l'Olivier et jury de Provence-poésie, disparu en janvier 2020
Jean DAOU, président de l'Olive et l'Olivier et jury de Provence-poésie, disparu en janvier 2020
Jean DAOU, président de l'Olive et l'Olivier et jury de Provence-poésie, disparu en janvier 2020
Jean DAOU, président de l'Olive et l'Olivier et jury de Provence-poésie, disparu en janvier 2020
Jean DAOU, président de l'Olive et l'Olivier et jury de Provence-poésie, disparu en janvier 2020

Jean DAOU, président de l'Olive et l'Olivier et jury de Provence-poésie, disparu en janvier 2020

Pour Jean DAOU de la part de Provence-poésie éditions

Pour Jean DAOU de la part de Provence-poésie éditions

JACKI

Je me souviens de toi, qui venais de Bretagne

Sur des airs de binious que la mer accompagne

D’un pays où les hommes ont de beaux chapeaux ronds

Où les coiffes des femmes résistent aux chaperons

Les amarres rompues de Quimper, Vannes ou Brest

Te promettent l’exil pour le ciel du Sud-Est

Et notre terre aride endormie sous le thym

Peut-être t’a séduit pour changer de destin

Contre vents et marées sur une barque folle

Poussé par les embruns, pour une farandole

Tu es venu vers nous en ce pays d’Aubagne

Au pied du Garlaban où chante la campagne

Tout le monde resonge à tes pas sur la piste

Car te voilà parti, laissant tes amis tristes

Je sais maintenant que tes regards et tes gestes

S’écriront dans le temps de la vie qui nous reste

De tes pluies incessantes aux tendres calissons

Du soleil effacé aux douces floraisons

Passent ainsi les jours gris qu’au vent mauvais je jette

Pour te garder les vers de mon ami poète...

Dieu fasse que ma complainte aille tambour battant

Te parler de la pluie, te parler du gros temps

 

Patrick Janvier 2020

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2020 1 27 /01 /janvier /2020 15:22
Daniel GLIZE, prix de poésie libérée à Aix en Provence -HORIZON janvier 2020
Daniel GLIZE, prix de poésie libérée à Aix en Provence -HORIZON janvier 2020
Daniel GLIZE, prix de poésie libérée à Aix en Provence -HORIZON janvier 2020

Daniel GLIZE, prix de poésie libérée à Aix en Provence -HORIZON janvier 2020

Nos félicitations à Daniel GLIZE pour sa participation active dans le monde poétique du concours d'Aix en Provence.

Michel TOCHE, notre grand prix de 2019 fait son chemin parmi les récompenses.
Michel TOCHE, notre grand prix de 2019 fait son chemin parmi les récompenses.
Michel TOCHE, notre grand prix de 2019 fait son chemin parmi les récompenses.

Michel TOCHE, notre grand prix de 2019 fait son chemin parmi les récompenses.

Provence-poésie félicite aussi Michel TOCHE, il a reçu le premier prix de la nouvelle à Montauroux (Var) le 9 décembre 2019 pour "Tant que nous serons deux" et, plus récemment, le premier prix de l'association "Envie de vous lire" et le prix de la ville de Viroflay (Yvelines) le 18 janvier dernier pour "Emmurées", au cours de la nuit de la lecture,  remis en présence de Marie-Hélène Lafon (prix Goncourt de la nouvelle 2016).

Trois adhérents de Pp primés au concours  du palais Longchamp
Trois adhérents de Pp primés au concours  du palais Longchamp
Trois adhérents de Pp primés au concours  du palais Longchamp
Trois adhérents de Pp primés au concours  du palais Longchamp

Trois adhérents de Pp primés au concours du palais Longchamp

Sonia KITAEFF, sacrée  muse poète de 2019 de Provence-poésie avec Alice HUGO et Denise BIONDO (voir le périodique) obtient à Marseille, pour les cinquante ans du palais Longchamp, le deuxième prix du concours littéraire, derrière Paul di GIOVANNI premier prix, et devant Zavèn SARAFIAN quatrième prix. Tous trois membres actifs de Provence-poésie qu'on retrouvera pour le repas annuel de Pp le 15 septembre à Roquevaire. Un grand bravo à tous !

Article FZ

Deux anciennes adhérentes de Pp, déjà lauréates à Aubagne, gagnent un prix à Sablet...
Deux anciennes adhérentes de Pp, déjà lauréates à Aubagne, gagnent un prix à Sablet...
Deux anciennes adhérentes de Pp, déjà lauréates à Aubagne, gagnent un prix à Sablet...
Deux anciennes adhérentes de Pp, déjà lauréates à Aubagne, gagnent un prix à Sablet...
Deux anciennes adhérentes de Pp, déjà lauréates à Aubagne, gagnent un prix à Sablet...

Deux anciennes adhérentes de Pp, déjà lauréates à Aubagne, gagnent un prix à Sablet...

Une adhérente de Provence-poésie, au sommet de la poésie classique à Sablet : Mauricette BUFFE-GABRIEL, plusieurs fois primée au cours de son adhésion à Provence-poésie éditions et partenaire interprète de plusieurs lectures-spectacle, gagne le prix de poèsie classique du concours de Sablet 2019 (récompense le 20 juillet) avec  sa villanelle du Ventoux, sous la présidence de notre ami Chris BERNARD.

Auprès d'elle, nous tenons à signaler dans un prix de nouvelle égament consacré au Ventoux : Pensées lapidaires, la présence de Brigitte BANJEAN, ex-relectrice de l'association et membre de l'Atelier, partenaire d'écriture d'un opus de Frank ZORRA, qui fut le grand prix de la ville d'Aubagne dans notre concours du pays d'Aubagne en 2016. (voir texte ci-dessous)

Bravo à toutes les deux ainsi qu'à tous ceux qui ont obtenu un prix dans le concours de Sablet.

Article FZ

Photos dossier

Pensées lapidaires

Avec mes sœurs, les unes serrées aux autres nous affichons une harmonie éclatante. Notre force ? La main de l’homme, oui oui, la main de l’homme. Asseyez-vous, je vais vous expliquer.

Patiente et docile, je sais me tenir. Cela ne m’empêche pas de m’envoler, de laisser mon esprit rêveur planer librement dans le souffle du vent et de palpiter au rythme des chaudes journées d’été où l’affluence devient presque insupportable. Patiemment, j’emmagasine la chaleur qui m’aidera à résister aux morsures du gel hivernal.

C’est un maçon-poète qui m’a placée là, un amoureux un brin taquin qui a joué avec les ombres et les formes de mes congénères et de moi-même afin d’offrir au visiteur un ensemble parfait. Je suis encastrée sur la face intérieure de la troisième ligne du porche de la chapelle Sainte Croix, au sommet du mont Ventoux. De notre arche, nous veillons depuis des lustres sur les promeneurs curieux qui défilent à nos pieds et soufflent un instant avant de repartir dans la contemplation du panorama. Point de repère pour les égarés, lieu de rassemblement et de repos, notre positionnement se révèle hautement stratégique.  Souvent, les marcheurs s’assoient un moment, quelques-uns nous observent méticuleusement, jaugeant le minutieux travail des bâtisseurs et d’autres encore profitent parfois de cet écrin insolite pour déclarer leur flamme et s’enlacer passionnément. Nous devenons alors les témoins muets d’innombrables secrets tendrement murmurés, le soir par quelques romantiques attardés. Le concepteur-poète m’a caressée de sa grosse main râpeuse qui, lorsqu’elle m’a découverte, inerte dans le tas d’éboulis de la vieille chapelle détruite, a évalué attentivement l’intérêt que représentaient ma forme allongée et ma couleur tirant légèrement vers le gris. Ma première vie, je l’avais passée en pieuse position mais, inanimée depuis si longtemps, j’étais prête à accepter n’importe qu’elle place sauf celle d’atterrir aux déchets et de tristement finir aux remblais. Mon sauveur m’a d’abord soupesée, époussetée et finalement sélectionnée pour m’offrir ce poste de choix, poursuivant avec joie et foi ma mission œcuménique initiale.  

Certains diront que je suis quelconque, insignifiante à côté de mes cousines dites « précieuses ». Effectivement, malgré la richesse de ma composition à prédominance carbonatée, renforcée de quelques pointes d’ocre se mêlant subtilement aux cristaux de quartz, je n’ai pas l’éclat ni la brillance du rubis, mais l’art lapidaire serait-il supérieur à l’architecture poétique ? Oui, il me plait d’imaginer que la construction de cette chapelle est plus poétique que religieuse, ainsi chacun peut laisser libre cours à ses idées, ses convictions et croyances car la poésie est universelle et sans aucune limite. À mon humble avis, les deux sciences, lapidaire et architecturale, pourraient être complémentaires et nous serions alors regardées avec le même respect. D’ailleurs, certaines d’entre nous sont appelées « les gemmes », les j’aime…

D’horribles expressions s’emparent de notre nom : « Avoir un cœur de pierre » exprime une dureté d’âme tandis que la nôtre est si douce. « La pierre tombale » donne souvent froid dans le dos alors que les familles granitiques ou marbrières s’efforcent en toute bonne foi de protéger les sépultures aux yeux des vivants tout en offrant aux défunts un ultime hommage par un refuge esthétique et minéral. Sans parler des métaphores scientifiques pour nous accuser de troubles organiques sévères au nom bizarrement mathématique ou étymologiquement gréco-poétique tel que calcul rénal ou lithiase biliaire. N’importe quoi ! Encore plus choquant, ce florilège de mots péjoratifs véhiculant une idée de bassesse insupportable qu’expriment « caillou », « pavé » ou autre « caillasse ». Quelles insultes ! Pourtant, je suis très fière de mon nom, féminin lorsqu’il est commun, devenant mystérieusement masculin en acquérant l’état dit de « nom propre ». Autre détail surprenant, pour le féminiser, les hommes lui accolent le suffixe «ette», utilisé aussi pour signifier « quelque chose de plus petit », amusant n’est-ce pas ?

Ce noble nom fut offert au premier apôtre ainsi qu’au premier pape de l’histoire et à une bonne centaine de saints. Il fut aussi porté par une dizaine de rois et de nombreuses personnalités influentes. En dehors de toute connotation religieuse, le plus beau des cadeaux s’exprime par le fait qu’un grand nombre d’individus portent ce joli prénom, le plaçant à la troisième place des attributions dans l’hexagone et encore actuellement, presque huit cents petits garçons sont appelés ainsi chaque année. Je peux bien être fière !

Remarquez, nous sommes parfois d’humeur espiègle. Je sais que certaines comiques s’amusent à s’incruster dans les lentilles ! Mais ce sont les petites, elles sont fougueuses et mutines, il faut leur pardonner. D’ailleurs toute la faute n’incombe pas à la race minérale, beaucoup sont de mèche avec les dentistes…

Voyez, ici, de ma position, je suis à l’affût. Je me sens extrêmement bien placée pour tout contempler et par temps clair, la vue s’étire jusqu’à la mer. Privilège de vivre au sommet du Géant de Provence qui attire tant d’admirateurs passionnés. Encore hier, un groupe s’est rassemblé sur le parvis pour lire lentement une partie du premier volume des Souvenirs entomologiques de Jean-Henri Fabre, relatant Une ascension au mont Ventoux, une merveille. Nous avons discuté, enfin, surtout eux, moi j’écoutais patiemment.

Les poètes et les pierres partagent une qualité que le commun des humains nous envie : nous sommes immortels.

La Provence chérit le culte de la pierre et c’est heureux car les pierres sont présentes partout, en murets, en bories, en margelles, en monuments et en chapelles. Nous sommes l’opposé du jeunisme à la mode, car l’âge nous embellit, renforçant notre patine et arrondissant nos aspérités. Parfois, un coussinet de mousse s’amuse à nous recouvrir, alors, l’osmose minérale et végétale est parfaite, favorisant ensuite la vie animale qui se réjouit d’y trouver refuge.

Une autre de mes cogitations se dirige vers les artisans qui nous vénèrent. Ils peuvent être carrier, tailleur, joaillier ou diamantaire selon à quel moment de notre vie ils interviennent mais ils sont tous nommés  « lapidaires ». Sans oublier les collectionneurs, les dénicheurs, ceux qui, à l’occasion d’une balade, nous gratouillent, nous observent et nous glissent au creux de leur poche pour une raison obscure, nous exposant ensuite dans une vitrine, sur une étagère ou sur leur bureau.

En tout cas, ici, l’impressionnante calotte pierreuse offre à notre mont Ventoux une blanche auréole visible de très loin et même par avion, laissant croire que sa cime est recouverte de neiges éternelles. Encore une facétie du calcaire provençal rendant immaculée la partie sommitale du Géant. Sans parler des nombreux pierriers qui jalonnent les combes du Ventoux.  

Qui a dit que les pierres sont inertes ? Balivernes ! Regardez-les bien, elles expriment toujours quelque chose. Et pour celui qui vient jusqu’ici déposer ses prières et ses pensées, nous faisons le maximum afin qu’elles soient entendues. Ne dit-on pas que les murs ont des oreilles ?

Tout au long de l’année, la chapelle Sainte Croix reçoit dignement ses visiteurs mais c’est à la Saint Jean, le 23 juin, que l’animation est la plus belle. Et c’est d’ici, sentinelle de Provence, que l’étincelle embrase les fagots apportés lors de la Recampado, donnant le signal pour allumer tous les feux des villages alentours. Alors les pierres chauffent et leur blancheur reflète le feu et la lumière sur tous les visages des pèlerins qui chantent et dansent au-dessus des flammes et les histoires vont bon train.

Au soir du 23 juin dernier, un poète m’a même parlé de la pierre philosophale, il a promis de m’expliquer, mais… chut ! Ceci un secret lapidaire.

 

Avec l'autorisation de l'auteur(e)

Denise BIONDO, médaille de la ville d'Aubagne, gagne un prix de la nouvelle au concours Astier-Cestion, Montélimar.
Denise BIONDO, médaille de la ville d'Aubagne, gagne un prix de la nouvelle au concours Astier-Cestion, Montélimar.
Denise BIONDO, médaille de la ville d'Aubagne, gagne un prix de la nouvelle au concours Astier-Cestion, Montélimar.
Denise BIONDO, médaille de la ville d'Aubagne, gagne un prix de la nouvelle au concours Astier-Cestion, Montélimar.
Denise BIONDO, médaille de la ville d'Aubagne, gagne un prix de la nouvelle au concours Astier-Cestion, Montélimar.
Denise BIONDO, médaille de la ville d'Aubagne, gagne un prix de la nouvelle au concours Astier-Cestion, Montélimar.
Denise BIONDO, médaille de la ville d'Aubagne, gagne un prix de la nouvelle au concours Astier-Cestion, Montélimar.

Denise BIONDO, médaille de la ville d'Aubagne, gagne un prix de la nouvelle au concours Astier-Cestion, Montélimar.

Après la médaille de la ville d'Aubagne qui lui a été remise en avril, Denise BIONDO gagne un prix de la nouvelle au concours Juliette Astier-Cestion à Montélimar avec sa nouvelle : Le pouvoir des mots.

Remise des prix samedi 4 mai à 14h30 à Montélimar.

Cette nouvelle sera éditée dans le recueil de fin d'année de Pp qui portera le même titre.

Un adhérent de Provence-poésie gagne le deuxième prix au concours PAGNOL
Un adhérent de Provence-poésie gagne le deuxième prix au concours PAGNOL

Un adhérent de Provence-poésie gagne le deuxième prix au concours PAGNOL

Provence-poésie dans les Landes : Joëlle SOLARI.
Provence-poésie dans les Landes : Joëlle SOLARI.
Provence-poésie dans les Landes : Joëlle SOLARI.

Provence-poésie dans les Landes : Joëlle SOLARI.

Joëlle SOLARI élargit le créneau des auteurs du pays d'Aubagne et déploie les plumes de Provence sur les marchés de Noël de Ste Eulalie en Born dans la forêt Landaise en bordure d'océan.

Bernard OURSINUS-ROYER remporte le deuxième prix du concours PAGNOL à Aubagne pour une rencontre du Schpountz chez Marvel...

Sonia KITAEFF expose son nouveau livre et ses tableaux à Marseille...

 

(article   : FZ)

Partager cet article

Repost0
27 décembre 2019 5 27 /12 /décembre /2019 18:23
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...
Les contes de nos moulins  : du rire et de l'émotion pour décembre...

Les contes de nos moulins : du rire et de l'émotion pour décembre...

Le 14 décembre, salle habituelle MVA à partir de 16 h et jusqu'à 19h30, Provence-poésie proposait dans la série : Les contes de nos moulins,  une succession de lectures et de scènes tirées des oeuvres de Georges Brassens (La légende de la tour Marguerite- Son coeur au diable), d'Alphonse Daudet (Christian TRINGA en curé de Cucugnan et Danyel CAMOIN en diable) et  de Guy de Maupassant, avec  Mireille MANDUCA, Alain D'AIX, Guy FEUGIER,  et l'équipe de Pp où se remarquaient de nouveaux visages dont Christine LEIDET et Dominique BAUDOIN.

Avec l'accordéon d'Alain VERRIEZ qui animait l'aubade, puis l'accompagnement et le final .

Présentation de Denise BIONDO,

Animation à l'entracte : Mireille MANDUCA présentait son Aïoli après le tirage du gagnant de l'urne.

Ceux-ci étaient suivis en deuxième partie par "Le père Noël et la sorcière " mise en scène de Danyel CAMOIN, qui incarnait aussi la sorcière, avec ses textes ajoutés à ceux issus de chants de Gilbert Bécaud, Charles Aznavour, Jacques Dutronc ou Joe Dassin où Jean-Claude COLAY devenait le père Noël.

Auteurs invités à la dédicace :  Catherine MAUGER,  Alain d'AIX, Patrick LEIDET et Dominique BAUDOIN également partenaires du spectacle.

Table ronde pour la sortie du livre : Le pouvoir des mots, tremplin de six jeunes auteurs auprès de Denise BIONDO pour ce recueil de nouvelles.

Avec une participation finale chantée par Edouard (Trousse- chemise, Désormais) et Christian (Mère Noël)  avant le verre de l'amitié de fin d'année.

 

Article FZ

photos : Patrick LEIDET

 

Un nouvel auteur à découvrir : Catherine MAUGER-TROUILLER
Un nouvel auteur à découvrir : Catherine MAUGER-TROUILLER
Un nouvel auteur à découvrir : Catherine MAUGER-TROUILLER
Un nouvel auteur à découvrir : Catherine MAUGER-TROUILLER

Un nouvel auteur à découvrir : Catherine MAUGER-TROUILLER

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2019 5 22 /11 /novembre /2019 12:08
Rejoignez Daniel Glize, adhérent de Pp, à Roquevaire, au florilège des artistes...
Rejoignez Daniel Glize, adhérent de Pp, à Roquevaire, au florilège des artistes...
Rejoignez Daniel Glize, adhérent de Pp, à Roquevaire, au florilège des artistes...
Rejoignez Daniel Glize, adhérent de Pp, à Roquevaire, au florilège des artistes...
Rejoignez Daniel Glize, adhérent de Pp, à Roquevaire, au florilège des artistes...

Rejoignez Daniel Glize, adhérent de Pp, à Roquevaire, au florilège des artistes...

Provence-poésie vous informe des dédicaces ou organisations de ses adhérents extérieures à la salle habituelle de l'association.

A l'occasion quelques images de partenariat à travers le temps avec Portique dont notre président fait partie du jury concours de nouvelles à Nyons.
A l'occasion quelques images de partenariat à travers le temps avec Portique dont notre président fait partie du jury concours de nouvelles à Nyons.
A l'occasion quelques images de partenariat à travers le temps avec Portique dont notre président fait partie du jury concours de nouvelles à Nyons.
A l'occasion quelques images de partenariat à travers le temps avec Portique dont notre président fait partie du jury concours de nouvelles à Nyons.
A l'occasion quelques images de partenariat à travers le temps avec Portique dont notre président fait partie du jury concours de nouvelles à Nyons.
A l'occasion quelques images de partenariat à travers le temps avec Portique dont notre président fait partie du jury concours de nouvelles à Nyons.
A l'occasion quelques images de partenariat à travers le temps avec Portique dont notre président fait partie du jury concours de nouvelles à Nyons.
A l'occasion quelques images de partenariat à travers le temps avec Portique dont notre président fait partie du jury concours de nouvelles à Nyons.
A l'occasion quelques images de partenariat à travers le temps avec Portique dont notre président fait partie du jury concours de nouvelles à Nyons.

A l'occasion quelques images de partenariat à travers le temps avec Portique dont notre président fait partie du jury concours de nouvelles à Nyons.

Message transmis par Portique et concernant la journée prochaine du 8 mars juste après notre remise des prix des dix ans de concours, à vous de signifier votre accord avec notre ami Chris Bernard ou pas mais lisez tout de même ci-dessous, svp...

 

« Pour la Fraternité, l’Amour, la Tolérance »

 

Certains hommes sont blancs, noirs, jaunes ou créoles,

Mais ils se valent tous, quell’ que soient leurs idoles !

Si les humains de toute nationalité

Cessent de se combattre et de se jalouser,

Si les mangeurs de riz, de sorgho ou d’épeautre

Ne disent plus un jour que « le Mal, c’est les autres »,

Alors nous sauverons toute l’humanité :

Nous vivrons l’heureux temps de la fraternité !

 

Chris Bernard

 

Le summum humaniste (pour ne pas dire humanitaire), c’est l’amour des uns pour les autres ; ou, si cela est possible, l’estime. Si l’on ne s’en croit pas capable, c’est le respect de l’autre ; et au minimum, la tolérance. Voilà ce qui devrait guider les pensées et les actions de tout être humain civilisé, pour ses frères, ses sœurs, ses camarades !

Nous vous proposons, à l’occasion du Printemps des Poètes, de dire le dimanche 8 mars 2020 quelques vers fraternels (par exemple ceux qui figurent ci-dessus, ou tout autre poème de votre choix) en faveur de la fraternité, de l’amour et de la tolérance entre les hommes (les hommes et les femmes bien entendu, car cela s’entend sans distinction de couleur de peau, de sexe ou de religion…) en les dédiant - dans votre cœur ou dits à voix haute - à « la fraternité, l’amour, la tolérance ».

Portique sera heureux d’apprendre que vous avez participé à cette initiative si vous voulez bien le lui faire savoir, par courrier à l’adresse : Portique, mairie, 8 place de la mairie, 84110 Puyméras, ou par Internet à l’adresse : cris.ber@laposte.net

Autour de nous : fin d'année
De nombreux adhérents de Pp présents samedi 16 novembre au carré des écrivains parmi lesquels notre président.

De nombreux adhérents de Pp présents samedi 16 novembre au carré des écrivains parmi lesquels notre président.

Ivo de Marseille au comité du vieux Marseille le 29 octobre 17h00 par Danyel CAMOIN : à signaler la présence de Claude CAMOUS.
Ivo de Marseille au comité du vieux Marseille le 29 octobre 17h00 par Danyel CAMOIN : à signaler la présence de Claude CAMOUS.
Ivo de Marseille au comité du vieux Marseille le 29 octobre 17h00 par Danyel CAMOIN : à signaler la présence de Claude CAMOUS.

Ivo de Marseille au comité du vieux Marseille le 29 octobre 17h00 par Danyel CAMOIN : à signaler la présence de Claude CAMOUS.

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2019 2 05 /11 /novembre /2019 10:55
Sortie : Le pouvoir des mots. Clin d'oeil aux nouvelles éditées ultérieurement... Entre deux eaux (premier volume)
Sortie : Le pouvoir des mots. Clin d'oeil aux nouvelles éditées ultérieurement... Entre deux eaux (premier volume)

Sortie : Le pouvoir des mots. Clin d'oeil aux nouvelles éditées ultérieurement... Entre deux eaux (premier volume)

A l'occasion de la  prochaine sortie du nouveau recueil : Le pouvoir des mots piloté par Denise BIONDO avec vingt auteurs des concours dont six de moins de dix-huit ans, voici un texte issu de notre premier recueil de ce genre : Entre deux eaux.

 

Pour nos lecteurs du blog,  nous allons ouvrir avec lui une page aux coups de coeur du président, parmi les nouvelles publiées ou lues dans le cadre de Provence-poésie éditions.

La rubrique débute ici avec une nouvelle de Joëlle BEHEZ, également partenaire de Frank ZORRA et de Geneviève CASABURI dans le livre : Les fantômes de Marseille, éditions Pp en vente sur commande à La Fnac ou à Pp...

 

(Cette nouvelle a été publiée dans le premier recueil de groupe à compte éditeur de Pp qui contenait les oeuvres de douze dames : Entre deux eaux.)

 

 

Cette voix suave et nette constitue une présence chez cette solitaire, le nez et le stylo enfoncés dans les dossiers de son travail, et voilà que sa plume prend tout à coup un air de liberté et griffonne sur une feuille libre une histoire sans contrainte…

 

 

Avec toi, sans toit

 

 

 

Joëlle BEHEZ

C’est une manière discrète de participer, d’être auprès de vous…

Pp éditions

 

 

Je me pressais. Comme d’habitude. J'allais être en retard au bureau. J'avais passé trop de temps devant mon miroir à me recoiffer et le fermoir de mon bracelet en argent m'avait fait perdre du temps ; en me précipitant, j'avais cassé un talon : il me faudrait racheter des escarpins. De plus, il fallait que je change de voiture car celle-ci se traînait sur la route. Si j'avais mis des années pour obtenir ce poste, ce n'était pas le moment de le perdre. Enfin c'est ce que je pensais jusqu'à ce que...

 

Là, devant moi, dans le parking du supermarché, ce n'était pas possible ! Et pourtant c’était lui. Celui que j'avais quitté pour assurer ma situation en femme libre et libérée sans dépendre d’un patron. C'était la première fois que je le revoyais depuis vingt ans. Il n'avait pas beaucoup changé. Il avait certes vieilli, quelques cheveux gris tombaient sur ses oreilles et sa barbe avait poussé mais je me noyais toujours au fond de ses yeux bleus. Un individu comme lui, il ne pouvait en exister deux. Même là, la main tendue, mal vêtu et pas rasé, il gardait encore un charme certain, un pouvoir attractif indéfini.

Je me rappelais encore de ces nuits que j'avais passées toute nue dans ses bras. À l'époque, il dirigeait une entreprise et portait des costumes bleus comme ses yeux et je ne m’enfermais pas dans ma chemise de nuit actuelle.

Apparemment tout avait mal tourné pour lui. Ce n'était plus qu'un SDF parmi tant d'autres.

Ses cheveux emprisonnés dans une casquette le faisaient ressembler aux supporters de grands matchs. De quoi en « tomber sur le cul ». Comme on change !

Dire que j'avais si souvent pensé à lui en l'imaginant au niveau d'un président. Chic et choc !

Lorsque je l'ai fait monter dans ma voiture, lorsque je l'ai ramené chez moi avec la ferme intention simple de vouloir le secourir, il a dû se trouver gêné.

Et quand je l'ai déshabillé pour qu'il puisse prendre un bain et se « désodoriser », je l’ai trouvé très maigre. On apercevait ses côtes. Lui que j'avais connu en pleine forme semblait largement démuni sexuellement : son petit escargot qui nageait dans son grand slip n'avait plus la superbe d'autrefois. Bien sûr, pour moi, ce n'était pas le plus important, mais lui, sans doute devait s'en inquiéter et il se trouvait diminué devant moi. C’est là que les hommes placent leur virilité débordante en principe.

Quand j'ai eu rasé sa barbe, avec peine, je lui ai offert un bon repas de ma conception au sein de ma cuisine : il s'est rassasié. Après avoir bien bu, il s'est endormi contre mon sein à moi. La recherche maternelle sans doute…

Mais quand je me suis réveillée au petit matin, il n'était plus dans mes draps. Il était encore trop fier pour se laisser entretenir par une femme. Il avait fui avec la nuit. Même sa chute dans le malheur n’avait pu changer sa fierté intérieure. Il chantonnait encore, mon troubadour perdu, plongé sans doute dans le souvenir d’une autre époque.

Dès que j'ai pu, je suis retournée vers ce bâtiment du quartier qui abritait plusieurs sans-logis, dans le courant d'air d'un manque de volets aux fenêtres et la sobriété de l’absence de mobilier autre que les lits métalliques drapés de draps douteux dont la blancheur aurait eu besoin d’une super lessive. Je ne l'ai pas retrouvé là-bas. D'autres malheureux essayaient de s'accrocher à moi en se demandant ce que quelqu'un d'aussi bien vêtu que moi venait faire dans ce taudis où le chauffage n'était qu'un feu qui brûlait dans une barrique de métal trouée. Je n'avais jamais autant ressenti la misère. C'est là que j'ai compris qu'on pouvait descendre d'un seul coup même après avoir fréquenté le Sommet. Nul n’était à l’abri de la chute brutale. J’ai vite laissé la tâche blanche que je représentais hors de cette pénombre.

Ce soir-là, mon bon repas, bien équilibré par ma diététicienne, ne passait pas ; le sommeil, dans mon superbe lit à baldaquins, ne venait pas. Je tournais et retournais dans mes superbes draps blancs pourtant si doux. J’avais beau offrir mon corps à Morphée : je ne ressentais qu’une piqûre côté cœur qui me brûlait la peau et me réveillait à chaque fois. Pourtant, depuis, je l’avais oublié ! Alors pourquoi d’un seul coup, mon lit tant accueillant où je me vautrais après ma journée de labeur, me semblait-il soudain vide ?

Un caprice ? Une flèche égarée par Cupidon ?

La semaine qui suivit me fit connaître l'enfer. Je tournais comme une lionne en cage. Je ne parvenais plus à me concentrer dans mon travail comme si mon cerveau manquait d’oxygène.

Quelques jours plus tard, enfin, après un tas de recherches infructueuses, je l’ai retrouvé sous un pont. Il m'a regardée venir avec des yeux vitreux qui semblaient me dire : « Je ne veux pas de ta charité. »

Mais ce n'était plus le but que je m'étais tracé. J'avais compris…

Et j’ai voulu voir un « je t’aime » pudiquement déguisé dans sa ritournelle de chanteur de rue.

Le matin même, j'avais vendu mon appartement, j'avais placé beaucoup d'argent sur un compte secret mais je n'avais gardé qu'un minimum vital avec moi. J'avais revêtu un jean, un pull, j'avais coiffé mes cheveux dans une casquette et…

C’est difficile à croire : j'ai dormi avec lui dans des cartons. Je n’ai jamais été aussi bien.

 

Aujourd'hui, une seule chose compte : je l'ai retrouvé ! J’ai pris mon bain toute nue dans le canal et je n'ai même pas attrapé un rhume sans doute chauffée par son regard au soleil levant.

Mon travail ? J’ai démissionné, je suis heureuse... Pour l'instant ! Je n'ai pas changé de voiture et je n'ai pas racheté d’escarpins.

Bien sûr, je ne sais pas combien de temps ça durera... Mais rien n'est éternel. Qui vivra verra...

Une chose est sûre, je n'ai jamais autant apprécié un clair de lune à la belle étoile : c'est fou ce que le ciel peut changer avec toi… et sans toit !

 

Avec l'autorisation de l'auteur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2019 1 21 /10 /octobre /2019 15:06
Marché des créateurs autour de Pp le 26 et 27 octobre dès 9h30 espace des libertés Aubagne

Marché des créateurs autour de Pp le 26 et 27 octobre dès 9h30 espace des libertés Aubagne

Troisième année de participation.

Provence-poésie lance ses représentants sur la galerie en folie les 26 et 27 octobre dès 9h30 à l'espace des Libertés parmi les créateurs.

La visite est gratuite.

Nos prochaines participations

Apprès la soirée lecture du 8 novembre, salle habituelle à Aubagne (MVA)  spécialement réservée aux adhérents sous le signe hommage à Jean Di Fusco, ne manquez pas l'exposition de Sonia Kitaeff à Marseille à partir du 16 novembre.

Nos prochaines participations

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2019 1 07 /10 /octobre /2019 17:32
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.
Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.

Les spectateurs garderont un souvenir de la course défilé des garçons de café pour l'hommage à RAIMU.

Soutenue par Isabelle NOHAIN-RAIMU et le musée de Marignane : Hommage à Mr RAIMU et à Jean NOHAIN.
Soutenue par Isabelle NOHAIN-RAIMU et le musée de Marignane : Hommage à Mr RAIMU et à Jean NOHAIN.
Soutenue par Isabelle NOHAIN-RAIMU et le musée de Marignane : Hommage à Mr RAIMU et à Jean NOHAIN.
Soutenue par Isabelle NOHAIN-RAIMU et le musée de Marignane : Hommage à Mr RAIMU et à Jean NOHAIN.
Soutenue par Isabelle NOHAIN-RAIMU et le musée de Marignane : Hommage à Mr RAIMU et à Jean NOHAIN.
Soutenue par Isabelle NOHAIN-RAIMU et le musée de Marignane : Hommage à Mr RAIMU et à Jean NOHAIN.
Soutenue par Isabelle NOHAIN-RAIMU et le musée de Marignane : Hommage à Mr RAIMU et à Jean NOHAIN.
Soutenue par Isabelle NOHAIN-RAIMU et le musée de Marignane : Hommage à Mr RAIMU et à Jean NOHAIN.
Soutenue par Isabelle NOHAIN-RAIMU et le musée de Marignane : Hommage à Mr RAIMU et à Jean NOHAIN.

Soutenue par Isabelle NOHAIN-RAIMU et le musée de Marignane : Hommage à Mr RAIMU et à Jean NOHAIN.

Provence-poésie éditions a invité à la table de dédicaces Isabelle NOHAIN-RAIMU le 19 octobre 2019 en préparant une causerie historique en hommage à M. RAIMU entouré de musiques des chansons de Jean NOHAIN et Mireille, par l'accordéon d'Alain VERRIEZ. Christian TRINGA imitait, tour à tour, Jean NOHAIN pour deux citations et la présentation de la demoiselle sur la balançoire dédiée à Marilyn Monroe, et Léon ZiTRONE pour la présentation de la course des garçons de café. 

Ceci constituait notre première partie avec des insertions de scènes choisies dans des films de RAIMU ( Faisons un rêve ou le mari impatient par Denise et Danyel-Les rois du sport en équipe- L'homme au chapeau rond par Guy et Danyel- L'Arlésienne par Christine et Patrick- Tartarin de Tarascon avec Alain D'aix en Bravida- Gribouille avec Jean-Claude COLAY en avocat-Le colonel Chabert avec Vincente Chastel, Christian et Danyel- L'étrange Monsieur Victor, Alain avec Guy- Les rois du sport ou la course des garçons de café avec  Jean- Claude, Danyel, Zavèn, Edouard et Guy ) Durée :  1 heure avec près de cinquante spectateurs et onze interprètes.

Pour la deuxième partie,  après l'entracte, à la suite des rois du sport, une scène plus libre autour de FERNANDEL (Le tango corse- L'innocent (avec Claude MARGOSSIAN)- L'accent (Mireille MANDUCA)- La bouillabaisse ( Vincente et Patrick ) -Le mouton à cinq pattes- Le boulanger de Vallorgue- Les gens riaient- La cuisine au beurre- Simplet- Félicie Aussi...) avec nos partenaires habituels, Guy FEUGIER, Alain d'AIX, avec un invité d'honneur du monde du cinéma pour un quart d'heure d'interview surprise : M. Georges ROSTAN et aussi un Don CAMILLO circulant dans la salle campé par Christian TRINGA. Autant d'interprètes et un peu moins de spectateurs mais deux gagnants d'un livre avec les tickets de l'urne.

Bien sûr tout ceci mis en scène par Danyel CAMOIN et présenté par Denise BIONDO, accompagné par le tirage de l'urne aux cadeaux et les dédicaces de nos auteurs invités : Vincente CHASTEL-Daniel GLIZE- Zaven SARAFIAN- Paul di GIOVANNI, et finissant par le verre de l'amitié avec la participation d'Edouard en chansons.

Article FZ

Photos Patrick LEIDET

Partager cet article

Repost0
2 octobre 2019 3 02 /10 /octobre /2019 12:26
Après le redémarrage du concours et la fête des association , le repas de l'association et l'assemblée générale.
Après le redémarrage du concours et la fête des association , le repas de l'association et l'assemblée générale.
Après le redémarrage du concours et la fête des association , le repas de l'association et l'assemblée générale.

Après le redémarrage du concours et la fête des association , le repas de l'association et l'assemblée générale.

Après le lancement du concours des dix  ans au 5 septembre et deux fêtes d'associations  7  (à Aubagne) et 8 septembre (au parc Borély), Provence-poésie fêtait le repas de l'association au restaurant L'Origan à Roquevaire avec Alain VERRIEZ et Christian TRINGA à l'animation le 15 septembre. Ensuite l'association étala le bilan à l'assemblée générale du 27 septembre à la maison de la vie associative après la reprise des ateliers écriture et lecture la veille, animé par Patrick LEIDET.

Prévisions pour octobre : le 10 octobre participation de Danyel CAMOIN  à l'hommage à Aznavour de Guy FEUGIER au Club Castéropoulos, puis stand à St Victoret le 13 et  Hommage à RAIMU  à la salle habituelle le 19.  Ensuite stands à l'espace des Libertés pour les deux jours (26/27) des créateurs lancés par Pause-récréation et soutien de la conférence Ivi LIVI au comité du vieux Marseille le 29 octobre.

L'association a également créé cette année la réunion spéciale de lecture libre programmée au vendredi 8 novembre de 17h30 à 20 h maison Vie associative.

 

rentrée 2019
rentrée 2019
rentrée 2019

N'ayant pas l'éloquence oratoire d'un tribun, Jean-André Margossian, adhérent actif de Provence-poésie, vous cite pour accompagner ce rapport en toute modestie une pensée :

Jour de bonheur, instant d'intense joie,

oublions le temps éphémère des choses

souvenons-nous et entrons avec humilité

dans ce pur moment partagé

d'une félicité heureuse.

 

Villars-Colmars pour le 17 juillet 2019

Jean-André MARGOSSIAN

 

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2019 1 09 /09 /septembre /2019 16:08
Denise BIONDO-Laurent MAMAN-Patrick LEIDET quittaient par instants le stand de France-Bénévolat pour assister le président De Provence-poésie sur le stand numéro 69 (âge du président).
Denise BIONDO-Laurent MAMAN-Patrick LEIDET quittaient par instants le stand de France-Bénévolat pour assister le président De Provence-poésie sur le stand numéro 69 (âge du président).
Denise BIONDO-Laurent MAMAN-Patrick LEIDET quittaient par instants le stand de France-Bénévolat pour assister le président De Provence-poésie sur le stand numéro 69 (âge du président).
Denise BIONDO-Laurent MAMAN-Patrick LEIDET quittaient par instants le stand de France-Bénévolat pour assister le président De Provence-poésie sur le stand numéro 69 (âge du président).
Denise BIONDO-Laurent MAMAN-Patrick LEIDET quittaient par instants le stand de France-Bénévolat pour assister le président De Provence-poésie sur le stand numéro 69 (âge du président).
Denise BIONDO-Laurent MAMAN-Patrick LEIDET quittaient par instants le stand de France-Bénévolat pour assister le président De Provence-poésie sur le stand numéro 69 (âge du président).

Denise BIONDO-Laurent MAMAN-Patrick LEIDET quittaient par instants le stand de France-Bénévolat pour assister le président De Provence-poésie sur le stand numéro 69 (âge du président).

Une belle journée pour la fête des associations aubagnaises. Un bon résultat pour Provence-poésie qui engageait sur le stand un nouveau participant pour l'atelier Ecriture et Lecture, une nouvelle bénévole pour l'aide info et une nouvelle partenaire pour le rayon littéraire. Non loin de là, Denise BIONDO-TANZI recevait avec Patrick de nombreux candidats au bénévolat dans la bonne humeur.

Partager cet article

Repost0
12 août 2019 1 12 /08 /août /2019 18:17
Joêlle Solari dans 2 nouveaux livres à la rentrée : son roman et sa nouvelle.
Joêlle Solari dans 2 nouveaux livres à la rentrée : son roman et sa nouvelle.
Joêlle Solari dans 2 nouveaux livres à la rentrée : son roman et sa nouvelle.
Joêlle Solari dans 2 nouveaux livres à la rentrée : son roman et sa nouvelle.

Joêlle Solari dans 2 nouveaux livres à la rentrée : son roman et sa nouvelle.

Joëlle Solari (ex-trésorière de Pp, relectrice et interprète de l'association) vous montre ses talents de romancière par le Jeu du Destin.

C'estr son premier roman édité mais ce n'est pas sa première nouvelle qui figurera en fin d'année dans le recueil piloté par Denise BIONDO : Le pouvoir des mots, qui groupera aussi les nouvelles de jeunes candidats du concours 2019 de Provence-poésie et en particulier Victoria CADO et Chloè DENAYER qui étaient proches des lauréats.

Rappelons que Joëlle SOLARI est très proche du concours des auteurs en pays d'Aubagne puisqu'elle y a remporté le grand prix de la ville en 2015 et que c'est grâce à son aide que ce dernier a atteint la Suisse et la Belgique.

Le nouveau concours ( la fête des mots ) va démarrer le 5 septembre pour sa 10e année avec la prévision de cadeaux supplémentaires et l'augmentation de la récompense du grand prix. (voir ci-dessous)

Bravo Joëlle et merci.

Les nouveaux livres pour vos cadeaux de Noël... accessibles avec nos bons d'achat.
Les nouveaux livres pour vos cadeaux de Noël... accessibles avec nos bons d'achat.
Les nouveaux livres pour vos cadeaux de Noël... accessibles avec nos bons d'achat.
Les nouveaux livres pour vos cadeaux de Noël... accessibles avec nos bons d'achat.
Les nouveaux livres pour vos cadeaux de Noël... accessibles avec nos bons d'achat.
Les nouveaux livres pour vos cadeaux de Noël... accessibles avec nos bons d'achat.

Les nouveaux livres pour vos cadeaux de Noël... accessibles avec nos bons d'achat.

Provence-poésie éditions présente les nouveaux livres de nos adhérents et amis qui pourront être présentés bientôt sur nos stands ou achetés par correspondance ; ils sont accessibles avec les bons d'achat distribués par l'association.

Notre relectrice Brigitte PRADOS présente son roman édité par Nombre 7 : Dans l'entre-deux Boby. Elle était présente au marché de Noël de Vendargues le 9 décembre et à la maison de retraite (même ville)"Les Marguerites" le 1er décembre de 14 à 17h30. Dédicaces à Aubagne également en mars.

Notre animateur de l'atelier Patrick LEIDET vous présente Le croquenote (la petite édition de notre ami Marcel Baril)

Notre gagnant du grand prix de la ville Zavèn SARAFIAN présente toujours ses novelettes (éditions Pp) il devrait pouvoir les dédicacer le 19 octobre  à Aubagne (entrée et entracte du spectacle animé par Denise BIONDO  à la maison vie associative quartier des Défensions.

Notre peintre -poète Sonia KITAEFF a exposé Des cailloux blancs sur son chemin (éditions Pp)  lors de la remise de prix de notre concours.

Notre ami Frank ZORRA reprend ses parfums de Marseille dans une réédition particulière dédiée aux dames : Bien joué Mesdames ! On  a eu une parution pour Noël. Un exemplaire gratuit pour les relectrices de Pp et les fans habituels.

Notre animatrice Denise BIONDO et Sonia KITAEFF présentaient en mars avec la remise de prix du concours de nouvelles d'Aubagne : l'amour des mots recueil de 14 nouvellistes dont elles font partie...

 

Article CD

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de PP éditions
  • : Présentation de nouvelles, poèmes et livres de Provence-Poésie avec ses auteurs attitrés : Denise BIONDO, Frank ZORRA, Danyel CAMOIN, Emile MIHIERE, Joëlle SOLARI... Infos sur les lectures-spectacles et les autres activités avec collège ou maison de retraite...
  • Contact

Recherche

Liens