Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juin 2019 1 17 /06 /juin /2019 23:18
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.
15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.

15 juin 16h : Denise BIONDO- Alain VERRIEZ -Lucien FERLITA - Thomas COGO et les 3 B.

Provence-poésie proposait pour le 15 juin sa journée poétique autour de Pierre BACHELET-Georges BRASSENS- Jacques BREL sous le titre : Les Trois B  présenté par Denise BIONDO   à partir de 16 heures à la maison de la vie associative d'Aubagne - salle habituelle.

Première partie autour d'une causerie animée  de Danyel CAMOIN sur Pierre BACHELET  accompagnée à l'accordéon par Alain VERRIEZ. Denise BIONDO et Danyel  proposaient à l'occasion le duo de FLO entre Denise et Edouard, qui faisait un clin d'oeil à la navigatrice Florence ARTHAUD rencontrée par Danyel au cours de dédicaces, d'autres duo ont suivi : Evelyne JUVEN et Patrick LEIDET, Monique et Jacky, Christian Tringa et Danyel en marionnette, Guy FEUGIER, Alain D'AIX dans un extrait du film : un crime au paradis dont Bachelet avait fait la musique, ensuite hommage à BREL à travers la chanson qui lui a été dédiée par Pierre BACHELET : Tu ne nous quittes pas reprise en choeur derrière Laurent  MAMAN et Danyel par une équipe improvisée par Denise et Claude MARGOSSIAN et salut des partenaires sur la musique des corons.

Invités pour l'occasion des auteurs poètes dont   Guy FEUGIER- Lucien FERLITA-Michel L'HELLENE (voir le complément de l'article sur Michel ci-dessous) Sonia KITAEFF et Brigitte PRADOS en remplacement des absents. Accueil : Claudie CANU.

Une intervention animée à la guitare de Lucien FERLITA et ses mimes. 

Suivra le tirage de l'urne à l'entracte pour gagner un livre de poèsie et un livret sur Brassens.

Deuxième partie autour de Georges Brassens démarrée par Les copains d'abord à l'accordéon, avec   des chansons par Thomas COGO et des textes inédits en musique avec la participation de  Denise, Vincente CHASTEL, Guy FEUGIER, Alain d'AIX, Jean-André MARGOSSIAN.

et une particularité : le fantôme de Darry COWL lit un poème de BRASSENS et le même interprète revient avec une vraie marionnette ouvrir la cage aux oiseaux avant que toute la salle chante avec Edouard : Quand on n'a que l'amour.

L'animation textes, chants et musiques était suivie du verre de l'Amitié.

 

 

Article FZ

Photos : Brigitte PRADOS

Le 15 juin : 3 B
Le 15 juin : 3 B
Le 15 juin : 3 B
Le 15 juin : 3 B

Invité à la table de dédicaces de Pp, Michel Castéropoulos dit L'HELLENE présentera son nouveau livre : Orphée et l'enfer moderne, qu'il a dédié au cinéaste COSTA-GAVRAS, aux poètes de Marseille via Jehan ARMAGNAC et aux poètes de Provence via Danyel CAMOIN.

Partager cet article

Repost0
13 juin 2019 4 13 /06 /juin /2019 10:43
nouvelle fève littéraire pour Provence-poésie avec les prévisions 2019... calendrier ci-dessous...
nouvelle fève littéraire pour Provence-poésie avec les prévisions 2019... calendrier ci-dessous...
nouvelle fève littéraire pour Provence-poésie avec les prévisions 2019... calendrier ci-dessous...
nouvelle fève littéraire pour Provence-poésie avec les prévisions 2019... calendrier ci-dessous...
nouvelle fève littéraire pour Provence-poésie avec les prévisions 2019... calendrier ci-dessous...
nouvelle fève littéraire pour Provence-poésie avec les prévisions 2019... calendrier ci-dessous...
nouvelle fève littéraire pour Provence-poésie avec les prévisions 2019... calendrier ci-dessous...
nouvelle fève littéraire pour Provence-poésie avec les prévisions 2019... calendrier ci-dessous...
nouvelle fève littéraire pour Provence-poésie avec les prévisions 2019... calendrier ci-dessous...

nouvelle fève littéraire pour Provence-poésie avec les prévisions 2019... calendrier ci-dessous...

Fève littéraire de 2019 pour l'association le 18 janvier à partir de 17h30 à la maison de la vie associative : quelques absences n'empêchent pas la bonne humeur de la soirée.

Un programme d'ailleurs chargé :

1 Renouvellement des cotisations des adhérents.

2 Remplacement de la trésorière : Claude Margossian succède à Joëlle Solari qui reste à la tête des relectures et en même temps jury du concours de nouvelles.

3 Lancement du concours de poésie interne pour rendre hommage aux aidants (règlements distribués pouvant être envoyés par mail sur demande).

4 Prévision à confirmer du repas de l'association  repoussé en mars après la remise des prix.

4 Tour de table littéraire au volontariat des auteurs animé par Edouard.

5 Mise en place du calendrier prévisionnel de l'année à l'intérieur et à l'extérieur de l'association (voir ci-dessous)

6 Verre de l'amitié offrant la galette des rois et désignant roi et reines de la soirée.

 

Photos Micheline DAOU

Article : FZ

Le calendrier 2019

5 janvier : clôture du concours national de nouvelles : 95 nouvelles reçues

18 janvier : démarrage du jury et fève littéraire ; animation Edouard.

21 janvier : les dirigeants des associations conviés aux vœux du maire.

31 janvier ; atelier d'écriture avec Patrick de même tous les autres jeudis en fin de  chaque mois de 16h30 à 19h (attention à la date en période de vacances).

16 mars ; remise des prix précédée de la lecture-spectacle festival de Plumes : auteur(e)s invités : Micheline Azéma- Vincente Chastel- Sonia Kitaeff - Brigitte Prados et Denise Biondo pour présenter : L'amour des mots.

20 mars : participation au Printemps des poètes thème Voyage à l'UTL d'Aubagne avec Daniel Glize.

26 avril : réunion et jury du concours de poésie interne : remise des prix immédiate sur deux prix : écrit et interprétation.

28 avril : collaboration avec AVH pour les stands sur le cours Foch.

09 mai : conférence  Ivo de Marseille, club Castéropoulos  rue Sylvabelle 4e étage au Tempo avec Jehan Armagnac

19 mai : Festival du palais Longchamp avec Jacqueline Laurenzati : annulé cause pluie

1er juin  : fête du livre à Nyons, stand et remise de prix

15 juin : Lecture-spectacle  poésie autour de Pierre Bachelet avec Alain Verriez : poètes invités :

Brigitte Prados -Guy Feugier- Michel L'hellene et Lucien Ferlita si disponibles.

28 juin après l'atelier du 27 fête de la maison de quartier avec Pp (reportée)

__________________

1er Septembre : report du festival de Longchamp  avec Sonia

5 septembre : lancement nouveau concours de nouvelles national.

7-8 septembre : stand parc Borély, Marseille, avec  Vivacité et fête des associations à Aubagne. 

15 septembre repas de l'association à l'Origan.

26 septembre rentrée atelier : voir nouveau programme pour les dates suivantes.

27 septembre : assemblée générale, tour de table littéraire, verre de l'amitié et pizza.

13 octobre : Provence-poésie à Saint-Victoret avec Anne Daurès

19 octobre : Conférence hommage à Raimu avec parmi les auteurs invités :  Isabelle Nohain -Raimu et Vincente chastel -Paul di Giovanni- Daniel Glize- Zaven Sarafian. 

26+27 octobre : galerie des créateurs avec Pause récréation Aubagne, stand Pp. 

29 octobre :  17h-soutien conférence Danyel Camoin comité du vieux Marseille

8 novembre : nouvelle réunion réservée aux lectures volontaires

14 décembre : causerie-spectacle sur les contes de La Fontaine et les contes de nos moulins avec invitation de conteurs et Catherine Mauger-Sonia Kitaeff - Patrick Leidet- Alain D'Aix.

 

Partager cet article

Repost0
8 juin 2019 6 08 /06 /juin /2019 01:15
Le 22 juin : 22 la poésie autour de Guy Feugier.

Le 22 juin : 22 la poésie autour de Guy Feugier.

9 mai club Castéropoulos au Tempo : Ivo LIVI enfant de Marseille.
9 mai club Castéropoulos au Tempo : Ivo LIVI enfant de Marseille.

9 mai club Castéropoulos au Tempo : Ivo LIVI enfant de Marseille.

Pour les non professionnels de plus de 18 ans concours bibliothèque d'Allauch dès maintenant.
Pour les non professionnels de plus de 18 ans concours bibliothèque d'Allauch dès maintenant.
Pour les non professionnels de plus de 18 ans concours bibliothèque d'Allauch dès maintenant.

Pour les non professionnels de plus de 18 ans concours bibliothèque d'Allauch dès maintenant.

Pour les amis des chiens avec Vertiges en Provence

Pour les amis des chiens avec Vertiges en Provence

Denise et Danyel au printemps des poètes : Voyage sans départ

Denise et Danyel au printemps des poètes : Voyage sans départ

 

PROGRAMME du 3ème Printemps des Poètes de l’UTL

Jeudi 21 mars 2019 à l’AGORA d’AUBAGNE

 

1er      2’         Introduction du 3éme printemps des Poètes                 par Mme Bertin et Daniel

            3’         « Poésie et DANSE » « Le voyage du poète » d’Annie KAZGANDJIAN  lu par Annie K

 

                                        « Poésie et PEINTURE »

            2’30     « Voyage autour d’une toile blanche » de Jozy DIDIER          lu par Christiane (Suzanne Rôle)

1’30     « Marcheur » de Didier VILLARD                                         lu par Didier ou Francis

1’15     « Sur le chemin » de Suzanne ALLINNE                                 lu par Suzanne

2’00     « La gare » de Simone FALCO accompagné au SAXO          lu par Simone

1’00     « La valise » peinture et poème de Suzanne                             lu par Suzanne

 

                        «  Poésie et IMAGES »

            2’30     « Envie d’ailleurs » d’Anika,                                                  lu par Annie K

            1’30     « Patience en TGV » de Didier VILLARD                              lu par Didier ou Danielle

2’00     « Transports insolites » de Daniel GLIZE                               lu par Daniel

2’00     « La méharée » de Danielle DURAND                                    lu par Danielle

30’’      « La pleine lune » de Richard CABANES                               lu par Richard

2’00     « Les oiseaux stellaires » » de Daniel GLIZE                          lu par Daniel

 

                        « Poésie et CHANT »                                                

3’00     « Ne partez pas sans moi » de Céline DION (Eurovision)        par Sabrina PISTON

 

                        « Poésie, DESSINS et CALLIGRAMMES »

            1’30     « Voyage de Girafe et Tour Eiffel » de Suzanne ALLINNE     lu par Suzanne

1’00     « Les calligrammes » sur les cigognes                                    lu par Daniel

 

 « Poésie et THEÂTRE »

2’30     « Super Voyage » de WILLIAMS Nathalie                              lu par Danyel et Denise

3’00     « La Scène » de Francis PONS                                                lu par Francis

2’00     « Voyage sans départ » de Danyel CAMOIN                          lu par Danyel et Denise

 

« Poésie et MUSIQUE »

2’30     « Poésie et DANSE » « Voyages » de Simone FALCO             lu par Simone 

 

«  Poésie et IMAGES »

1’30     « Juste le suivre » de Danielle DURAND                                lu par Danielle

6’         « Les étourneaux » :

« Quel est ce monstre ? » de Daniel GLIZE                lu par Daniel

                        « Les prémices au départ » de Frédéric BATONNET  lu par Danielle           

« Les étourneaux étourdissants » de Christiane Orlando lu par Christiane

 

            3’00     « Poésie et CHANT »  « Voyage, voyage » de DESIRLES     par Sabrina PISTON

 

«  Poésie et IMAGES »

2’00     « La voyageuse céleste » Suzanne ALLINNE                          lu par Suzanne

2’00     « Espace » de Francis PONS                                                   lu par Francis

1’30     « Dans les nuages » de Jozy DIDIER                                      lu par Annie K

2’00     « Espace céleste » de Francis PONS                                        lu par Francis

 

« Poésie et FABLES » Introduction sur l’origine de la Fable

2’00     « Le test Ours » de Richard CABANES                      lu par Richard et Danielle

1’30     « La carotte et le poireau » de Francis PONS              lu par Francis et Annie K

1’30     « Les voyageurs et le platane » Suzanne ALLINNE     lu par Suzanne et Annie K, Francis

1’30     « Les sirènes et les loubards » de Frédéric BATONNET         lu par Danielle et Suzanne

2’00     « Concours de Miss » de Christiane ORLANDO         lu par Christiane, Suzanne et Annie K

 

 «  Poésie et SCULPTURE »

1’30     « L’homme en opaline » de Christine VILLARD                     lu par Christine ou Richard

1’30     « Les émigrants » de Frédéric BATONNET                             lu par Christiane

2’00     « Itinérance » » de Danielle DURAND                                    lu par Danielle

            2’30     « Poésie et DANSE » « Envol » d’Annie K                             lu par Annie

Articla paru sur La Provence Marseille fin 2018 : sur la photo auprès de Claude CAMOUS on voit en premier plan Geneviève CASABURI et Danyel CAMOIN qui présentent l'impossible crime.

Articla paru sur La Provence Marseille fin 2018 : sur la photo auprès de Claude CAMOUS on voit en premier plan Geneviève CASABURI et Danyel CAMOIN qui présentent l'impossible crime.

Partager cet article

Repost0
7 juin 2019 5 07 /06 /juin /2019 12:28
Les espoirs de la nouvelle de Provence-poésie éditions : Amélie DIAZ, Chloé DENAYER, Léa GOURINEL, etc...
Les espoirs de la nouvelle de Provence-poésie éditions : Amélie DIAZ, Chloé DENAYER, Léa GOURINEL, etc...
Les espoirs de la nouvelle de Provence-poésie éditions : Amélie DIAZ, Chloé DENAYER, Léa GOURINEL, etc...
Les espoirs de la nouvelle de Provence-poésie éditions : Amélie DIAZ, Chloé DENAYER, Léa GOURINEL, etc...
Les espoirs de la nouvelle de Provence-poésie éditions : Amélie DIAZ, Chloé DENAYER, Léa GOURINEL, etc...

Les espoirs de la nouvelle de Provence-poésie éditions : Amélie DIAZ, Chloé DENAYER, Léa GOURINEL, etc...

Le président de Provence-poésie avait promis, cette année, d'ajouter au concours et aux prix des dix lauréats, une récompense pour tous les moins de dix-huit ans qui participeraient gratuitement, au concours de nouvelles national des auteurs en Pays d'Aubagne, et qui seraient présents à la remise des prix, quel que soit leur classement.

Il semble que des jeunes demoiselles des quatre coins de France aient entendu son appel...

Amélie DIAZ (17 ans - Plan d'Orgon) lauréate par sa nouvelle (Le trou noir, publiée dans le recueil du concours) obtient la double récompense en tête du prix jeunesse ainsi créé pour cette année...

devant Victoria CADO (13 ans -Nantes ) pour Les portraits et Chloé DENAYER (14 ans- Méjannes, à côté du président sur la photo de base) pour "Le passager du train".

Le mot du président :

"Amélie a bien mené son suspense de sa belle écriture, dommage qu'un paragraphe final casse un peu sa chute, Victoria m'a époustouflé, j'ai adoré ses portraits et Chloé écrit court comme moi quelquefois ; droit au but et surprise finale. J'espère les retrouver toutes les trois l'an prochain."

Inès SENEMAUD-CASTILLO ( 13 ans- Bandol) Julie CARVALHO (16 ans-Poissy) Eléna RABOUIN (15 ans- Vern d'Anjou ) et Léa PALLUAU (17 ans-Monts) complètent la liste qui va s'adjoindre à l'édition annuelle de Denise BIONDO dans le recueil de fin d'année : "Le pouvoir des mots".

A remarquer également selon le président, une lauréate guère plus âgée qu'elles, Léa GOURINEL (cinquième photo) très remarquée pour sa nouvelle : Le vagabond, édité dans le recueil  du concours : Laissez venir les mots.

En souhaitant les revoir toutes l'an prochain... Ce n'est pas si loin, en septembre le démarrage, avec plus de récompenses et un spectacle offert pour la dixième année du concours !

A bientôt aussi  dans : Le pouvoir des mots. le cadeau de Noël.

 

Article : FZ

Photos : CANDICE

Partager cet article

Repost0
3 juin 2019 1 03 /06 /juin /2019 07:53
Les dirigeants de Pp à Lire en Mai à Nyons en collaboration avec Portique.
Les dirigeants de Pp à Lire en Mai à Nyons en collaboration avec Portique.
Les dirigeants de Pp à Lire en Mai à Nyons en collaboration avec Portique.
Les dirigeants de Pp à Lire en Mai à Nyons en collaboration avec Portique.

Les dirigeants de Pp à Lire en Mai à Nyons en collaboration avec Portique.

Le 1er juin 2019, les dirigeants de Provence-poésie apportent leur assistance amicale à Chris BERNARD, président de Portique, sur les stands de Lire en Mai à Nyons et pour sa remise de prix du concours  de nouvelles auquel participe notre président en supplément de jury.

Rencontre avec des lauréats connus dans notre association dont Liliane LAJOINIE qui fut lauréate de notre premier concours en 2011 et Daniel AUGENDRE grand prix de la ville d'Aubagne 2017, dont la nouvelle Marceau, mise en scène par Danyel CAMOIN et interprétée par Alain D'AIX sous le sous-titre : Le facteur,  est restée dans les mémoires : un bravo particulier pour son poème : Dénoyautez-moi.

Ci-dessous le réglement du prochain prix littéraire Nyonsais.

 

article FZ

Photos : Denise BIONDO

 

 

 

 

PRIX LITTERAIRE du VENTOUX

NYONSAIS et BARONNIES

session 2019/2020

 

Le prix littéraire du Nyonsais et des Baronnies, créé en 2003, est organisé par l’association poétique et littéraire Portique (http://portique.canalblog.com) et placé sous l’égide de la Ville de Nyons, avec la participation du Conseil départemental de la Drôme et de la cave oléicole et viticole Vignolis. Il est ouvert à tous les auteurs francophones, sans aucune forme de discrimination.

Le mot bleu (finale au choix en u, ue, us ou ues) souligné ou tapé en caractères gras, devra figurer dans les textes (sauf prix spéciaux), mais ce n’est pas un thème. Exemple : « J’aime les hauts sommets bien plus que les flots bleus »

 

RECUEILS

 

Grand Prix l’Apollon d’Or du recueil. Envoyer, en deux exemplaires Ou bien un recueil inédit (sans style ni thème imposés), pages dactylographiées au recto de feuilles A4 ou A5 soigneusement assemblées (agrafées, par exemple), numérotées, avec un titre général. Ou bien un recueil édité en 2018, en 2019 ou en janvier 2020 ; ainsi qu'une participation de 20 €. Veuillez noter qu’il sera tenu compte du style et des fautes de langue (orthographe, grammaire, conjugaison...) pour la qualification des œuvres.

La valeur de ce Grand Prix est de 200 €.

 

PROSE : nouvelle

 

Un 1er Prix est offert au candidat dont la nouvelle aura obtenu les meilleurs résultats auprès du jury (pensez au mot ‘bleu’).

En hommage à René Barjavel né en 1911 à Nyons, un Prix pourra également être offert à une œuvre de littérature fantastique ou de science-fiction.

 

Le texte envoyé sera d’au minimum une page et d’au maximum dix pages à double interligne, tapé en caractères de taille minimale Arial 10 ou Times new roman (TNR) 13, avec marges de 2 cm ou plus.

 

POESIE

 

1 - Un Prix sera offert au candidat ayant obtenu les meilleurs résultats auprès du jury, en :

-  Poésie de style libéré ; poèmes non rimés, de 11 à 36 lignes, (pensez au mot ‘bleu’ ; vers blancs et prose poétique de 30 lignes maximum sont acceptés). Les textes seront jugés sur leur musicalité, leur rythme et leur beauté poétique.

Remarque : 4 haïkus (3 vers non rimés de 5, 7 & 5 pieds) ou 3 tankas traditionnels (5 vers sans rimes de 5, 7, 5 puis 7 & 7 pieds), proposés sur une même page, seront considérés comme l’équivalent d’UN poème.

 

2 – Un autre Prix sera offert en Poésie rimée. Préciser en haut et à gauche de la feuille : poésie classique ; pour une forme fixe : ballade, sonnet, maillet, etc… ; ou bien poésie néo-classique. 

Rappels :  a/ pensez au mot ‘bleu’… b/ En poésie de style néo-classique = proclassique, aux règles plus souples : pas de diérèses du genre ‘pi-a-no’ ou ‘ques-ti-on’ en 3 syllabes, par exemple, ‘é’ peut rimer avec ‘er’ ; un singulier peut rimer avec un pluriel ; ‘princes’ peut rimer avec ‘grincent’, mais pas de vers bancals de 7, 8 et 9 pieds, ou de 11, 12 et 13 pieds mêlés…). Sans être exigée, l’alternance entre rimes féminines (en e) et rimes masculines (sans e) est recommandée. Les textes auront une longueur de 11 à 36 lignes.

 

PRIX SPECIAUX

 

Un Prix spécial sera offert par Vignolis, la Coopérative du Nyonsais, pour un poème (rimé ou non) ou un texte en prose d’au maximum 30 lignes sur le thème de l’OLIVE, ou de l’OLIVIER.

 

Un Prix de l’HUMOUR sera attribué pour un poème rimé ou libéré, ou un texte en prose poétique d’au maximum 30 lignes. Rappel : humour ne veut pas dire grossièreté !

 

Un Prix de la LANGUE D’OC sera offert à un poème ou à un texte en prose - d’au maximum 30 lignes - écrit en langue d’oc (les graphies classique et mistralienne sont acceptées).

 

Conditions générales de participation

 

1/ Tout(e) participant(e) peut envoyer de un à trois poèmes dans la même section, OU BIEN une nouvelle en prose ; la participation de 15 €, sauf en section recueils (20 €) est à régler par chèque, mandat ou virement international, et l’adhésion 2020 à l’association Portique (10 €) est offerte à chaque participant : elle n’est donc pas à régler en plus (mais devenir membre bienfaiteur n’est pas interdit). On peut naturellement adhérer en participant au Prix littéraire ET s'abonner de plus à la revue Portique (25 € pour 4 numéros), mais ce n’est pas une obligation !

2 / Tout participant non abonné recevra un exemplaire déjà paru de la revue Portique.

3 / On peut envoyer par section SOIT une œuvre en prose, SOIT trois poèmes maximum, dactylographiés au recto de feuillets anonymes au format A4 (21 x 29,7 cm). Inscrire en haut et à gauche de chaque texte la section choisie : nouvelle, poésie libérée, poésie classique, néo-classique, l’olivier, ou humour. Exception : le Grand Prix du recueil.

Si l’on désire participer à plusieurs sections, il convient d’ajouter chaque fois 10 € par nouvelle section, soit d'un texte en prose, soit de 1 à 3 poèmes, au-delà de la première (par exemple : pour l’envoi d’une nouvelle plus deux poèmes, ou de deux poèmes libérés et de deux poèmes d’humour, il convient donc de régler 15 + 10 = 25 €).

4/ Les JEUNES de moins de 18 ans (joindre s.v.p. la photocopie d’une pièce d’identité nationale ou scolaire), un groupe ou une classe (joindre alors le nom et les coordonnées de l’adulte responsable) peuvent concourir en section prose ou en section poésie. Leur participation est de 10 € (ou un carnet de timbres français) par section, et ils recevront également un exemplaire déjà paru de la revue.

 

Les textes envoyés n’auront jamais été primés auparavant et seront inédits, au jour de la remise des prix. Un choix d’entre eux paraîtra dans la revue Portique. Chaque participant autorise la publication à titre gracieux par l’association Portique, dans sa revue, des œuvres qu'il a envoyées.

Le palmarès sera communiqué à tous les participants.

Un Prix pourra ne pas être attribué si moins de dix (10) textes ont été présentés dans ladite section. La participation des candidats à cette section, au-delà de 10 €, leur sera alors remboursée.

Les décisions du jury sont sans appel.

Le premier lauréat (ou bien entendu la première lauréate) d’une section ne peut concourir dans la même section l’année suivante.

Les textes ne seront pas rendus.

Important : seuls les diplômes seront envoyés aux lauréat(e)s absent(e)s et non représenté(e)s à la cérémonie de remise des prix, qui aura lieu à Vaison-la-Romaine, à Buis-les-Baronnies, et à Nyons à l’occasion de la Fête du Livre, le samedi de l’Ascension 2020.

Chaque participant s’engage à respecter le présent règlement dans son intégralité.

Les prix seront remis à Vaison-la-Romaine, au Buis, ou à Nyons le 23 mai 2020 aux lauréats présents lors de la fête du livre « Lire en Mai » qui se tient chaque année à Nyons, en Drôme provençale, le samedi de l’Ascension.

 

Envoi

Il devra comprendre : 1 - le ou les textes dactylographiés et photocopiés sur un seul côté de feuilles au format A4 (= 21 x 29,7 cm) non pliées, sans aucun signe distinctif (anonymat obligatoire), en QUATRE exemplaires (exception : le Grand Prix du recueil : 2 exemplaires, au format A4 ou A5). Les feuillets d’une même nouvelle, qui aura un titre, seront numérotés et tenus ensemble (par une agrafe, un trombone ou par tout autre moyen).

2 - une feuille, qui ne sera pas transmise au jury, et sur laquelle seront inscrits le titre des œuvres présentées, plus les nom, prénom et coordonnées (adresse postale obligatoire, adresse mél, et téléphone éventuel) des participants.

3 - deux enveloppes adressées et timbrées (hors de France, joindre 2 c.r.i. non périmés en 2020 ou ajouter 2,60 € à la participation financière).

4 - la participation financière. En France, établir un chèque, mandat ou virement ; hors de France, exclusivement un mandat postal au nom de « Portique » ou un virement international (chèques bancaires étrangers non acceptés) ; l’envoi de la revue pour les non abonnés tient lieu de reçu.

 

dates limites de participation : 31 janvier 2020 (recueils) et 29 février (autres sections)

 

          Envoyer le dossier complet (après avoir soigneusement lu les conditions de participation) à :

 

Chris BERNARD, Prix Littéraire

587 chemin du Jas, F-84110 Puyméras (France)

 

               Références du compte pour un virement interne à la France :

                           Portique, Banque postale 12 513 82 M 029

               Pour un virement depuis l’étranger :

IBAN FR91 2004 1010 0812 5138 2M02 954 - BIC PSSTFRPPMAR

Site Internet (sans mise à jour) : http://portique.jimdo.com

blog : http://www.portique.canalblog.com

mél : cris.ber@laposte.net

 

Imprimerie spéciale Portique[CB1] .


 [CB1]

 

Partager cet article

Repost0
17 mai 2019 5 17 /05 /mai /2019 17:14
L'amour des mots (recueil 2018) sur les tables jusqu'au 16 mars sera suivi en fin d'année par Le pouvoir des mots
L'amour des mots (recueil 2018) sur les tables jusqu'au 16 mars sera suivi en fin d'année par Le pouvoir des mots

L'amour des mots (recueil 2018) sur les tables jusqu'au 16 mars sera suivi en fin d'année par Le pouvoir des mots

Tous les ans, après le concours de nouvelles national dont le jury final est en train de trouver le gagnant du grand prix de la ville d'Aubagne, parmi dix lauréats encore anonymes qui seront récompensés le 16 mars prochain, Provence-poésie crée le recueil de l'association donnant une chance de se faire connaître à des candidats qui étaient presque lauréats.

Ces candidats, inscrits en liste d'attente pour le prochain recueil, venus de tous coins de France et même de Suisse, cette année, et de Belgique l'an dernier, groupent parmi eux aujourd'hui des jeunes espoirs de moins de dix-huit ans avec autorisation parentale.

Ils étaient également conviés à se présenter le 16 mars où une récompense supplémentaire de participation sera offerte aux jeunes talents par le président de l'association en même temps que les prix de participation habituels offerts aux bénévoles de l'association.

Inès CASTILLO-SENEMAUD, Victoria CADO, Chloé DENAYER, Eléna RABOUIN, Julie CARVALHO  et Léa  PALLUAU 

 les moins de dix-huit ans,  déjà inscrites avant d'autres candidats (voir portraits)

Corinne WALTHER ( Marie VALLAURY, suisse)

Joëlle FOIN, Nathalie WILLIAMS, Sonia KiITAEFF, Joëlle SOLARI, Marie-Paule LEROI G., Bernard ROYER

Estelle LE GALLIC, Jeanne SOLE, Hélène MAGRON, Jacqueline FABRE, Annick GAUTHERON, Patrick UGUEN

Et Josette DEYDIER.

Lors du spectacle : Festival de plumes, mis en scène par Danyel CAMOIN avec des nouvelles de précédents concours et  la musique de l'accordéon d'Alain VERRIEZ, était présentée  la remise des prix par Denise BIONDO.

Celle-ci présentait aussi le recueil de fin de l'an dernier : L'amour des mots où figure sa nouvelle : l'épisode internet avec celles des candidats retenus de 2018 .

Cette année Denise vous propose d'éditer pour Pp une vingtaine de nouvelles auprès de la sienne dans  le recueil  le pouvoir des mots (même titre que sa nouvelle). Cette publication est gratuite à compte éditeur sous réserves de frais d'inscription et contient une page de garde à chaque nouvelle révélant l'identité de l'auteur ; un exemplaire gratuit est remis avant Noël à chacun des participants qui peuvent bien sûr en commander d'autres à prix réduits.

Le nombre de pages étant limité, contrairement aux dix lauréats édités d'office sur leur recueil (Laissez venir les mots) les intéressés devaient se signaler rapidement après la communication de leur classement pour : Le pouvoir des mots.

Les inscriptions ont cessé le 16 mars et l'ouvrage est commencé pour 21 auteurs et suit son cours vers la relecture. Les auteurs concernés seront contactés fin aout ou début septembre pour voir une ébauche de résultat par le fichier préparé qui leur sera adressé par mail et pourront donner leur avis sur leur texte finalisé ou sur l'ensemble, dans les quinze jours qui suivront la réception.

Les photos des auteurs sont groupées, sans précisions sur eux, sur cet article où ils ont pu se reconnaître au fur et à mesure de la constitution de leur dossier.

 

Article FZ

 

 

Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année
Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année

Autour de Denise BIONDO, le pouvoir des mots va regrouper les candidat(e)s de qualité qui n'étaient pas sélectionnés dans les lauréats de cette année

Partager cet article

Repost0
27 avril 2019 6 27 /04 /avril /2019 09:55
Jean Di FUSCO poète de Cuges les Pins aujourd'hui disparu... Son prix 2019 attribué à Jean-André MARGOSSIAN.
Jean Di FUSCO poète de Cuges les Pins aujourd'hui disparu... Son prix 2019 attribué à Jean-André MARGOSSIAN.
Jean Di FUSCO poète de Cuges les Pins aujourd'hui disparu... Son prix 2019 attribué à Jean-André MARGOSSIAN.
Jean Di FUSCO poète de Cuges les Pins aujourd'hui disparu... Son prix 2019 attribué à Jean-André MARGOSSIAN.
Jean Di FUSCO poète de Cuges les Pins aujourd'hui disparu... Son prix 2019 attribué à Jean-André MARGOSSIAN.

Jean Di FUSCO poète de Cuges les Pins aujourd'hui disparu... Son prix 2019 attribué à Jean-André MARGOSSIAN.

Le jury de la salle a rendu son verdict pour les dix candidats :

Jean-André MARGOSSIAN remporte le prix Jean Di FUSCO pour son poème

avec la  pleine majorité des votes.

Vincente CHASTEL remporte le prix Joseph LEVONIAN pour son interprétation

devant Christian TRINGA très remarqué.

 

Avec Jp ANDRE, 10 inscrits pour le prix Jean Di FUSCO 2019, concours interne de poésie, thème : Les aidants.
Avec Jp ANDRE, 10 inscrits pour le prix Jean Di FUSCO 2019, concours interne de poésie, thème : Les aidants.
Avec Jp ANDRE, 10 inscrits pour le prix Jean Di FUSCO 2019, concours interne de poésie, thème : Les aidants.
Avec Jp ANDRE, 10 inscrits pour le prix Jean Di FUSCO 2019, concours interne de poésie, thème : Les aidants.
Avec Jp ANDRE, 10 inscrits pour le prix Jean Di FUSCO 2019, concours interne de poésie, thème : Les aidants.
Avec Jp ANDRE, 10 inscrits pour le prix Jean Di FUSCO 2019, concours interne de poésie, thème : Les aidants.
Avec Jp ANDRE, 10 inscrits pour le prix Jean Di FUSCO 2019, concours interne de poésie, thème : Les aidants.
Avec Jp ANDRE, 10 inscrits pour le prix Jean Di FUSCO 2019, concours interne de poésie, thème : Les aidants.
Avec Jp ANDRE, 10 inscrits pour le prix Jean Di FUSCO 2019, concours interne de poésie, thème : Les aidants.

Avec Jp ANDRE, 10 inscrits pour le prix Jean Di FUSCO 2019, concours interne de poésie, thème : Les aidants.

Thème : Les aidants, les mots pour les aider.

"Pour endiguer ses pleurs, pour apaiser ses maux,

Je me mis à blaguer, à sortir des bons mots"

Brassens l'a chanté et les candidats vont devoir l'insérer dans le poème (prose poétique acceptée) qu'ils liront devant la salle jury le 26 avril prochain à partir de 17h30 salle habituelle sous le regard de la présidente désignée par Provence-poésie.

Vincente CHASTEl, primée l'an dernier, Sonia KITAEFF, Marie- Paule LEROI-G., Bernard ROYER, Christian TRINGA, Patrick LEIDET, Jean-André MARGOSSIAN , PAUL di GIOVANNI et Zavèn SARAFIAN sont déjà en liste.

Ils vous invitent à venir acclamer également le prix Joseph LEVONIAN qui sera remis à la meilleure lecture ou interprétation sur place.

Dernier délai pour se présenter : 21 avril.

 

 

Article et photos           FZ

Partager cet article

Repost0
19 mars 2019 2 19 /03 /mars /2019 09:57
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.
Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019  :  A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.

Michel TOCHE (Var) gagne le grand prix de la ville d'Aubagne 2019 : A un cheveu. Joëlle FOIN, Alain VERRIEZ, prix de participation à l'association depuis 2011.

Les lauréats et prix 2019 du concours des auteurs en pays d'Aubagne, cette année : Laissez venir les mots.

Encouragements : Corinne WALTHER (Suisse) pour sa nouvelle "Catharsis"

Prix spécial Jeunesse :  Victoria CADO (Nantes)  2e prix pour sa nouvelle : Les Portraits

                                     Chloé DENAYER :  3e prix : Le passager du train

                                      Inès  SENEMAUD :  La robe brodée de chez Harrods

                                      Eléna RABOUIN :  L'origine d'Aubagne

                                     Julie CARVALHO :  Journaliste, moi ?

                                      Léa PALLUAU :  Hypnose

Dix lauréats :

Amélie DIAZ- Plan D'Orgon (13) (également 1er prix Jeunesse) Le trou noir.

Christian TRINGA - Aubagne (13) pour La Scoumoune

Martine BONTOUX- Arles (13) pour Briser le silence

Béatrice FINZI  -Quimper (29) pour l'inconnu

Grégory VALOT -Saint-Ouen (95) pour l'arche de Noé

Elie NICOLOPOULOS- Marseille (13)  pour Hector ( Prix Francis TRIAY )

Bénedicte MITRANO -Mornas (84) pour Mots pour Maux (prix d'honneur de Provence-poésie)

Léa GOURINEL-RESEDA- Saint-Raphaël (83) pour Le Vagabond (prix du crédit Mutuel)

Laurie-Anne COCHET-  Chargé (37) pour La page (prix du conseil départemental)

Michel TOCHE-  Saint-Paul (83) pour A un cheveu (grand prix de la ville d'Aubagne)

 

Coupes, chèques, bons d'achat, recueils et diverses récompenses remis par Valérie MORINIERE, Conseillère municipale, déléguée à la Vie associative, et médailles par Danyel CAMOIN président de l'association.

En présence de messieurs : Philippe AMY, Adjoint au Maire Délégué à la Culture. Giovanni SCHIPANI, Adjoint au Maire pour la jeunesse et la démocratie locale. Jean-Bernard LOUIS, Conseiller municipal, Délégué aux Anciens Combattants.

 

Jury :  Chantal BOLLER : Présidente

Chris BERNARD (président de Portique -Vaucluse)  Daniel GLIZE (UTL)  Patrick LEIDET (animateur atelier et poète)   Fernanda OLIVER (animatrice service culturel )  Isabelle SACHOT (médiathèque Pagnol)  Zavèn SARAFIAN (grand prix de la ville 2018) Joëlle SOLARI (relectrice Pp)  Valérie ZANEBONI (lectrice)

 

Prix  annuel de participation à l'association :

Joëlle FOIN, ex-animatrice de l'atelier, partenaire concours et lecture-spectacle depuis 2011  et ex-présidente de jury

Alain VERRIEZ, accordéoniste et organisateur de la partition musicale de Pp depuis 2012

Diplômes et médailles remis par la vice-présidente : Denise TANZI-BIONDO

 

Les noms en caractères gras indiquent les gens présents à la remise des prix le 16 mars.

 

Photos : Bernard ROYER et Candice

 

 

article : FZ

 

 

 

 

Quelques visages du prix jeunesse que l'on retrouvera dans le recueil de l'année : Le pouvoir des mots,  en page de garde de leur nouvelle (voir l'article: l'amour des mots).
Quelques visages du prix jeunesse que l'on retrouvera dans le recueil de l'année : Le pouvoir des mots,  en page de garde de leur nouvelle (voir l'article: l'amour des mots).
Quelques visages du prix jeunesse que l'on retrouvera dans le recueil de l'année : Le pouvoir des mots,  en page de garde de leur nouvelle (voir l'article: l'amour des mots).
Quelques visages du prix jeunesse que l'on retrouvera dans le recueil de l'année : Le pouvoir des mots,  en page de garde de leur nouvelle (voir l'article: l'amour des mots).
Quelques visages du prix jeunesse que l'on retrouvera dans le recueil de l'année : Le pouvoir des mots,  en page de garde de leur nouvelle (voir l'article: l'amour des mots).
Quelques visages du prix jeunesse que l'on retrouvera dans le recueil de l'année : Le pouvoir des mots,  en page de garde de leur nouvelle (voir l'article: l'amour des mots).

Quelques visages du prix jeunesse que l'on retrouvera dans le recueil de l'année : Le pouvoir des mots, en page de garde de leur nouvelle (voir l'article: l'amour des mots).

Partager cet article

Repost0
19 mars 2019 2 19 /03 /mars /2019 09:57
Nathalie Williams et Bernard Royer, deux des auteurs dont les nouvelles ont été mises en scène par l'équipe de Pp et Gérald Filias, deuxième prix du concours 2018 pour les recettes d'Honoré.
Nathalie Williams et Bernard Royer, deux des auteurs dont les nouvelles ont été mises en scène par l'équipe de Pp et Gérald Filias, deuxième prix du concours 2018 pour les recettes d'Honoré.
Nathalie Williams et Bernard Royer, deux des auteurs dont les nouvelles ont été mises en scène par l'équipe de Pp et Gérald Filias, deuxième prix du concours 2018 pour les recettes d'Honoré.

Nathalie Williams et Bernard Royer, deux des auteurs dont les nouvelles ont été mises en scène par l'équipe de Pp et Gérald Filias, deuxième prix du concours 2018 pour les recettes d'Honoré.

Quelques images...
Quelques images...
Quelques images...
Quelques images...
Quelques images...
Quelques images...
Quelques images...
Quelques images...
Quelques images...
Quelques images...
Quelques images...
Quelques images...
Quelques images...
Quelques images...
Quelques images...
Quelques images...
Quelques images...

Quelques images...

Provence-poésie présentait la lecture-spectacle du 16 mars devant une salle de près de quatre-vingt personnes :

Aubade du musicien en hommage à Gilbert Bécaud et présentation des auteurs invités.

Ouverture par un jet de plumes sur la musique de Mon truc en plumes par Alain Verriez

Age tendre et tête de bois pour les jeunes de toute génération par Denise et Danyel

Mon truc aux plumes,( centon hommage à Bécaud ) par Patrick LEIDET .

Rencontre au paradis de Léo Ferré (Guy Feugier ) et Gilbert Bécaud (Danyel Camoin) (musique: Alors raconte).

La plume d'Honoré d'après Gérald Filias : 2e prix du concours 2018, avec Alain D'Aix,  Evelyne Juven et Jean- Claude Colay (musique : Plume de Zaz )

L'hirondelle d'après Bécaud par Danyel (musique l'hirondelle)

Voyage, v.o.y.a.g.e, d'après Nathalie Williams par Fernanda Oliver (musique Voyage-Voyage de Désireless)

Plume d'amour d'après Frank Zorra par Monique et Jacky (musique : Et maintenant)

L'indien  (d'après Bécaud) accompagné musicalement avec  Evelyne et Danyel.

Le car du Fada d'après Bernard Royer dit Oursinus avec Jean-André, Jean-Claude, Alain d'Aix et Guy Feugier.

Le corbeau chante : Ouvrez la cage aux oiseaux par Christian TRINGA et sa marionnette.

Rosy sans john d'après Bécaud par Denise et Danyel (Final musical et salut des participants)

 

Merci aux auteurs qui ont accepté les adaptations.

PS : Bernard ROYER, présent dans la salle et auteur de Coup de pompe, devenu Le car du fada, par l'adaptation de Danyel Camoin et Jean-Claude Colay,  est aussi le deuxième prix du concours Marcel Pagnol  sur Le schpountz à Aubagne.

 

Photos : Bernard Royer et Candice

Article : FZ

La plume d’Honoré

D’aprés les recettes d’Honoré de Gérald Filias                      texte numéro 4

 

Il s’agit d’un boucher qui jouait sur les mots avec sa clientèle et le voilà dans sa retraite…

Un jeune homme à casquette pénètre dans l’établissement, un peu perdu, un papier à la main, c’est la première fois. Une jeune femme à l’entrée le questionne des yeux.

 

 “Je cherche Mr Célesto.

-Mr Honoré… il est dans le parc là-bas, vous le voyez ? Il griffonne comme souvent avec son crayon et sa gomme. Vous êtes de la famille ?

-Non pas vraiment, ma mère était une de ses connaissances. Comment est-il ?

-Il faut être au bon moment et c’est très agréable, sinon, c’est triste. Il radote et pose souvent la même question. Aujourd’hui ça a l’air d’aller.

 

(Il laisse la jeune femme et se dirige vers le vieil homme. Il s’approche de lui.)

-Mr Honoré ?

-Qui êtes-vous jeune homme ?

-Je suis le fils d’une de vos clientes, je suis le fils de Marie !

-Marie… Marie, qui voudrait votre beau nom tourner. Comment va-t-elle ?

-Elle est partie voilà un mois.

(Il paraît plonger dans ses souvenirs)

-J’étais boucher-charcutier comme le précisait l’enseigne qui avait éclairé mon commerce des années durant.

Mais le ris de veau, la bavette et la terrine forestière n’étaient pas ma seule passion. J’aimais les mots. Je jouais, jonglais avec eux, les caressais toute la journée. Mes clients venaient autant pour mon pâté en croûte que pour mes tournures. J’aimais reprendre les auteurs célèbres et taquiner certaines clientes comme Marie en citant Ronsard :

Marie, qui voudrait votre beau nom tourner,

Il trouverait Aimer : aimez-moi donc, Marie.

-Je ne faisais pas seulement dans l’anagramme. Répondre en alexandrins ne me posait pas de problèmes et j’aimais préparer des acrostiches selon l’actualité ou le plat du jour. Si presque partout ailleurs la météo était le sésame pour engager une conversation, chez Honoré, on parlait de soleil mais c’était pour citer Cocteau et quand la pluie était là, j’espérais Marie pour lui dire Carco.

C’est merveilleux, il pleut. J’écoute

La pluie dont le crépitement

Heurte la vitre goutte à goutte…

Et tu me souris tendrement

-Et Marie souriait.

(Vers le public en posant le papier, le jeune homme :)

Ma mère m’a raconté ;

On venait pour Honoré et la qualité de ce qu’il proposait.

Puis le rideau tomba et lorsqu’il se releva, Honoré n’était plus là.

Le tablier rendu, il devint écrivain public.

Il proposa les services de sa plume mais aussi il sollicita les gens. Il aimait s’assoir sur les bancs près des personnes isolées quel que soit leur âge. Il notait les événements de leur vie, leurs réflexions, leurs espoirs… Il finit ainsi par écrire plusieurs recueils et vola vers d’autres amours. Son dernier coup de cœur, Honoré l’avait eu pour une triple sauteuse colombienne aperçue à la télévision. Elle avait un regard si déterminé et un sourire si lumineux qu’il annonça à ses clients que ce serait sa dernière conquête.

Et puis il se fatigua et dut se résoudre à se retrouver dans un établissement de « déplumés » comme tant d’autres.

Ma mère désirait que je découvre ce personnage original et généreux.

 

-Je crois que tu as encore beaucoup de peine.

Il prend son crayon et sa gomme…

(Vers le public) Le visiteur décrit :

Il écrit le mot douleur sur la feuille devant lui. Il gomme le l, et l’écrit un peu plus bas, puis il souffle dessus et courbe la lettre après plusieurs dessins pour le transformer en c. Le c prend maintenant place dans l’espace laissé vide. Voyez son sourire malicieux, la douleur est devenue douceur :

-Les mots sont nos amis mais il faut les connaître et bien les choisir. Comment parler, comment dire, comment aimer avec vos mails ? As-tu remarqué ?

Et le voilà qui reprend son crayon : boîte de réception, on gomme le r et place un d. Boîte de déception !

-Tu n’es pas d’accord ?

-Comment ne pas vous donner un sourire d’acquiescement ?

-Un mot, tourne-le dans un sens, puis dans l’autre. Ça va ?

Sinon, ne force surtout pas, ne l’abîme pas

Si ça ne va pas, c’est qu’il n’est pas à sa place, mets-le de côté

Prends en un autre, puis un autre jusqu’à trouver le bon.

Là, la porte s’ouvre, mais cela ne marche pas toujours…

Vois-tu petit, j’ai aimé ta maman, je l’ai fait sourire mais c’est tout. Elle semblait fermée à double tour. Le mot qui aurait pu ouvrir son cœur, je ne sais pas s’il existe, en tout cas, je ne l’ai pas trouvé…

(Il s’arrête et soudain il change de ton : )

Mais qui êtes-vous jeune homme ?

Le jeune gars parle pour lui-même :

C’est fini, Mr Honoré est parti dans ses souvenirs, je n’arrive plus à capter son regard.

Il le laisse. Il est encore plein d’émotion et de tristesse quand il rejoint la jeune femme de tout à l’heure. Elle lui demande :

-Comment c’était ?

-C’est que…je l’ai perdu à la fin.

-Et vous savez pourquoi il pose cette question aux dames de l’établissement ?

-Quelle question ?

-A toutes, il demande si elles font du triple saut !

Le visiteur remue la tête et s’en va ! L’accordéon démarre la musique…

 

Personnages : La dame ; Evelyne Juven- Honoré ; Alain d’Aix- Le visiteur-Jean-Claude Colay et voix off pour les poèmes : Danyel Camoin.

 

_______________________________________________________________________________________________________________

 

VOYAGE, V.O.Y.A.G.E

 

Version pour scène duo d’après la nouvelle de Nathalie Williams

La lectrice devrait porter un grand chapeau.

 

J’allume mon ordinateur : j’ai gagné un voyage ! Je vous jure, une fenêtre est apparue sur mon écran dix-neuf pouces : « Vous avez gagné un voyage ! ».

Gagné ? Vraiment ? G.A.G.N.É ça veut dire : Géante Attraction du Gain… Non ? Escroquerie ! Dans V.O.Y.A.G.E, il y a Voiture, incontournable et onéreuse, Obligation — quoiqu’on en dise —, Argent — l’autre incontournable —, Gens — trop de gens —, Enfer, sans commentaire... Certes, j’ai oublié le y : Youpi… Très peu pour moi !

J’allume la radio, on reparle de voyage... Je tombe sur la super promo du jour : un voyage pour deux personnes aux Baléares à moins de deux cents euros. P.R.O.M.O : p,r,o,m,o. Prix réduits Ou Mensonge Optimum ? Et puis, un voyage pour deux ne me concerne pas. Moi, je suis S.E.U.L.E : Sans Encouragement, Un Lamentable Etre…

Je m’effondre…sur mon lit. L.I.T. : Lieu d’Intimité Totale. Seule, peu importe, je dois faire mes bagages ! Je tends la main sous mon lit et sors une valise que je dépoussière ensuite avec chiffons et lingettes ; la voilà toute propre. P.R.O.P.R.E ! Prête Rapidement Ou Pas Rapidement, Enfin ! Peu importe… Oui, mais elle est vide. : v,i,d,e. Vie Insipide Dénuée d’Envie. Je vais regarder dans mon placard pour la combler, oui mais, maillots de bain ou pull-over ? T-shirt ou gros manteaux ? Je dois choisir où je vais partir… Loin sans doute. L.O.I.N : Lieu Ou Idée Nouvelle. Nouvelle, je veux bien, mais au hasard non ! H.A.S.A.R.D, h, a, s, a, r, d. Halte ! Attention ! Sorties d’Aléas Rapides et Dangereux ! Il faut que je me renseigne…

Je sors de chez moi pour aller dans une librairie. Je m’arrête au rayon des guides de voyage, histoire de me réchauffer le cœur. G.U.I.D.E : Gagner Une Illustration Des Empêchements. Je prends au hasard un guide de Londres. Je lis : « Il y pleut souvent… ». Tout ça pour ça ! Merci pour l’aide !  Je ne vais pas plus loin, je laisse tomber les guides. Je passe devant un rayon qui illumine la librairie dans son intégralité ; je m’étais trompée… Je vois des photos. P.H.O.T.O : Poésie, Harmonie Ou Tout Oublier. Oublier ? Oui ! J’avais oublié ; dans « voyage » il y a « voy » comme « voyons », « voyez », « voyant », et j’en passe… Il faut voir. V.O.I.R. : v, o, i, r. Vivre l’Ordinaire Intensément…

La publicité avait raison, il faut que je parte en voyage. Seule ? S.E.U.L.E c’est aussi : Sans Ennui, Ultra Libre, Extra ! Je veux dire partir mais Pas Pour Longtemps. P.P.L. ?  Dans V.O.Y.A.G.E, il y a Vrai, Oxygène, Amour, Grandiose, Extra, et bien sûr Youpi… Je rentre chez moi, je prends ma valise, un parapluie, ma carte orange, un plan de Paris, des chaussures de marche et d’autres pour le tango, des talons aiguilles et des chaussures de bowling, et bien sûr mon appareil photo avec mon plus grand sourire... Je passe un appel : coup de téléphone. (voir un portable )

« Désolée, mon ami, je ne peux pas rester longtemps, je pars en voyage. 

— Maintenant ?

— Oui. Tout de suite, immédiatement, sans plus attendre…

— Super. Tu pars où ?

— Quelque part entre Neuilly et Vincennes, St Ouen et Montrouge.

— Ah… Je croyais que tu disais que tu partais en voyage.

— Oui, c’est bien ça, je pars… en voyage… à Paris, dans mon quartier, et ceux des environs… pas plus loin. Je pars seule, et oui…je sais, il pleut… »

Je raccroche. Je P.A.R.S. : p-a-r-s ! Prête A Rire (tout) Simplement.

 

(salut à la salle avec le chapeau)

Sur la scène : En noir voix de la lectrice au lutrin  (Fernanda Oliver) et en bleu voix off micro

_________________________________________________________________________________________________________________

 

Le car du « fada » d’après Coup de pompe de Bernard Royer-Oursinus                            ( 9)

Un voyageur, pour se rendre à son rendez-vous, prend un vieux car et soudain quelque chose d’inattendu se produit. L’air étonné, il revient à lui sur un banc…

C’est un éclat de voix qui me ramène à la réalité : des boulistes se disputent âprement un point litigieux. Mais je suis donc arrivé à destination ? Comment est-ce possible ? Les réponses des joueurs ne m’apportent pas plus d’éclaircissements : non, personne ne m’a vu arriver dans le village, ni à pied, ni à bord d’un quelconque véhicule et on vient juste de remarquer ma présence sur le banc comme une apparition. En plus une grève contre la nouvelle ligne de TER paralyse ce jour tous les transports en commun ! 

Pourtant je vous assure que j’ai pris un très vieil autocar après ma rencontre avec Samuel Math ! Montant à bord, j’ai donné une pièce argentée que le chauffeur a glissé dans sa vieille sacoche de cuir avant de me rendre deux petites pièces jaunes. Par la porte restée ouverte, un air gorgé des senteurs de foin et de résine s’infiltrait dans l’habitacle surchauffé, se mêlant aux odeurs de la moleskine vieillie et usée, du caoutchouc décomposé et des vapeurs d’huile et d’essence. Le moteur cognait, les amortisseurs couinaient dans les virages, sous la chaleur écrasante tandis que personne ne montait. 

-Alors vous avez pris le car du fada… »

Devant mon air vexé des éclats de rire qui suivent, le joueur explique :

-Enfin c’est façon de parler, prendre le car du fada, c’est quand quelqu’un oublie ce qu’il a fait, qu’il perd la mémoire ! A mon avis, avec la chaleur, vous avez dû forcer sur la bière ou le pastis, c’est pourquoi vous ne vous rappelez plus ce qui s’est passé, mais pour moi vous avez été pris en auto-stoppe : j’ai entendu un moteur s’arrêter et redémarrer tout à l’heure. Et pour vous convaincre, en repartant, jetez donc un œil chez Mimile, sur votre droite après la pompe à essence, vous y verrez le car de son grand-père qui correspondrait à votre récit, mis au rencart dans les années 1970 car il consommait tellement que, par plaisanterie, on disait qu’il faisait trois pompes par jour ! Et il avait toujours soif… !

–   Vous avez raison, c’est ce qui a dû se passer ! Désolé d’avoir interrompu votre partie, mais je dois vous laisser, je ne suis pas en avance.

Un peu penaud, je descends l’avenue ombragée, passe devant la station d’essence et remarque une masse métallique jaunâtre au fond d’une cour. Je m’approche de ce qui se révèle être un car d’un modèle ancien livré à la rouille et aux poules. C’est sans doute celui que j’ai pris…dans mon rêve. A l’intérieur on reconnaît les sièges de moleskine éventrés, les barres d’appui rongées par la rouille, le caoutchouc du tapis de sol déchiré et ces relents d’essence et d’huile qui subsistent. Seuls, le gloussement des poules et leurs caquètements remplacent les bruits mécaniques.

«    C’est un modèle Renault de 1948. 

-- Mais vous ressemblez au chauffeur du car, vous ! Pardonnez mon intrusion mais c’est bien avec ce car que votre grand-père assurait la liaison avec Carpentras ?

–   Bien sûr, mais maintenant il ne risque plus de vous emmener quelque part !

–   Évidemment, mais vous ne pouvez pas imaginer combien il m’a fait voyager… »

Quittant Mimile, j’essaie de remettre de l’ordre dans mes idées. J’ai dû rêver mais je ne peux m’empêcher de maudire ce bavard de Samuel MAHT dont le nom -comme c’est bizarre !- est l’anagramme de Mathusalem. Au fait, si j’ai rêvé, que font alors dans ma poche ces deux pièces jaunes de vingt centimes datées de 1960 ?

Et maintenant avec ma chance, je risque fort de rater mon rendez-vous et de devoir repasser.

En tout cas la prochaine fois, pas question de reprendre…le « car du fada ! »

 

Interprètes : le héros : Alain d’Aix, un joueur de boule : Guy Feugier, les autres : Danyel- Jean-André, Mimile ; Jean-Claude Colay- voix off : Denise Biondo (texte sur le lutrin).

Partager cet article

Repost0
18 mars 2019 1 18 /03 /mars /2019 22:27
Béatrice FINZI , venue de Quimper, Bénédicte MITRANO, Amélie DIAZ, Christian TRINGA...
Béatrice FINZI , venue de Quimper, Bénédicte MITRANO, Amélie DIAZ, Christian TRINGA...
Béatrice FINZI , venue de Quimper, Bénédicte MITRANO, Amélie DIAZ, Christian TRINGA...
Béatrice FINZI , venue de Quimper, Bénédicte MITRANO, Amélie DIAZ, Christian TRINGA...

Béatrice FINZI , venue de Quimper, Bénédicte MITRANO, Amélie DIAZ, Christian TRINGA...

Nos auteurs à l'honneur 2019. Les coups de cœur du président.

10 auteurs de plus, lauréats cette année, parmi eux plus remarqués par le président :

Bénédicte MITRANO, mots pour maux, qui fêtait en même temps son anniversaire, en gagnant le livre mis en loterie par Provence-poésie.

Amélie DIAZ, lauréate de dix-sept ans. à découvrir avec : Le trou noir.

Christian  TRINGA, la scoumoune, également partenaire du spectacle avec sa marionnette.

Béatrice FINZI, en direct de Quimper pour L'inconnu, particulièrement remarquée.

Parmi tous les lauréats passés sur la scénette de Provence-poésie, depuis la journée dédiée à Maupassant, en 2011, on n'a pas souvent rencontré le dynamisme et le charme de Béatrice, son sourire chaleureux et sa facilité à aider l'association. Ainsi l'auteur(e) de L'inconnu, venue de Quimperest une lauréate exceptionnelle dont l'écriture, hommage à Maupassant, ne pouvait que plaire à l'auteur de Au seuil de l'inexplicable et des Evadés du rêve, entre Kafka et Maupassant.

Pour notre président, l'inconnu ne pouvait que figurer parmi les dix nouvelles sélectionnées, pour le lire voir le recueil "Laissez venir les mots", mais Béatrice avait aussi écrit une autre nouvelle qui a été classée dans les proches de la sélection : Le livre du Diable, avec son accord, amateurs de fantastique, nous vous proposons de la lire gratuitement sur cette page :

 

LE LIVRE DU DIABLE

 

Julien Masconi était magistrat comme son père, Albert, mort prématurément d’une tuberculose deux ans auparavant. Julien était un homme droit. Il aimait son métier et le pratiquait avec conviction. Je suis avocat et nous sommes devenus amis lors d’une affaire qui nous opposait.  Un peu austère mais juste, il était toujours respecté pour ses jugements. C’est pourquoi, souvent, lorsque nous évoquions des dossiers qui me préoccupaient, son avis m’était toujours très précieux.

Célibataire, il partait chaque été en Provence, à Nans-Les-Pins, dans la pension de mademoiselle Fortunée, vieille fille avec qui il s’entendait parfaitement. Il vouait une véritable passion à la faune et à la flore de la forêt de la Sainte Baume. Son plus grand plaisir était de faire de longues promenades pendant lesquelles il notait soigneusement sur un petit carnet tout ce qu’il observait. Il aimait marcher des heures dans les sous-bois, suivre la course du lierre sur le sol et écouter le chant des oiseaux. Quand il me parlait de ses vacances, ce n’était plus le juge un peu sévère qui s’exprimait mais un amoureux de la nature, sensible et ouvert.

Un jour, alors qu’il était parti depuis peu, il m’envoya une lettre qui m’exposait ses tracas :

« ...L’autre jour il m’est arrivé une mésaventure terrible qu’il faut que je te raconte et à cause de laquelle je me trouve encore aujourd’hui bouleversé et intrigué au plus haut point.

Un après-midi, je m’étais éloigné du chemin par je ne sais quel hasard. Après avoir marché longtemps, il me fut aisé de constater que j'étais perdu. Le sentier ne ressemblait en rien à celui que je fréquentais. J’avançais avec grande difficulté à travers les branchages qui me griffaient. Enfin j’aperçus une vieille maison abandonnée. Les deux fenêtres sur le devant croulaient sous les racines et les lianes emmêlées. Quand j’entrai, je découvris un endroit pauvrement meublé. Une table, trois chaises, un lit et un petit vaisselier habitaient la pièce. Le silence était impressionnant et j’eu le sentiment d’être un intrus dans ce lieu sombre et humide. Les étagères sur le mur étaient couvertes de livres anciens. Tu connais mon intérêt pour les ouvrages d’art et je n’ai pas pu m’empêcher d’en saisir un. J’y ai lu avec effroi le titre suivant : « Julien Masconi 14/3/1831 - 30/10/1886 ». Je suis sûr que tu ris déjà de moi et que tu penses à une plaisanterie. Mais je te jure que c’est la pure vérité. J’ai bien cru que le soleil avait frappé trop fort mon crâne et que j’étais en train de délirer. Lorsque j’essayai de l’ouvrir, celui-ci s’effrita et tomba instantanément en poussière. Imagine-toi la terreur dans laquelle je me trouvais. Un livre avec la date de ma mort ? Mais comment était-ce possible ?

Je suis sorti de la maison et j’ai couru à travers le bois sans savoir où j’allais.  J’ai couru encore pendant longtemps et finalement, je me suis évanoui.

Un paysan m’a trouvé sur le bord de la route, à plus d’une lieue de la forêt et m’a recueilli. Le lendemain, il m’a ramené à la pension où j’ai gardé la chambre plusieurs jours. Mademoiselle Fortunée qui m’a veillé, m’a dit que j’avais beaucoup déliré.

Voilà toute l’histoire mon bon Philippe. Tu vas sans doute me prendre pour un fou, mais je t’affirme que je n’ai pas rêvé et que je possède toutes mes facultés... »

Cette lettre m’a un peu étonnée car je savais combien Julien était un homme rigoureux. Il n’était pas influençable et son esprit était très éloigné des sciences occultes et doctrines ésotériques.

Je reçu peu de temps après une autre lettre qui m’inquiéta davantage :

« ...Je n’ai parlé à personne de cette mésaventure. Mais je me suis tout de même demandé si je n’avais pas rêvé. Malgré mon peu de goût pour les choses mystérieuses, tu me connais, et malgré la frayeur qui me prit ce jour-là, je décidais de continuer mon séjour. J’essayais de ne plus penser à ce maudit livre qui avait brouillé ma raison.

Pourtant un matin, je mis le manteau que je portais le fameux jour et tu n’imagineras jamais ce que je trouvais dans la poche ? Un morceau du livre ! Je ne sais pas, grand Dieu, comment il est arrivé là, mais c’est un fait. Une partie de mon nom s’y trouvait ainsi que la date fatidique.

Ne voulant pas me laisser emporter par je ne sais quel trouble et résolu à élucider cette affaire, j’ai décidé de retrouver cette maudite maison, coûte que coûte. J’ai cherché plusieurs jours durant, en vain.

Mademoiselle Fortunée m’a conseillé d’aller voir l’antiquaire du village qui est, paraît-il, un grand érudit. Cet homme m’a appris qu’un forgeron avait bien habité une maison dans les bois. Mais il n’en savait pas vraiment plus. C’était au moins il y a vingt ans.

Tu vois, je n’ai pas rêvé la maison, au moins !

J’ai décidé de raconter mon aventure à cet homme qui a ri de bon cœur en croyant à une facétie. Pour preuve, j’ai voulu lui montrer le morceau du livre que j’avais trouvé, mais celui-ci a disparu.

Tout cela m’a fortement contrarié. Je me demande ce qui m’arrive. Si j’ai bien vu la maison, ai-je imaginé le livre ? Je ne sais plus trop où j’en suis et, parfois, j’ai l’impression que ma raison vacille. Cela a gâché grandement mes vacances et je rentre plus tôt à Paris. Si tu es là, j’aimerais que nous passions quelques moments ensemble. Cela me sortira d’une certaine neurasthénie dans laquelle tout cela m’a jeté... »

J’étais inquiet mais je connaissais son caractère assez fort et j’étais persuadé que tout rentrerait dans l’ordre dès son retour. En effet, pendant un temps, les affaires reprirent et Julien retrouva son calme. Nous nous rencontrions souvent lors des audiences et fréquentions les mêmes soirées.

Tout bascula vers la fin septembre alors qu’il arpenta les quais à la recherche de vieilleries.  Il entra dans une boutique, regarda les bibelots mais rien ne l’intéressait vraiment. Ses yeux se promenèrent sur une rangée de livres anciens et il s’approcha.

Horreur ! Le livre tant redouté était là, devant lui, avec son nom et la date fatidique. Il n’osa pas le toucher. Le cauchemar recommençait. Pris de panique, il s’enfuit.

Au Palais, je le trouvais dans un état de fébrilité totale. Il me raconta ce qui venait de se produire et m’obligea à l’accompagner à la boutique. En entrant, il se précipita sur les livres comme un fou mais aucun ne correspondait à celui qu’il cherchait. Le commerçant, derrière ses grosses lunettes, le regardait curieusement. Julien l’attrapa par le cou en lui criant de lui donner le livre. L’homme se défendit, cria au fou et jura qu’il n’avait jamais eu un tel ouvrage. J’entrepris de calmer Julien et prodiguais mille excuses à ce pauvre homme qui n’y comprenait rien.

Julien croyait perdre la raison. Je n’arrivais pas à le convaincre qu’il avait dû se tromper, qu’il était surmené. Rien ne put le réconforter. Il me planta là et rentra directement chez lui.

J’appris par Joseph, son valet de pied, ce qui allait suivre.

Hanter par le livre et sa date funeste, il décida de s’enfermer chez lui. Il avait demandé à Joseph de ne le quitter sous aucun prétexte. Pendant une quinzaine de jours environ, il continua de traiter ses affaires mais n’assista plus aux audiences et dénonça toutes les invitations qu’il reçut. Quelques jours passèrent mais son angoisse ne fit que décupler. Il refusa toutes les visites et ne traita plus aucun dossier. Restaient quinze jours puis dix. Il devint exécrable, s’offusquant d’un rien, traitant son valet comme un chien et finit par le renvoyer. Celui-ci comprit dans quels tourments était son maître et se cacha dans la pièce attenante à la chambre de Julien. Grâce à un petit trou dans la cloison, il pouvait surveiller la situation et intervenir s’il se passait quelque chose de grave.

Il me raconta plus tard qu’il ne reconnut pas l’homme qu’il avait servi pendant plus de dix ans. Julien tournait en rond des journées entières et se perdait dans de longs monologues incompréhensibles. Je reçus une dernière lettre de lui quelques jours avant le trente octobre. Voici ce qu’il écrivait :

« ...La nuit, je vois des visages déformés par des rictus effroyables. J’entends une voix profonde qui me dit :

- Ta mort est écrite dans le livre du diable. Je suis l’âme du forgeron. Vengeance, mon heure est venue…

Dans le demi-sommeil où je me trouve, je réponds que je ne comprends rien. De quelle vengeance s’agit-il ? Et en quoi tout cela me concerne-t-il ? Je ne sais plus ce qui m’arrive. J’aimerais que ce ne soit qu’un mauvais rêve.  Ces phrases lugubres me poursuivent toute la journée. C’est comme un écho dans mes ténèbres. Parfois je me dis que je sombre dans la folie et je me demande ce qui a provoqué un tel trouble de mes facultés. Comme j’aimerais que tout cela soit fini... »

Ce jour-là, il décida de rester au lit. Il grommelait sans cesse. Ainsi, tout le jour, il attendit, fixant intensément la pendule au-dessus de la commode, regardant le déplacement des aiguilles, éprouvant la lenteur des heures. Parfois, il sombrait dans un sommeil cauchemardesque. A certains moments, Joseph l’entendait crier : « Non ! Assez ! Partez ! Laissez-moi tranquille ! »

À mesure que le temps avançait, son esprit devenait de plus en plus agité. Puis, il se mit à rire, se moqua de lui et de sa peur. Et si tout cela n’était qu’un mauvais rêve dont il allait se réveiller. De nouveau, il se mit à rire nerveusement.

Des heures s’étaient écoulées…. Il regarda la pendule. Plus que quelques minutes et son supplice prendrait fin. Il rirait encore de sa sottise. Il rirait d’avoir cru à cette prédiction, à ce maudit livre qui n’avait jamais dû exister. Il ne quittait pas des yeux la pendule et scrutait chaque seconde. Puis, comme grisé par une étrange ivresse, il se leva, sauta, dansa et tournoya sur le sol. Son excitation redoubla. Comment avait-il pu penser que tout ceci était vrai, lui, un juge respecté de tous ?

Il regarda la pendule et se sentit libre. Il rit de sa méprise, de sa bêtise, de son ignorance. Et ses jambes furent folles et ses mains applaudirent. Il continua de danser jusqu’à s’en étourdir. Il applaudit encore et encore, poussant des cris de joie et de victoire.

Soudain, il sentit une douleur profonde dans son cœur. Un éclair le déchira. Il ne comprit pas tout de suite ce qui se passait. Ses jambes tremblèrent, ses bras devinrent lourds. Il ne trouva plus son équilibre et tituba. Son corps chancela. Ses yeux écarquillés montrèrent une lueur d’incompréhension. Puis son visage se crispa sous la douleur. Julien regarda la pendule une dernière fois. Il voulut se rattraper au lit mais son corps l’abandonna et il tomba mort sur le sol alors que les douze coups de minuit résonnaient.

Le trente octobre de l’année 1886 venait de s’achever.

 

Je dois vous dire que je fus choqué et profondément bouleversé. Julien avait dû connaître d’effroyables moments.

Suffisamment intrigué par cette histoire, je décidais d’enquêter auprès du tribunal de Roquevaire qui traitait les affaires des communes environnantes de Nans-Les-Pins. Quelle ne fut pas ma stupeur en apprenant qu’un magistrat du nom d’Albert Masconi avait bien jugé une dizaine d’affaires en 1860, lors d’une nomination temporaire et qu’il avait condamné injustement un pauvre forgeron qui habitait dans la forêt de la Sainte Baume.

 

Béatrice FINZI

 

Article FZ

.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de PP éditions
  • : Présentation de nouvelles, poèmes et livres de Provence-Poésie avec ses auteurs attitrés : Denise BIONDO, Frank ZORRA, Danyel CAMOIN, Emile MIHIERE, Joëlle SOLARI... Infos sur les lectures-spectacles et les autres activités avec collège ou maison de retraite...
  • Contact

Recherche

Liens