Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 10:07
16 octobre
16 octobre
16 octobre
16 octobre
16 octobre
16 octobre
16 octobre
16 octobre
16 octobre
16 octobre
16 octobre

Bardot- Gainsbourg couple mythique.

Provence-poésie présente une conférence nommée; " Initiales BB" incluant  des scènes interprétés d'après des textes et des chansons de BB ( La Madrague, Boulevard du Rhum, Tu veux ou tu veux pas ? La chasse- Viva Maria  etc ) et des chansons de Serge Gainsbourg , certaines en textes , d'autres chantées comme Harley Davidson, La javanaise et une mise en scène du poinçonneur et de Bonnie et Clyde.

C'était le 16 octobre de 16 heures à 19 heures, maison de la vie Associative, salle centrale.

Alain à l'accordéon et Jean-Paul à la guitare, chants :  Dominique et Denise.

Dès l'entrée gratuite, sélection de la réservation et contrôle avec possibilité de gagner un livre avec 1 euro.

Présentation d'auteurs : Dominique BODOUIN, Denise BIONDO et Sonia KITAEFF et verre de l'amitié en l'honneur de l'anniversaire de Sonia .

 

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2021 4 23 /09 /septembre /2021 10:46
Autour du hasard et du destin la prestation de l'équipe.
Autour du hasard et du destin la prestation de l'équipe.
Autour du hasard et du destin la prestation de l'équipe.
Autour du hasard et du destin la prestation de l'équipe.
Autour du hasard et du destin la prestation de l'équipe.
Autour du hasard et du destin la prestation de l'équipe.
Autour du hasard et du destin la prestation de l'équipe.
Autour du hasard et du destin la prestation de l'équipe.
Autour du hasard et du destin la prestation de l'équipe.
Autour du hasard et du destin la prestation de l'équipe.
Autour du hasard et du destin la prestation de l'équipe.
Autour du hasard et du destin la prestation de l'équipe.

Autour du hasard et du destin la prestation de l'équipe.

Une lecture spectacle était prévue avant la remise des prix si la situation le permettait avec le titre global :" Le hasard et le destin" et la musique de fond de Verdi : La force du destin..

Au programme  des nouvelles de nos participants mises en scène par Danyel  CAMOIN  :

Hasard et destinée d'Adam CONNIELY, Ma vie en rose de Pierre LAMPERT, Cœur d'artichaut  de Bénédicte CHUREAU, Pépino  De Francis TRIAY et La passion des mots de Joëlle FOIN.

Interprètes : Denise BIONDO, Jean-Claude COLAY, Patricia HOLZL, Edouard ROSTAIN, Dominique BAUDOUIN, Zavèn SARAFIAN et Danyel CAMOIN. 

Auxquelles s'ajoutaient

Les fleurs du Glai d'après Frédéric MISTRAL,

Ces gens-là d'après Jacques BREL

La vie en rose  chantée par Patricia avec Alain à l'accordéon

Rosy sans John, d'après Gilbert BECAUD

et quelques chansons avec  Alain et Jean-Paul dont Je t'aime de Lara FABIAN et Destinées de Guy MARCHAND par Dominique.

 

Article en cours

Photos Micheline DAOU

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2021 7 19 /09 /septembre /2021 10:03
concours de l'année 2021 : report de la remise des prix en septembre cause sanitaire
concours de l'année 2021 : report de la remise des prix en septembre cause sanitaire
concours de l'année 2021 : report de la remise des prix en septembre cause sanitaire
concours de l'année 2021 : report de la remise des prix en septembre cause sanitaire
concours de l'année 2021 : report de la remise des prix en septembre cause sanitaire
concours de l'année 2021 : report de la remise des prix en septembre cause sanitaire
concours de l'année 2021 : report de la remise des prix en septembre cause sanitaire
concours de l'année 2021 : report de la remise des prix en septembre cause sanitaire
concours de l'année 2021 : report de la remise des prix en septembre cause sanitaire
concours de l'année 2021 : report de la remise des prix en septembre cause sanitaire
concours de l'année 2021 : report de la remise des prix en septembre cause sanitaire

concours de l'année 2021 : report de la remise des prix en septembre cause sanitaire

Le concours de nouvelles des auteurs en pays d'Aubagne, cette année ; Le Hasard et le Destin, a prévu cause Covid 19, sa remise des prix reportée au 18 septembre 16h avec l'accord de la maison de la vie associative.

Un courrier a prévenu les participants avec la possibilité de réduction sur l'hôtel pour ceux qui viennent de loin si bien sûr la pandémie ne les retient pas.

Plus de cent nouvelles  entre les mains du pré-jury avec parmi les candidats, des partenaires Canadien, Suisse et Belge et des jeunes de moins de 18 ans.

Le jury  final a désigné  le classement :

 Guy AMSALLEM (Euphorus) grand prix de la ville remis par l'adjointe au maire : Valérie MORINIERE.

 Martine BONTOUX (Entre chien et loup) prix du conseil départemental

 Vincente CHASTEL (Le destin de Naada) prix spécial Francis TRIAY

Zavèn SARAFIAN (Sentant sa mort prochaine) Prix d'honneur de Provence-poésie

Léonie SAUNIER (15 ans) (Demain sera un nouveau monde) Prix d'honneur du crédit mutuel.

derrière eux deux accessits pour Julianne ARNAUD-ROUSSEL et Hélène MAGRON

Et trois mentions d'honneur : Victoria CADO, Lauralie ALFONSI et Corinne WALTHER

Dominique BAUDOUIN, grand prix de 2020, cette année, présidente du jury, s'est jointe à Joëlle SOLARI, grand prix de 2015, et aux autres membres  du jury final, dont Isabelle SACHOT de la médiathèque d'Aubagne, Chris BERNARD, président de Portique (Drôme) Jean-Yves FEVRIER de Gémenos et Daniel GLIZE de l'UTL d'Aubagne, pour nommer le nouveau grand prix (hasard ou destin ?) parmi les dix lauréats  désignés.

Un prix spécial des auteurs est attribué à Alice HUGO (D'un pont à l'autre) pour la double chute de sa nouvelle.

Le prix de participation pour 10 ans de service dans l'association est décerné à Sonia KITAEFF.

Le deuxième prix de participation est pour Claudie CANU, relectrice assidue de l'association.

D'autres prix pour les moins de dix_huit ans parmi les-quelles on remarque  Elina CARBONE  (de La Penne Sur Huveaune) sur les photos.

ainsi que : Eléna RABOUIN et Elsa TRAN dont les nouvelles seront publiées dans le recueil de fin d'année de Pp éditions.

et envoyé chez lui,  un diplôme pour notre participant canadien : Monsieur  Laurier COTE.

 

 

Bravo à tous !

 

FZ

 

Martine BONTOUX , 2e prix et Guy AMSALLEM grand prix de la ville remis par Valérie MORINIERE.
Martine BONTOUX , 2e prix et Guy AMSALLEM grand prix de la ville remis par Valérie MORINIERE.
Martine BONTOUX , 2e prix et Guy AMSALLEM grand prix de la ville remis par Valérie MORINIERE.
Martine BONTOUX , 2e prix et Guy AMSALLEM grand prix de la ville remis par Valérie MORINIERE.
Martine BONTOUX , 2e prix et Guy AMSALLEM grand prix de la ville remis par Valérie MORINIERE.
Martine BONTOUX , 2e prix et Guy AMSALLEM grand prix de la ville remis par Valérie MORINIERE.
Martine BONTOUX , 2e prix et Guy AMSALLEM grand prix de la ville remis par Valérie MORINIERE.
Martine BONTOUX , 2e prix et Guy AMSALLEM grand prix de la ville remis par Valérie MORINIERE.
Martine BONTOUX , 2e prix et Guy AMSALLEM grand prix de la ville remis par Valérie MORINIERE.
Martine BONTOUX , 2e prix et Guy AMSALLEM grand prix de la ville remis par Valérie MORINIERE.
Martine BONTOUX , 2e prix et Guy AMSALLEM grand prix de la ville remis par Valérie MORINIERE.
Martine BONTOUX , 2e prix et Guy AMSALLEM grand prix de la ville remis par Valérie MORINIERE.
Martine BONTOUX , 2e prix et Guy AMSALLEM grand prix de la ville remis par Valérie MORINIERE.

Martine BONTOUX , 2e prix et Guy AMSALLEM grand prix de la ville remis par Valérie MORINIERE.

lecture-spectacle avec remise des prix :  18 septembre.
lecture-spectacle avec remise des prix :  18 septembre.

lecture-spectacle avec remise des prix : 18 septembre.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2021 4 16 /09 /septembre /2021 13:18
Retour sur nos livres
Retour sur nos livres

Provence-poésie présente avec l'autorisation des auteurs, deux articles qui ont été écrits sur internet 

en parlant de nos livres :

 Les auteurs concernés 

Danyel CAMOIN pour "Et si je vous contais..." vu par François LEGER

Christine LUBRANO, Geneviève CASABURI et Frank ZORRA pour " l'impossible crime " vu par Lildrille

14 septembre 2021

Nouvelles, contes et courts textes forts...

Un recueil de Danyel Camoin

      Si la quatrième de couverture de l'ouvrage de Danyel Camoin intitulé "Et si je vous contais..." promet "tout un programme animé dans une ambiance fantastique pouvant aller jusqu'à la réincarnation", je ne peux pas m'empêcher d'approuver partiellement cette présentation dans la mesure où l'auteur fait visiblement, lui-même, la différence entre "réincarnation" et "métempsychose" ! Un seul texte - intitulé d'ailleurs  "Métempsycose" -  un seul texte, très, très curieux, peut faire penser à ce genre de phénomène...

 

      De fait, l'auteur n'évoque pas véritablement l'incarnation d'une âme humaine dans un nouveau corps humain après sa mort (ce qui serait alors une réincarnation). Non, il place ici le sujet  - comme il l'indique dans son titre - dans le passage (éventuellement successif) d'une âme dans plusieurs corps humains ou animaux, voire dans des végétaux (ce qui n'est d'ailleurs pas le cas dans sa relation !). Non, il s'agit bien du retour d'une âme humaine dans le corps d'un animal... A partir de là, l'auteur a beaucoup de liberté et se permet de nombreuses libertés qui peuvent surprendre quelque peu le lecteur !

      Toutefois, ce n'est là qu'un texte de ce recueil qui débute par une nouvelle de qualité intitulée "La croisée des regards ou la femme d'un cordonnier" que l'auteur présente d'ailleurs lui-même par cette phrase : "Méfiez-vous des séniors, certains ont encore du ressort".  On a droit ici à un véritable scénario de film policier dont l'action aurait lieu dans un village de province: le cadre dans lequel évoluent les personnages sent bon la campagne que j'ai connue il y a bien des années... lorsque j'étais enfant !

      Les écrits se suivent, non sans présenter ici ou là un certain humour dans les titres... Il en est ainsi, par exemple, de "Ce soir-là... La maison close était fermée" dont il est d'ailleurs difficile de percevoir toute la lumière dans cette affaire policière qui, une fois résolue, permet à l'auteur de faire ce commentaire : "Et dire que, quelques années après, on a fermé définitivement ces maisons déjà closes ! "

     

 

Beaucoup de pages de cet ouvrage auront été tournées lorsque vous arriverez à cette nouvelle à la chute exceptionnelle... Une nouvelle qui - malgré son titre : "N'en faîtes pas un roman ! " - vous donne envie d'en parler ! Ceci d'autant plus que l'on ne peut pas s'empêcher alors de penser à l'une des citations faites par Danyel Camoin au début de ce travail ! Il s'agit de cette phrase de Marcel Pagnol : "On ne meurt pas d'amour. Quelquefois, on meurt de l'amour de l'autre quand il achète un révolver..." Mais, au fait, ne peut-on pas être le meurtrier de quelqu'un dont on est fou d'amour et devenir tout simplement fou ?

       "La règle de deux", l'un des deux courts textes forts mettant un terme à ce travail, traite, c'est évident, d'histoire d'amour (histoires d'amour ?)... Un texte qui mène l'auteur à cette conclusion : "Quels que soient les comptes et quelle que soit l'époque, c'est mathématique, on passe par la règle de deux"...

       Le texte suivant est tout aussi percutant ! "Au cœur du miroir" amène à se demander si, vraiment, l'amour ne tue pas. De fait, lorsque l'on est fou d'amour et que l'être aimé disparaît, lorsque l'on sombre alors dans une sorte de folie, n'est-ce pas une véritable mort ?

         On l'aura compris: le lecteur aura aussi à découvrir, dans ce recueil, des amours fusionnels, c'est à dire des relations humaines vécues dans une sorte de symbiose et d'identification, d'où n'est pas exclue une sorte d'érotomanie. Cela ne surprend d'ailleurs pas véritablement après avoir lu l'Ouverture par l'éditeur : "Attention ! Ce sont des contes pour grandes personnes et tous les personnages qu'on y compte sont imaginaires (...) N'espérez donc pas les croiser dans votre rue, sauf par pure coïncidence indépendante de notre volonté".

"Et si je vous contais..."  article : François LEGER

ROMAN

L’Impossible Crime – Geneviève Casaburi et Christine Lubrano- Une enquête de Frank Zorra.

Lildrillepar Lildrilleseptembre 21, 2019   

 

Editeur : Provence-Poésie

Genre : Policier- Les enquêtes marseillaises de Frank Zorra.

Résumé :

Christophe vient d’être assassiné. Un homme entre deux femmes. Les suspectes : Josiane ou Emilie. Qui l’a tué ?

Frank Zorra ne veut pas qu’on classe l’affaire comme le fait la police ; on l’a payé pour filer le mari maintenant mort et il ne sait pas qui ! L’épouse est sur un fauteuil roulant ; il paraît impossible qu’elle ait grimpé l’escalier en colimaçon de la mansarde, et la maîtresse était à l’hôpital. Pourtant, un témoin oculaire affirme au détective avoir vu sortir une femme affolée de la maison le soir du crime…

Avis :

L’impossible crime est un roman écrit à quatre mains. Les deux styles d’écriture s’associent à merveille pour nous conter une histoire d’amour bien particulière et qui s’est mal terminée. Il est dommage que la lecture se fasse trop vite car l’ambiance à la fois oppressante, pleine de mystères et rafraîchissante fonctionne et tient son lecteur en haleine jusqu’au bout. Les dernières pages accélèrent grandement l’intrigue et on perd l’atmosphère de ces cocons particuliers pour poursuivre le ou les coupable(s) de manière active, tel un roman d’aventures. Un roman d’aventures efficace !

Geneviève Casaburi est dans la peau d’Emilie, la maîtresse de la victime. La jeune femme est abattue et a du mal à avancer sans son bien-aimé. Les mots coulent, tels des torrents de larmes, versés par une intense tristesse que la mort a fini par exacerber. Emilie, mal dans sa peau et dans sa tête, nous livre ses angoisses concernant un futur qui lui paraît vide et sans saveur. Peu sûre d’elle, la jeune femme se pose de nombreuses questions et doute de tout.

Ses états dépressifs et ses passages à l’hôpital ne l’aident pas à retrouver toute l’énergie qu’elle a besoin pour combattre sa peine récente, et les questions pressantes d’un détective prêt à tout pour trouver l’assassin, et qui risque de la prendre pour une folle. Christophe ne voulait pas quitter son épouse bien qu’il lui jurait qu’il l’aimait à la folie. Se pourrait-il que cela soit un mobile suffisant pour accuser Emilie ?

Christine Lubrano écrit pour Josiane, la femme de la victime. Plus sûre d’elle, plus mature aussi grâce à ses expériences, elle est un pilier qui tient bon dans la tempête, malgré tous les problèmes physiques et émotionnels que Christophe lui a faits subir, volontairement ou non. Les premières pages la concernant remontent dans le passé et décrivent le pire accident de sa vie, qui pourrait très bien être le mobile du crime.

L’amour pour son mari nous est décrit de bien jolie manière, via ses carnets intimes, ses remords, ses regrets et ses souvenirs d’une vie commune simple mais prometteuse, qui a fini par basculer pour ne devenir qu’un calvaire quotidien. Manque de communication, handicaps physiques, égo peu compatissant, frayeurs … la relation entre Josiane et Christophe est complexe et captivante. Savait-elle pour la relation de son mari avec Emilie ? Josiane aurait-elle tué Christophe pour cela ou pour l’accident ?

 

Ces deux femmes offrent des visions différentes de l’homme assassiné, mais aussi deux regards de femmes qui, même si elles n’ont pas les mêmes âges ou les mêmes expériences, souffrent pareillement et doutent de leurs sentiments comme de leur légitimité dans cette relation. Les deux écritures se complètent et les tons se mélangent d’une belle manière. Le rythme choisi ne s’alterne pas systématiquement entre les deux protagonistes mais change selon les besoins de l’histoire et l’avancement de l’enquête, ce qui est intelligent.

Un troisième personnage fait son apparition : le détective Frank Zorra, que les deux écrivaines manipulent à tour de rôle, sans que cela ne soit visible. Ce dernier ressemble aux enquêteurs d’antan, avec un ton jovial, un œil incisif et le besoin de partir à l’aventure. Son franc parler n’est pas désagréable à suivre et il sera utile aux deux femmes (qui subissent quelques problèmes non liés à la mort de Christophe), ainsi qu’à l’enquête. Rapide et efficace, la résolution progresse bien vite et peut-être un peu trop grâce à lui, étant donné sa motivation pour en finir et prendre en main l’affaire dont la police ne veut plus s’occuper. Son caractère atypique et son professionnalisme font de lui un personnage attachant.

Malgré quelques rebondissements et mystères bien pensés, comme l’identité énigmatique du payeur de la filature du mort ou celle du témoin oculaire, la lecture manque de suspense sur la durée pour nous faire douter jusqu’au bout de l’implication de telle ou telle suspecte. De plus, l’enquête avance vite, enlevant complètement tous les soupçons qui nous restaient à un moment donné. Le roman perd ainsi de sa saveur car on aurait aimé en savoir davantage sur les deux femmes et leurs possibles liens, et continuer à douter de l’implication de l’une d’elles.

La résolution est étonnante et intéressante, clôturant le roman de manière efficace et claire. Les mobiles sont en effet détaillés et le lecteur réalise qu’il n’aurait jamais pensé à cette fin aussi tordue. Un bon point !

Note : 16,5/20

Par Lildrille

Partager cet article
Repost0
13 août 2021 5 13 /08 /août /2021 22:23
Un concours à connaître... En Bauges.

Un concours à connaître... En Bauges.

Bonnes nouvelles des Bauges... à Aubagne.

Ce qui nous lie... C'est le thème ! Et un auteur !

Radio Alto  a lancé un concours de nouvelles et la nouvelle de notre président s'implante dans le recueil de 48  recueillies ensuite.

Merci et bravo Radio Alto dont le livre a bénéficié entre autres de notre imprimeur attitré :  DFS + Aix en Provence, un autre point commun.

Et pour ceux qui n'ont pas la joie d'avoir ce recueil, Provence-poésie vous livrera au moins une nouvelle, celle de Danyel CAMOIN, à deux pas de l'origine.

Et la possibilité de venir le feuilleter au bureau.

FZ

Partager cet article
Repost0
10 août 2021 2 10 /08 /août /2021 17:37
Voilà le concours pour 2022... Denise BIONDO et Joëlle SOLARI vous invitent à y participer.

Voilà le concours pour 2022... Denise BIONDO et Joëlle SOLARI vous invitent à y participer.

Provence-poésie lance le nouveau concours de nouvelles national à partir du 15 septembre et jusqu'au 15 janvier avec trois possibilités de thème dont un libre.

Ressemblant à celui de l'année précédente, il s'ouvre, d'ors et déjà, à votre écriture  pour tout participant francophone à partir de douze ans, en France et à l'étranger.

Voir le règlement ci-dessous pour envoyer vos nouvelles, à partir du 15 septembre adresse habituelle, avec une copie informatique immédiate en word sur le mail.

Bonne chance à tous !

FZ

 

Logo PP (9)           CONCOURS DE NOUVELLES

  des auteurs en Pays d’Aubagne

 

 

« L'empreinte du destin »

12 ans de concours

 

 

Du 15 septembre 2021 au 15 janvier 2022

Le concours reste ouvert à toute personne de plus de 12 ans de langue française sans distinction de distance ou de frontière. Les membres du bureau de l’association et du jury sont exclus du concours.

Article 1 : participation au concours

L'envoi complet doit être fait par voie postale (le cachet de la poste faisant foi) : joindre deux enveloppes timbrées portant l'adresse du candidat, 6 exemplaires de la nouvelle et une fiche contenant autorisation d’utilisation et de publication portant le titre de celle-ci puis les…nom, adresse, téléphone et e-mail du candidat… et impérativement la signature avec une autorisation parentale pour les moins de 18 ans.

Cet envoi doit s’accompagner d’un fichier informatique Word.doc sur CD ou adressé par mail à provence.poesie@yahoo.com L’association peut refuser tout dossier incomplet sans préavis. Les envois en recommandé ne seront pas acceptés. L'ensemble devra être adressé (enveloppe A4) : Association Provence-poésie, concours, maison de la vie associative, 140 allée Robert Govi  Les Défensions  13400 Aubagne. Aucun texte ne sera rendu.

Article 2 : présentation de la nouvelle

La nouvelle ne devra pas dépasser quatre pages uniquement recto A4. Elle sera anonyme et rédigée très lisible en Times 12 ou Arial 11, en justifié avec marge 2 minimum des deux côtés. (Il n'est pas nécessaire de sauter de ligne). Lui donner un titre différent de celui du concours et indiquer le thème choisi en haut de page (1 2 ou 3). Les pages des nouvelles envoyées devront être agrafées et numérotées.

Article 3 : particularités et thèmes de la nouvelle

La nouvelle se concrétise par sa brièveté, sa concision, son nombre restreint de personnages, avec si possible une fin surprenante à la manière de Maupassant (La Parure). Elle accepte la prose poétique mais exclut le poème, le portrait, le reportage, la chronique, le journal intime et le conte de fées. Tout texte raciste, ordurier, politique, religieux, etc... sera aussi refusé.

Pour thème, vous pouvez choisir entre les possibilités suivantes :

1/ Thème fantastique : Maupassant avait écrit : la réalité implacable me conduirait au suicide si le rêve ne me permettait d’attendre… Partant de là, mais évitant la facilité du rêve, adressez-nous une nouvelle fantastique qui permette d’échapper à notre réalité d’aujourd’hui.

2/ Thème libre : Laissez aller votre imagination de manière à nous surprendre en toute liberté (nous récompenserons en priorité l’originalité et la surprise).

3/Thème de l’année : Établissez une nouvelle autour d'un aspect du destin qui vous intéresse, dans le réel ou dans votre imaginaire.

Article 4 : réglementation générale

Le concours est gratuit pour les adhérents, les étrangers francophones (hors France), les moins de dix-huit ans. Pour les autres, inscription au concours obligatoire : 10 euros. On ne limite pas le nombre de nouvelles envoyées, l’inscription ne change pas pour plusieurs titres. Tout chèque ou virement doit être établi à l’ordre de Provence-poésie.

Article 5 : récompense prévue

Dix lauréats se verront offrir un recueil édité comprenant les dix nouvelles primées, un diplôme, une médaille pendentif et une coupe ou trophée (Des exemplaires supplémentaires du recueil peuvent être commandés par les participants s’ils se signalent avant la remise de prix )

Au-dessous d’une certaine moyenne, les gagnants n’auront qu’une mention d’honneur. La meilleure nouvelle obtiendra le grand prix de la ville d’Aubagne avec un chèque de 300 euros et un bon d’achat de 50 euros dans le catalogue de Pp. La seconde, un chèque de 150 euros et un bon de 20 euros dans le catalogue Pp. Cela en plus des trophées qu’ont les autres. Ces deux lauréats ne pourront représenter le concours durant une année mais ils pourront présenter le concours poésie de l’association ou faire partie du jury.

La remise des prix aura lieu dans le courant du mois de mars qui suit le concours. Les lauréats seront prévenus auparavant et devront être présents ou représentés par une personne, hors jury et lauréats, pour pouvoir recevoir leur prix.

Le jury sera composé d'écrivains et de personnalités indépendantes qui classeront les dix nouvelles sélectionnées : la décision du jury et le règlement du concours sont sans appel, tout participant devra les accepter sans réserve : renseignements complémentaires au 04 42 03 31 26.

Le jury final désigné devra noter les nouvelles sélectionnées entre 10 et 20.

Danyel Camoin, auteur, interprète et conférencier, président de l'association

Denise Biondo, auteur et présentatrice de lectures-spectacles, vice-présidente

Jean-Claude Colay, auteur, poète et secrétaire de l’association.

Joëlle Solari, auteur et romancière, relectrice de l’association.

Fait pour le 15 septembre 2021

 

                          Association Provence-poésie éditions

                             « Concours et collection des auteurs en pays d’Aubagne »

                                       Maison de la vie associative –Les Défensions

                                         140 Allée Robert Govi 13400 AUBAGNE

                                                   Mail : provence.poesie@yahoo.com

                                                   www.provence-poesie.info

 

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2021 5 11 /06 /juin /2021 21:32
La magie des mots : trois notes en musique pour le lauréat Zavèn SARAFIAN et la présidente du jury : Dominique BAUDOUIN.
La magie des mots : trois notes en musique pour le lauréat Zavèn SARAFIAN et la présidente du jury : Dominique BAUDOUIN.
La magie des mots : trois notes en musique pour le lauréat Zavèn SARAFIAN et la présidente du jury : Dominique BAUDOUIN.
La magie des mots : trois notes en musique pour le lauréat Zavèn SARAFIAN et la présidente du jury : Dominique BAUDOUIN.
La magie des mots : trois notes en musique pour le lauréat Zavèn SARAFIAN et la présidente du jury : Dominique BAUDOUIN.

La magie des mots : trois notes en musique pour le lauréat Zavèn SARAFIAN et la présidente du jury : Dominique BAUDOUIN.

Trois lauréats récompensés par voie postale.
Trois lauréats récompensés par voie postale.
Trois lauréats récompensés par voie postale.

Trois lauréats récompensés par voie postale.

Comme prévu par le règlement du concours de 2021, face aux restrictions sanitaires, remise des prix en petit comité pour récompenser les participants et les lauréats de "La magie des mots".

Résultat du concours :

Prix de l'écrit ou prix Jean di FUSCO : Alice HUGO pour son poème : L'esprit des mots

Prix de la présentation ou prix Joseph LEVONIAN : Bernard ROYER ( Oursinus) pour son poème : Utopie d'où rêveur cible.

Prix du Thème ou prix Francis TRIAY : Chloé DENAYER pour son poème : Rose

Récompense adressée comme prévu par voie postale vers le 15 juin.

Prix spécial annuel, coupe pour les trois notes : Zavèn SARAFIAN avec son poème : Mots Magiques.

Rencontre spéciale au bureau en petit comité et sans accolade où le prix lui a été remis par la présidente du jury et la vice-présidente de l'association, avec l'accordéon d'Alain Verriez qui jouait  : Le lauréat.

Bravo Zavèn et merci Alain !

Les participants particulièrement remarqués, cités ci-dessous, recevront un courrier de remerciement et un bon d'achat dans notre catalogue :

Cindy ANNUNZIATA, Joëlle FOIN, Patricia HOLZL, Marie-Paule LEROI-GOARNISSON, Hélène MAGRON, Isabelle MARTIN, Julianne ROUSSEL, Benjamin SIMON.

Une mini-vidéo représentant Zavèn  SARAFIAN et sa coupe sera publiée ultérieurement en écho à celle de Guy AMSALLEM , gagnant de l'an dernier, cette année dans le jury.

 

 

Article FZ

Les trois poèmes des lauréats récompensés  à distance :

1/ L'esprit des mots

 

Voici le temps venu des derniers crépuscules,

L’heure où l’âge s’écrit en lettres majuscules

Sur le satin fané de mon altier profil

Quand chaque jour ne tient qu’à la vigueur d’un fil.

 

Si ma main tremble un peu, si mon esprit bafouille,

Si, dans ma rêverie, avec entrain je fouille

Afin d’y butiner le miel de vos quatrains,

Poètes ! sachez-le : j’ai goûté vos refrains.

 

Le Verbe n’est-il pas l’éternel sortilège

Qui nous lie à jamais au sein d’un florilège, 

À l’essence des mots, au miracle absolu

D’un échange fécond, sincère et résolu ?

 

Lors sur l’arbre de vie où gazouille ma rime,

J’ai sculpté sans frémir cette allègre maxime :

« Il rit d’oiseaux, le pin dont mon cercueil viendra »,

Car monte de vos cœurs comme un air d’opéra.

 

Peut-être pensez-vous que ma raison divague,

Que mon propos se fait résolument plus vague…

Manants ! Distrayez-moi des ombres du tombeau :

Je suis encor debout, la main sur le flambeau !

 

Alice HUGO

 

 

 

2/ Utopie d'où rêveur cible

 

Je rêve d’imiter ce jongleur si habile :

Faire virevolter dans les airs des cerceaux,

Exige de l’adresse ou s’apprend au berceau.

Plus on manie d’objets, plus l’art est difficile !

Je me contenterai pour jongler de trois mots

Mais j’aurai bien du mal à les lancer très haut !

Je voudrais ressembler au gracieux funambule :

Son pied glisse léger sur le filin d’acier ;

En défiant l’abîme danse le balancier,

Comme si s’envoler n’était qu’un préambule.

Garder un équilibre en enfilant trois mots

Serait faire passer par le chas un chameau … !

Je me verrais aussi en dompteur courageux

Dont le regard défie lion, tigre et panthère,

Qui face à l’éléphant pose un genou à terre,

Sachant qu’à chaque instant il met sa vie en jeu !

À peine ai-je enchaîné dans la phrase trois mots

Que m’échappe leur sens : sauvages animaux !

J’envie émerveillé l’audacieux trapéziste :

Pareil à l’oiseau blanc qui plonge vers le sol

Il rejoint sa compagne et l’attrape en plein vol,

Suivi par les sunlights illuminant la piste.

Le vertige me prend dès que j’écris trois mots…

Dois-je substituer à la plume un plumeau ?

Mais j’admire surtout l’élégant magicien

Qui sort du chapeau noir colombe ou tourterelle,

Lapin, canard, foulards, ballons, baguette, ombrelle…

Et je m’attends à voir débouler un Martien !

S’il fallait par magie que j’invente trois mots

Ils auraient bien du mal à sortir du cerveau !

Je vais donc endosser l’habit du clown Bozo :

Je n’aurai aucun mal à trouver trois bons mots.

Je crois bien que ce rôle à merveille m’ira ! 

Si la vie est un cirque et la mort un point d’orgue,

J’aimerais vous citer ce beau vers de Laforgue :

« Il rit d’oiseaux, le pin dont mon cercueil viendra !»

 

Bernard ROYER dit Oursinus

3/ Rose

 

La solitude de la nuit laisse place au jour

On vagabonde, on s’évade et on rit d’amour

La vie, tranquille, rayonne d’un tout plein de bonheur

Les gens, apaisés, se sont levés de bonne heure.

Une douce chaleur sur le visage, sérénité

Une odeur qui ravage, fleurs d’été.

Derrière ces masques trompeurs cependant

Timides, effacés, se cachent les pleurs d’un enfant.

Autour tout est calme, tout semble merveilleux

Mais la vérité heurte le cœur des malheureux.

Rien dans ce monde ne peut être plus brutal

Qu’un être frêle, replié, dont l’âme va mal.

Une nostalgie destructrice s’empare de lui

Une haine grandissante, tout semble fini.

Il veut crier, hurler, emporté par le vent

Mais rien n’y fait, il est toujours seul sur son banc.

Vacillante, égarée, dans une plaine fleurie

Une femme avance, tenant une rose flétrie,

Une main portée sur le ventre et l’autre sur son cœur

Elle enlace son amour illusoire de mille douceurs.

Un rêve tendre, brisé par la réalité

D’infimes cendres, larmes d’un espoir épuisé.

Elle poursuit, blessée et l’âme souffrante,

Alors que certains rient, d’autres se lamentent.

« Il rit d’oiseaux, le pin dont mon cercueil viendra,

Un autre jour se lève sans toi entre mes bras. »

La femme, épuisée, laisse ses perles couler

La tristesse infâme d’un enfant tant désiré.

Le songe d’un instant devient la souffrance de toujours

Les espoirs s’effondrent, anéantissent le jour.

Lorsque l’ultime rayon traverse les cieux

Une trêve commence, c’est le dernier adieu.

La femme, peinée, poursuivant son chemin

Croise alors l’enfant, le gentil gamin,

S’assied à ses côtés, d’une main l’effleure

Et de l’autre lui tend la belle fleur.

Les regards se mêlent, des pétales s’envolent

Prennent leur essor, échangent leurs rôles

Il n’est rien de plus doux dans un monde pareil

Qu’un orphelin qui renaît, qui croit aux merveilles.

La tristesse s’évade, le courage reprend

Car la rose d’une mère réchauffe le cœur d’un enfant.

 

Chloé DENAYER

Partager cet article
Repost0
10 juin 2021 4 10 /06 /juin /2021 10:23
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...
Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...

Repoussé depuis juin 2020 voici enfin le projet réalisé...

Provence -poésie éditions reparaît en public. Enfin, la lecture-spectacle de juin 2020 débarque dans la salle habituelle le 5 juin 2021. Les poètes que Brassens chantait ont pu se révéler, même devant un public réduit par le covid 19 dont nous avons délégué sur Facebook une vidéo où Denise BIONDO déclame un poème sur ce thème.

Une première partie consacrée entièrement à ces poètes était suivie d'un tirage de gagnants pendant l'entracte animée à l'accordéon par Alain VERRIEZ après quoi l'équipe se livrait à "Un texte, Une chanson", deuxième partie, faisant acclamer la chanteuse Dominique (quatre chansons) et le retour parmi les adhérents de Patricia HOLZL qui figurait déjà dans l'équipe de Provence-poésie quelques années avant.

Au final, tous les présents pouvaient chanter "la mer" avec elle, après qu'elle ait interprété "la foule" accompagnée par Alain Verriez en improvisation.

L'accordéon accompagnait le petit apéritif avec "Ce n'est qu'un au revoir" avant que les partenaires ne se séparent.

 

Article : FZ (article en cours :  vidéos à ajouter ultérieurement-voir facebook)

Photos : Micheline DAOU

Partager cet article
Repost0
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 09:42
Ils ont gagné l'an dernier, ils sont jury cette année...
Ils ont gagné l'an dernier, ils sont jury cette année...
Ils ont gagné l'an dernier, ils sont jury cette année...

Ils ont gagné l'an dernier, ils sont jury cette année...

Rassurez-vous, on en sortira de ce Corona, aujourd'hui peut-être ou alors demain, protégez-vous et prenez le soleil en attendant, c'est bientôt le retour de l'été, c'est le moment du carnaval ou le masque est de rigueur, et nous,  dans le midi, paraît-il, on n'est pas pressé... comme les citrons, enfin presque,  cette branche on la coupera, peut-être après demain, n'est-ce pas ?

En attendant, après ce clin d'oeil à Fernand, pour appeler un sourire sur les visages blèmes,  cachés sous le bleu chirurgical des opérations retardées, nous demandons aux associations un peu de poésie et en particulier à la nôtre puisqu'elle a pour nom : Provence-poésie.

Et puis, les mots, c'est ce qu'il nous reste quand on n'a plus de salles de réunion, ni de spectacles, les mots sont le propre des poètes  et des écrivains, des amateurs et des lauréats.

Alors, notre concours interne, cette année, nous allons le bousculer un peu, l'extérioriser et envoyer des récompenses à distance puis en privilégier une dans nos bureaux sans public mais avec photos ou vidéo pour l'appuyer.

Alors voici ci-dessous le réglement, pour les jeunes et nos adhérents, le concours reste gratuit, pour les autres : participation ouverte à 15 euros pour gagner les 200 euros du grand prix et la coupe Provence-poésie éditions.

Et cette année le jury ne sera pas dans la salle mais pourra prendre le visage souriant des gagnants de l'an dernier :  Vincente CHASTEL et Guy AMSALLEM,  celui de notre muse-poète de l'année 2020 : Dominique BAUDOUIN, ainsi que ceux de Claudie CANU et Sonia KITAEFF, des piliers de l'association.

Alors, intéressés, lâchez-vous et à vos plumes !

 

Résultats lundi 31 mai 2021

 

Article : F Z

 

 

Concours Interne Provence-poésie

 

« La magie des mots »  (la communication et le rêve)

Le concours interne est réservé aux adhérents et cette année aux volontaires externes de plus de douze ans. (Accord des parents pour les moins de dix-huit ans)

Il est récompensé par trois prix valorisés par une médaille pendentif et le « diplôme d’honneur de Provence-poésie » accompagné par des bons d’achat d’une valeur totale de 100 euros dans notre catalogue.

Prix de l’écrit poétique ou prix Jean Di FUSCO

Prix de la présentation poétique ou prix Francis TRIAY.

Prix du respect du thème ou prix Joseph LEVONIAN

Les trois prix ne sont pas cumulables. Les différents prix peuvent être envoyés par correspondance, pas de dé placement obligatoire pour les récompenses habituelles.

Mais exceptionnellement, cette année, un prix sera doté d’un chèque de 200 euros et d’une coupe pour le gagnant qui se présentera au bureau de l’association à Aubagne pour les récupérer, photos et vidéo (même avec masque sanitaire) à l’appui pour présentation du lauréat sur Internet.

Tous les adhérents peuvent y participer sauf les dirigeants du concours. Date limite : 31 mai 2021.

Le texte peut être au choix de l’auteur un poème ou une prose poétique : poésie lyrique, libre, aucune obligation de rime classique.

Il ne devra pas excéder une page A4 rédigée en caractères Times 12 ou Corsiva 14 avec marge de 3 à gauche. Il devra représenter le thème de l’année mais aussi comporter la phrase clé suivante dans son intégralité :

« Il rit d’oiseaux, le pin dont mon cercueil viendra. », alexandrin de Jules Lafforgue, cité par Georges Brassens dans le livre : Les chemins qui ne mènent pas à Rome.

Les textes pourront parvenir à l’association en 1 seul exemplaire sur page A4 par tous moyens à votre convenance et, par les temps qui courent, on pense par mail avec un titre sur la page anonyme et une autre jointe portant le nom de l’auteur et l’autorisation de publier son écrit.

Les textes non conformes, politiques, religieux, orduriers, seront éliminés par le bureau sans recours ; tout participant acceptant la règle d’office.

Ce concours est bien évidemment gratuit pour les adhérents et les moins de dix-huit ans mais n’attend qu’un seul texte par personne et les participants extérieurs (non adhérents) devront nous adresser une fiche d’inscription sur papier libre accompagnée d’un chèque de 15 euros…

Le thème choisi ouvrira de multiples possibilités même avec sa phrase obligatoire.

Thème proposé pour l’année 2021 :

                                                                   La magie des mots  (la communication et le rêve)

À vos Plumes et bon courage !

La magie des mots II
La magie des mots II
La magie des mots II
La magie des mots II

Juste pour exemple :

 

La fleur entrouverte renaît dessous ses cendres,

La feuille qui tremble chasse un bourgeon mourant,

Et même si Monsieur l'Hiver ne veut se rendre,

Un petit vent siffle quelque refrain marrant.

 

Que sur lui l'horizon brandisse mon étoffe !

Il rit d'oiseaux le pin dont mon cercueil viendra...

Que le soleil brille pour réchauffer ma strophe !

Pour moi, il est grand temps de sortir de mes draps.

Provence –Poésie

 

 

Ils ont le cœur ouvert,

L’inspiration battante,

Même par temps couvert,

Une rime en attente.

 

Si le mistral les pousse,

Signant des compliments,

Sans se faire de mousse

Ecrivent par tout temps.

 

Tendant la main aux mots,

Leur donnent une chance

Pour que le sang d’ormeaux

Inscrive leur semence.

 

Ils créent des initiés ;

Orpailleurs de saisie,

Conférence aux sorciers,

Provence et poésie.

 

 

Denise BIONDO

Danyel CAMOIN

Partager cet article
Repost0
30 mai 2021 7 30 /05 /mai /2021 09:37
Prévisions de lectures-spectacle saison 2021
Prévisions de lectures-spectacle saison 2021

Prévisions de lectures-spectacle saison 2021

Brassens chante Trenet : le grand café.

Si le Covid n'apeure pas les spectateurs, si la xième vague le permet, Provence-poésie propose :

5 juin ; Les poètes que Brassens chantait... une pleïade  de poètes de Corneille à Charles Trenet en passant par Victor Hugo interprétés par l'équipe et accompagnés  à l'accordéon, suivie d'un clin d'oeil à Annie CORDY  et Anne Sylvestre en deuxième partie- musique Alain et Jean-Paul -Chants Dominique.

18 septembre : Le hasard et le destin- mise en scène de nouvelles retenues d'autres concours -remise de prix 11e concours reportée et aubade musicale aux lauréats. Présentation : Denise BIONDO.

avec parmi  les  lauréats favoris : Martine BONTOUX- Guy AMSALLEM-Vincente CHASTEL-Zavèn SARAFIAN- Alice HUGO et deux lauréates de moins de dix-huit ans..

16  octobre : Initiales BB,  clin d'oeil à Brigitte, et c'est avec la musique de GAINSBOURG par  Alain VERRIEZ. Chants Dominique- mise en scène Danyel CAMOIN - Présentation Denise BIONDO pour Provence-poésie.

 

Votre samedi  de 16 h à 19 h .

 

article incomplet :  d'autres précisions prochainement.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Provence-poésie
  • : Présentation de nouvelles, poèmes et livres de Provence-Poésie avec ses auteurs attitrés : Denise BIONDO, Frank ZORRA, Danyel CAMOIN, Emile MIHIERE, Joëlle SOLARI... Infos sur les lectures-spectacles et les autres activités avec collège ou maison de retraite...
  • Contact

Recherche

Liens