Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 13:30

Denise Biondo en Ardèche ne s'est pas contentée de se reposer sur les hauteurs, elle a visité la maison qui retrace le passage de Jean Ferrat à Antraigues et les alentours puis, surtout, a assisté au formidable spectacle de la ferme-théâtre où se retrace la vie et les chansons de l'auteur-compositeur.

Pp vous offre quelques images d'un magnifique voyage...

DSCN0104.JPGDSCN0103.JPG

DSCN0106.JPGDSCN0109.JPG

DSCN0112.JPG

DSCN0110.JPGDSCN0119.JPG

DSCN0117.JPGDSCN0118.JPG

DSCN0125.JPGDSCN0131.JPGDSCN0095.JPGDSCN0067.JPG

DSCN0133.JPG

Photos Denise Biondo / Reportage FZ

Photos grand format dans l'album prix et paysages.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 22:54

La revoilà la fête de l'olive et l'olivier : Provence-poésie soutient Jean et Micheline Daou pour cette ovation à Athéna et à l'olivier. Cette année : Erine Lechevalier, Sonia Kitaëff et Michel Isard y reviennent le samedi 17 sur notre stand ; Geneviève Casaburi le dimanche 18 au concours d'aïoli et Denise Biondo en soutien inter-association.

 

 2014-05-17 09.24.53

2014-05-17-09.29.17.jpgDSCN0159.JPG

DSCN0167.JPG DSCN0168.JPG 

 DSCN0161.JPG2014-05-17-12.01.21.jpg2014-05-17-15.41.16.jpgDSCN0171.JPGDSCN0154.JPG DSCN0172.JPG 

Interview du président de Pp dès le matin sur la place de Cadolive qui entraîne celui de Denise Biondo auteur de Chute à Cadolive le texte qui représente la ville dans le livre tous les chemins mènent à Aubagne présenté sur notre stand.

Différentes scènes festives d'où on distinguera l'intronisation annuelle, l'élection de la nouvelle Athéna et un twist endiablé sur la place le samedi, suivis le dimanche bien sûr du concours d'aïoli qui bravait le soleil avec Geneviève Casaburi... La gagnante récompensée par le maire et la dégustation attendue.

 

Photos Erine Lechevalier/ Denise Biondo

report FZ

Clin d'oeil sur les précedentes fêtes---------------------------------------------------------

C'était à Cadolive que les auteurs de Pp avaient en 2013 un stand les 11 et 12 mai dans la fête de l'olive et l'olivier toujours organisée par Jean Daou, l'inépuisable président qui a procédé à l'élection de la nouvelle déesse Athéna...

Sur le stand samedi 11 : Joëlle Foin et Rosette BP

et le dimanche 12 : Michel Isard, Denise Biondo, Danyel Camoin et Geneviève Casaburi participant au concours d'aïoli.

athena-et-l-olivier.jpg

 

Tous ces auteurs autour d'oeuvres particulières comme les contes de Provence ou les fabulations du pays d'Aubagne

montraient ensemble : Tous les chemins mènent à Aubagne, oeuvre commune à vingt auteurs réunis pour valoriser Roquevaire, La Bouilladisse, La Destrousse, Cadolive, etc...

chemins d'Aubagne 1-copie-1

 

 

Serge Perottino, maire de Cadolive, intronisé chevalier de la commanderie du rameau d'argent a prêté serment pour la protection de l'olivier samedi avant d'assister dimanche au concours d'aïoli.

Animant la fête et le stand, notre ami Edouard déclamait quelques poèmes des auteurs de Pp.

Denise Biondo, à la fois sur stand et assistante de Micheline Daou, ce qui ne l'empêchait pas d'ajouter quelques pas de danse dans l'après-midi, finissait la journée en tartinant de savoureux toats à la tapenade pour le verre de l'amitié gentiment présentée par la nouvelle déesse Athéna.

 

chant et stand olivier taille

action.jpg ginou.jpg

aioli.jpgle-pilon.jpg

Edouard-et-M.jpgagain.jpgla-gagnante.jpg

twist.jpgathéna

 

 

 

 

 

 

photos Denise Biondo-Michel Isard

Article précédent------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La fête annuelle de l'olive et l'olivier transportait cette année le char d'Athéna et l'aïoli traditionnelle à Gémenos.

athena-copie-1.jpgathena-2.jpg

Pp participait à la fête en inter-association et présentait un double stand sur les deux jours : 26 et 27 mai.

 

Côté littéraire, on retrouvait notre ami André Aubert maintenant adhérent de Provence-poésie près de notre stand dimanche avec Jean-Claude Beltramo, ainsi que Edouard qui déclamait un poème près de nous.

edouard Gémenos 041 edouard-2.jpg

 

Martine Robustelli Neu qui écrivait un bel article sur la fête.

Et les "Troubaïre" de Gémenos toujours menés par l'indispensable Christiane, club poétique dont Danyel Camoin fut vice-président et dont quelques membres de Pp ont également fait partie : leur ancien Président Robert Brugière ainsi que Lucien Pignol et Jean Di Fusco sont dans le livre édité par Pp (ainsi que notre nouvel adhérent éditions : Emile Mihière dont le livre "A bâtons rompus" est attendu pour juin) : Tous les chemins mènent à Aubagne, dont plusieurs pages sont consacrées à Gémenos.

Une dédicace du livre est prévue dans les médiathèques de la région sous le contrôle d'un des co-auteurs du livre qui est également un troubaïre : Jean Di Fusco dédicacera dans la médiathèque de Cuges le vendredi 8 juin à 17h00 à l'issue de la dédicace est prévu un apéritif avec le maire de Cuges.

Le livre est disponible dans les librairies Thiéblemont, Centre commercial La destrousse et l'étoile Bleue Centre Aubagne.

Il était dédicacé par 7 auteurs différents sur les stands de la fête à Gemenos.

 

stand-Gemenos-003.jpg

Photos Erine Lechevalier.

table-1-Gemenos-045.jpgcasa.jpg27.05.2012-Gemenos-025.jpggroup-Gemenos-024.jpgstand-aubert.jpg

 

Les deux Denise (Beltramo et Biondo) donnaient un coup de main aux adhérentes de l'Olive et l'Olivier pour les différentes mises en place et notamment pour les fameux toasts à la tapenade qui accompagnaient l'apéritif final en musique.

 

Une très belle fête animée : le président Jean Daou ne manque pas d'idée et prend plaisir à apporter de nouvelles ailes à sa fête ; nos adhérents le connaissent bien puisqu'il a participé à notre première fève littéraire en 2011.

Grâce à lui les oliviers de la région ouvrent leurs bras vers le soleil même si quelques nuages en pleurs ont voulu arroser la fête et, quelque part, c'est une ovation au travail acharné apporté chaque année pour votre plaisir par Micheline et Jean que l'orage n'a pas pu faire fuir l'an dernier...

Un fleuron de la fête : le concours d'Aïoli a eu un vif succés.

concours-Gemenos-029.jpg

daou3

 

Jean-Claude Beltramo, Albert Borelli, Mireille Talotti-Miau, Sonia Kitaëff et Geneviève Casaburi étaient là le samedi avec Denise Biondo

Gaël Angélis, Rosette Escoffier, Jean-Marie Arvieu et Erine Lechevalier plus Geneviève qui remplaçait Denise, le dimanche auprès de Danyel Camoin.

On remarquait la présence comme dans de précédentes fêtes, d'adhérents de Pp tels Denise Beltramo ou Simone et Joseph Lévonian, Monique et Louis Moulet, en spectateurs et d'amis inter-association comme Edouard qui éclatait sur le podium.

beltramo.jpgDecoupage1.jpgsonia.jpg portrait-Ginou.jpg portrait-mireille.jpg

angelis.jpgarvieu idescoffier.jpgerine.jpg Dede

simone.jpg lévonianmouletdenise-b.jpg

Vous trouverez ci-dessous des photos sur l'Olive et l'Olivier des précédentes années.

______________________________________________________________________________________________

Photos issues d'années précédentes:

 

DSCN4071.JPG 100_1425.jpg100_1422.jpgDSCN0131.JPGDSCN4130.JPGDSCN1329.JPG

100_1393.jpg 100_1401.jpg autres-assos-9261.JPG

 

 

Article Nicole Manday-Frank Zorra

 

Articles précédents:----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Denise Biondo, Danyel Camoin, Francis Triay passent de l'A.G. de Provence-poésie à celle de L'olive et l'olivier dont Pp est depuis trois ans partenaire et où Denise s'était particulièrement illustrée en 2010 au point info de la fête (année où elle avait également participé aux confections de l'affiche et des cartes postales. )

 

Durant le déroulement de l'assemblée, elle a pris quelques photos que vous pourrez retrouver ci-dessous avec celle du président Jean Daou portant chapeau en cette occasion.

Jean Daou attire l'attention sur le recrutement de jeunes candidates pour l'élection de la déesse Athéna de mai 2012 qui montera sur le char pour succéder à la déeesse de 2011 lors de la prochaine fête.

Danyel et Francis ont rendu hommage à Georges Brassens et Robert Lamoureux par un texte interprété de chacun et la soirée s'est terminée par quelques pas de valse au son de l'accordéon :

 

ag-olive-1.jpg

 

ag-olive-5.jpg

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La fête de l'olivier 2011:

 

Provence-poésie remercie L'olive et l'olivier pour toute la publicité qui a pu être faite autour des deux associations réciproquement. Un bel exemple d'inter-association amicale.

 

Aubagne 2011 : la fête de l'olivier dure deux jours: deux jours exceptionnels préparés avec soins par Jean et Micheline Daou : un travail gigantesque de Micheline octroie au public des dépliants fabuleux que Provence-poésie distribue sur ses stands pour l'annoncer.

 

Denise Biondo exposait sur un stand du 5 juin son livre : Au bout des doigts (un recueil de ses nouvelles primées dans les concours) qui vient d'être édité par Pp éditions. En exclusivité, nous signalons la présence sur le stand Provence-poésie de Mireille Talotti-Miau qui présentait son recueil : l'heure bleue auprès de contes et poésies d'Albert Borelli et de Danyel Camoin pour les fabulations du pays d'Aubagne.

 

l-heure-bleue.jpg couverture au bout des doigts

 

Beaucoup de monde malgré le temps.

L'olive et l'olivier vous proposait aussi un gigantesque aïoli et un spectacle sur le podium : deux jours à ne pas manquer ! Le dimanche se terminait par le tirage d'une tombola sous une pluie battante et le char d'Athéna....

Athena-en-char.jpg

athena.jpg joseph-et-l-olive.jpg 100 1434dédicaces 0038

 

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

écrit par

 

Danyel Camoin en 2010

Naissance diabolique d'une déesse

 

Alors qu'elle était enceinte d'Athéna, la déesse Métis fut avalée par Zeus, son amant, qui craignait que l'enfant qu'elle portait ne le détrônât. Athéna sortit pourtant de la déchirure du crâne de son père par un coup de hache en poussant un immense cri de guerre. La déesse, l'une des douze divinités de l'Olympe, devait être mêlée, de près ou de loin à la plupart des récits cosmogoniques. Douée d'une noble raison, ayant acquis de sa mère le sens de la sagesse, elle devint, en effet, pour les dieux, une précieuse conseillère et les aida, en particulier, à vaincre les géants. Préférée de Zeus, qui ne pouvait rien lui refuser, elle tenait la tutelle et pouvait lancer la foudre ou le tonnerre comme lui. Cependant, elle n'hésita pas à disputer à Poseïdon la possession de l'Attique…

 

Naissance d'un arbre légendaire

 

La légende nous raconte que, lors d’une querelle entre Athéna (Minerve en romain), déesse de la science et Poseïdon (Neptune), dieu de la mer, pour la protection d’une ville, Zeus (Jupiter) leur avait proposé de se départager par un don pour l’humanité ; les hommes restant juges du plus utile. Face à un magnifique cheval infatigable qui pouvait traîner plusieurs chars et mener à la victoire des batailles que le dieu de mer avait fait jaillir de l'Acropole en frappant de son trident, la déesse opposa un simple arbuste qu’elle fit sortir de terre ; ce végétal divin permettrait de soigner les rhumes ou les blessures et nourrirait les populations ; en plus, il serait immortel ! Elle obtint la protection de la ville qui porte son nom : Athènes. Le roi légendaire de l'Attique, Cécrops, fils de Gaia, avait l'aspect de l'homme au-dessus de la taille tandis que le reste de son corps ressemblait à un serpent. C'est sous son règne qu’eut lieu le défi opposant Athéna et Poseïdon pour le patronage de la cité d'Athènes jusqu'alors appelé Cécropia. Cécrops et Cranaos qui lui succéda sur le trône jouèrent le rôle d'arbitres.

Olivier, mon ami, ainsi venu du sol, tu avais été jugé, donc, le plus utile à l’humanité.

 

Dans les eaux de la claire fontaine...

 

Bientôt, les attributions d'Athéna se développèrent et se multiplièrent. Elle ne se contenta pas seulement d'être la chaste déesse qui n'hésita pas à priver Tirésias de la vue parce que le devin avait osé la regarder se baigner toute nue. Elle fit chasser de l'Olympe Ephaïstos, coupable d'avoir attenté à son honneur. Elle ne fut plus uniquement la déesse de la guerre portant la cuirasse, l’égideª, la lance d'or, le bouclier où surgissait la tête de méduse©, telle en somme, que la présentait le Palladion : elle devint la protectrice de l'État, la déesse qui garantit l'équité des lois, leurs justes applications, tant devant les tribunaux que devant les assemblées. Mais la loi seule ne peut suffire à assurer la pérennité d'un État et d'un peuple, elle doit également provenir de la prospérité du pays. Aussi, Athéna veilla avec une particulière bienveillance sur l'agriculture. Elle a inventé pour la commodité des hommes les instruments aratoires qui permirent à la terre attique de fournir…

 

La vérité sur le retour des guerriers

 

Athéna reste une des déesses les plus importante de la mythologie grecque. Dans la mythologie romaine elle correspond à Minerve connue aussi sous le nom de Pallas Athéna.

Son temple principal, le Parthénon, était situé à Athènes et tenait son nom de Parthénos : la vierge. Il devint sa propriété parce que, selon la légende, elle avait fait don de l'olivier au peuple athénien. Athéna était avant tout la déesse des cités grecques, de l'industrie et des arts, et dans la mythologie tardive, la déesse de la sagesse et de la guerre. Parmi les dieux, Athéna fut le principal soutien du camp des grecs pendant la guerre de Troie. Mais après la chute de Troie, les Grecs négligèrent de respecter le droit d'asile d'un hôtel d'Athéna ou la prophétesse troyenne Cassandre avait cherché refuge ; pour les punir, à la demande d'Athéna, Poseïdon lança des tempêtes qui détruisirent la plupart des bateaux grecs revenant de Troie.

 

L'histoire d’Arachné

 

Arachné était une jeune fille qui excellait dans l'art du tissage de la broderie. Ses ouvrages étaient admirés par tous et on disait souvent que c'était la déesse Athéna qui lui avait inculqué son art. Par arrogance, Arachné n'accepta pas ; elle convia Athéna à un défi. Cette dernière se transforma en vieille femme et lui conseilla d'être modeste, judicieuse respectueuse envers tous les dieux. Arachné ne répondit que des injures. Dans le défi qui eut lieu, les deux femmes se concurrençaient de manière égale mais les sujets de l'ouvrage choisi par Arachné étaient des scènes qui portaient atteinte aux dieux. Elle déclencha donc la colère de la déesse. Submergée par la honte, Arachné se suicida. Elle se pendit mais pour lui éviter la mort, la déesse la métamorphosa en araignée qui tisse continuellement sa toile.

 

L'oiseau d'Athéna

 

Athéna était également la patronne des arts agricoles et de l'artisanat féminin notamment le filage et le tissage. Elle donna aux hommes entre autres cadeaux l'invention de la charrue et de la flûte, l'art de dompter les animaux sauvages et la cordonnerie. Elle était souvent associée aux oiseaux, principalement à la chouette.

 

Photos de la fête de l'an dernier sur la page des associations à droite, titre : Athéna et l'olivier

 

 

Les dieux principaux de l'Olympe

Zeus(Jupiter), Aphrodite, Apollon, Artémis, Athéna, Démeter, Dyonisos, Hadès, Héphaïstos, Hermès, Hestia, Héra(Junon), Poseïdon.



ª Cuirasse en peau de chèvre

© bouclier que lui avait donné Persée sur lequel elle avait fixé la tête de Gorgone

 

 

Article F.Zorra

Photos D.Biondo

Partager cet article
Repost0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 22:06

    Pour Pp  le 18 mai restera une journée à remarquer: une équipe autour de Patricia Holzl au palais Longchamp dès le matin, une autre autour de Denise Biondo à Cadolive pour la fête de l'olivier (voir article séparé sur la fête de l'olivier) où Geneviève Casaburi participait au concours d'aïoli et en soirée à Marseille-Bonneveine un spectacle en commun avec l'association lei cigaloun de l'estelle pour terminer une journée bien remplie : à signaler la fête de l'olive débutait le 17 mai avec un stand de Pp également, animé par Michel Isard et Erine Lechevalier.

marseille-aubagne-001.jpgDSCN0173.JPG DSCN0174.JPG   

DSCN0176.JPGDSCN0177.JPG

2014-05-24 16.50.00

DSCN0230---Copie.JPG

Une équipe de Pp  accompagnait Christine Lubrano pour une dédicace à l'hôpital d'Aix le 14 mai  vers 14h et une autre devait dédicacer à Cultura La Valentine le 24 mai (voir article l'origine des fantômes) les fantômes de Marseille, le roman à trois auteurs, roman qu'on retrouvait à Nyons le 31 mai à Lire en mai pendant que notre ami Chris Bernard distribuait les cadeaux du concours : sur la photo de la remise des prix, on reconnait Michelle Grenier et Mauricette Buffe deux de nos auteures. 

 

prix-nyons.JPG

 

Quelques auteurs de l'association : 

 

 

24x18chris.Lubrano denise idholzl janine Rmichel isardsoniaCapture-ginou4.JPG

Partager cet article
Repost0
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 12:55

Provence-poésie vient d'éditer, pour l'instant disponible sur commande, le deuxième volet des Poutounades de Danyel Camoin. 

Le premier volet (Fabulations du pays d'Aubagne), dispo en médiathèque Marcel Pagnol, est toujours disponible à la vente pour les amateurs.

Le deuxième opus plus tourné vers Marseille sera présenté au carré des écrivains en Novembre et sur quelques stands de l'été notamment à Carqueiranne.

Son titre Les contes (marseillais) du Garlaban.

Même prix et présentation que le précédent mais plus épais et le diable succède au curé car ces contes-là sont un peu plus paillards que les précédents...

les-contes-001.jpg

 

Voici en prime un extrait de ce livre de 162 pages où on devine la rencontre de l'auteur avec Frank Zorra

dans un duel provençal à la Sergio Léone mais...

 

 

 

Pour quelques billes de plus...

 


Dans la cour de l’école maternelle, au temps des sixties, dans la Provence marseillaise, le pays des jeux de boules, il se trouvait un garçon brun qui paraissait posséder des doigts de fées : il réussissait tout avec eux et, en particulier, gagner des billes de toutes les couleurs. Il était très grand pour son âge et s’appelait Sébastien… Mais cet enfant avait un point faible qui s’appelait Marie-Agnès, une petite fille qui était si jolie que tous les garçons de l’école voulaient partager leur goûter avec elle ; avec ses tresses brunes, on l’appelait l’indienne et autour d’elle, les cow-boys pullulaient comme des mouches.

         À l’époque, on n’avait pas encore le guide du zizi sexuel de Titeuf, et, garçons, l’on ne voyait pas très bien pourquoi le monde était empli de filles et à quoi elles servaient : pour les bébés, il existait les artichauts, les roses ou les cigognes et pour les jeux, on était bien entre futurs hommes où la castagne était de rigueur ! Ces filles, avec leurs petites robes, ne connaissaient que les sauts de corde ou la marelle… On ressentait une attirance inexplicable pour les petites gentilles, mais «cool» !

         Face à Sébastien, on voyait souvent un autre garçon, blond aux yeux bleus, qui s’appelait Francis ; lui-aussi était attiré par la petite brune mais ne parlait à personne. Il avait un problème pour communiquer. Alors, il l’avait tirée par la main pour la convier à ses jeux : elle n’avait pas compris ce message d’intérêt ; de plus, Danielle, une grande blonde maigre à cheveux frisés, le visage tout tâché de points roux qui le repoussaient malgré lui, s’était interposée… Il avait dû la gifler fortement pour qu’elle s’en aille ! Après ce geste, bien sûr, il avait été puni et toutes se tenaient à l’écart. Pourtant en chahutant, il avait été mis à la porte de sa classe en même temps que Marie-Agnès ; il en était content, car tous, plus tard, avaient dit à Sébastien qu’il était « sorti » avec elle !

         Pour récupérer quelques regards des jolis yeux noirs féminins, Francis, qui se faisait appeler Frank, avait lancé un défi au Grand Sébastien : un duel à mort… Aux billes !

Une partie sanglante et interminable se déclencha entre les cours, occupant toutes les récréations, de chocs de billes, de mélanges de couleurs, de sacs qui se vidaient, d’acclamations et même de coups de poing ! Frank, pourtant très adroit à ce jeu, perdit toutes ses illusions…

Avec ses billes et le regard de la fillette.

« — Ce n’est pas parce que tu t’appelles Zorra qu’il faut te prendre pour Zorro ! »

Sébastien devait être protégé par les fées ou les sorciers. La situation criait vengeance mais la vie les sépara, l’école communale, avec ses cartables lourds de l’époque, prit la priorité…

         Ce jour-là, pourtant, quelques années plus tard, s’étaient retrouvés les deux gamins, face à face dans la cour du lycée, comme dans un film de Sergio Léone, réalisateur italien célèbre qui tapissait les murs de la ville des affiches de ses films : dans son baladeur à cassettes audio, Frank laissa monter le son de la musique de la montre : la reisa dei conti. C’était la musique principale du second western : celle du duel final !

La cour du lycée s’était vidée et ils étaient seuls à tourner autour pour se placer sans avoir le soleil dans les yeux : à la ceinture, un pistolet…à eau !

La casquette rabattue sur les yeux sous le soleil du midi, ils s’arrosèrent jusqu’à plus soif.

         Marie-Agnès n’était plus là, elle ne verrait rien, mais elle restait dans leur esprit et surtout dans la tête de Frank qui marchait maintenant vers son ennemi qui pressait sa gâchette. Il évita de justesse le jet par une rapide rotation de son corps, puis il vida son chargeur en plein visage de Sébastien, pourtant l’eau s’évapora sans le mouiller ; toujours protégé par les fées, cet «enfoiré», pensa Frank, mais il ne se démonta pas et lui proposa une revanche aux boules ; à la pétanque, oui, là, le Seb, il prendrait sa « raclée », hors de l’établissement, sous le regard des grandes, celles qui ont «  les seins qui poussent » disaient ses copains : certaines en avaient plein le visage, des petits seins miniatures presque rouges ; sa mère disait que c’était à cause de la puberté ! Une maladie d’ado !

         Le lendemain, sautant un cours, le jeune garçon signa son carnet d’absence lui-même ; il se dirigea vers Notre-Dame-de-la-Garde, grimpa tous les escaliers,- à cette époque-là l’ascenseur avait déjà disparu-, et il traîna ses boules jusqu’à un bénitier où il les trempa. Avec son unique pièce de monnaie disponible, il acheta un gros cierge et l’alluma, puis le déposa aux pieds de la statue. Il fit un signe de croix rapide, attacha la courroie qui maintenait les boules à sa ceinture et prit le chemin du retour en pensant ;

« Avec ça, il est cuit, nous aussi avons notre fée !

Eh ! Ho !Pourvu que l’eau bénite ne fasse pas des trous dans mes boules… Celles du vainqueur ! Et le cul de Fanny, c’est pour le Seb ! »

         Enfin vint le jour de la vengeance ! Même les nourrissons sortaient la tête de leurs landaus en mâchonnant leurs sucettes pour voir cela ! De fait, les mamans étonnées arrêtaient la course effrénée des roulettes pour accorder un instant de leur précieux temps à cette rencontre. Le soleil jetait une pluie d’or sur la Provence et donnait aux toitures environnantes des reflets d’argent bleuté en chauffant l’argile, et l’on cherchait à organiser le terrain de boules pour que les champions n’aient pas ses rayons dans leurs fragiles pupilles ! Un vrai western marseillais !

         Frank regardait Stéphanie, la serveuse, qui s’appuyait par une épaule à l’encadrement de la porte du bar. Hissée sur de hautes chaussures de bois qui laissaient ses orteils dépasser de la lanière en cuir pour remuer des ongles abîmés, repeints en rouge vif ; comme si elle n’était pas assez grande avec son mètre soixante-cinq, elle paradait.

Evidemment, comme cela, son immense postérieur était juste à hauteur des yeux des petits ; déjà quand elle se penchait pour servir  avec son tablier blanc accroché sur sa mini-jupe noire, on apercevait le bas de la partie à embrasser et le petit slip blanc ressemblait déjà à un string.

C’était elle qui avait posé, les deux ballons à l’air libre, pour le tableau qui trônait sur le mur principal du bar, face à l’entrée ! Rien à voir avec la Fanny qui vendait des coquillages, il s’agissait de celle des boulistes !

         C’était une femme de trente-cinq ans, plutôt ronde avec un grand décolleté qui montrait une partie des deux biberons qu’elle réservait à son bébé derrière son corsage rose. Et dire que certains disaient qu’ils voudraient perdre pour embrasser ces deux montagnes de viande !

         Et les mamans murmuraient qu’elle avait de la cellulite : de la jalousie ! À choisir, les fesses de Marie-Agnès demeuraient sans doute sublimes, quoi que deux gousses d’ail, comme disait son grand-père qui semblait préférer les mappemondes.

         Stéphanie en le regardant prit un large sourire et écarta ses lèvres fardées en secouant ses longs cheveux bruns frisés. Elle se flanqua une tape sur la croupe pour lui montrer qu’elle l’attendait. Il se sentait devenir, comme certaines pivoines, rouge de honte puis blanc de peur !

« — Horreur ! Il n’est pas question de perdre ! »

Il fit le signe de croix, une des rares fois dans sa vie, il jura, cracha et piétina…

         Les ennemis marchaient à pas lents en se tournant autour à distance, les manches retroussées. Les boules pendues à la ceinture par une solide lanière de cuir brun, prêts à les dégainer pour pointer la meilleure approche du cochonnet clair.

Frank avait rabattu une casquette de marin au-dessus de ses yeux pliés en fente de boite aux lettres tandis que le grand Seb ouvrait des billes bleues comme celles qu’il avait gagnées jadis ! Il risquait sa popularité sur ce coup mais il se disait que ce blanc bec ne pouvait pas gagner, c’était un «gland» !

         Premier à pointer, Frank leva majestueusement le bras droit : la boule brillante tournoya et alla se coller au bouchon ; « Tè ! Il tête, eh ! »

Le tir pourtant très précis d’un autre joueur la manqua et la boule s’abattit avec un choc de regret, en se faisant huer, dans un nœud de racines du gros platane voisin. Le patron du bar hurla :

« — Oh ! Il va me le déraciner le platane ! Reste dans le jeu, va ; couillon ! »

         Le grand Sébastien s’approcha du cercle de positionnement que l’équipe de Frank avait tracé dans le sable dur avec un éclat de bois : il rapprocha une boule noire de son nez comme pour l’embrasser puis visa, l’éjecta dans un geste d’athlète, et la suivit du regard ainsi que les autres participants : la pauvre boule de Frank fut projetée, elle aussi, au pied du gros platane !

         La partie continua laissant un match nul entre les deux adversaires. Des participants s’éliminèrent peu à peu, jusqu’à laisser seuls, face à face, quatre champions pour la finale. La dernière manche en treize coups : Frank et son compagnon Marcel restaient à zéro sous les railleries des autres qui leur jetaient des sarcasmes :

« Eh ! Frank, tu sens ? C’est le fumet de Fanny ! »

         Et là, quelque chose de mystérieux se passa ; une jeune fille blonde se rapprocha de Marcel et il fut immédiatement pris d’une crise aiguë d’éternuements. Il dut abandonner la partie. La blonde demoiselle proposa de le remplacer. Frank crut reconnaître Danielle, celle de la maternelle ! Il eut quelque réticence à jouer avec elle mais les autres le poussaient. Et de toutes façons, au point où il en était ! La partie se poursuivit donc avec ce nouvel équipier… Une fille ! La Honte…

         Quand la boule noire de Sébastien allait, à coup sûr, fracasser la boule brillante de Frank, la jeune fille claqua des doigts, la boule se dévia de sa trajectoire et se fracassa dans les racines apparentes ; le premier point demeurait. Aussi la situation se renversa vite : match nul encore !

La manche devait se rejouer et l’on recommença…

         Avec un geste stylé qui faisait frissonner sa jupe plissée à carreaux noir et blanc, la jolie blonde secouait ses longs cheveux et plaçait ses boules collées au cochonnet comme si elle les télécommandait.

Elle souriait sous l’admiration visible de Frank dont les tirs ne valaient pas ceux de Sébastien mais éliminaient les points adverses. Quant au champion, il n’était plus maître de ses boules et criait à la malédiction ! « Fan de chichourlo ! » Frank reprenait confiance et lui cria :

« — Alors, tu remontes le score ou vaï cerqua Molinari ? ©»

La vengeance reste un plat qui se mange froid.

La dernière série de points le laissa à zéro, un zéro flambant ; treize pour Frank et Danielle, Zéro pour son copain et lui !

         Tous le poussèrent vers la honte de sa vie !

Au fond du bar, à l’abri des regards extérieurs, le grand Sébastien, devant une salle remplie plus que de coutume, vint s’accroupir devant les fesses nues de la Fanny et y déposa ses lèvres. Et pour eux ce n’était pas un vulgaire tableau mais une belle paire parfumée. Son copain fit de même et les badauds se retirèrent ; il n’y avait plus rien à voir !

         Frank, après les acclamations, s’approcha de Danielle et lui demanda de s’expliquer : elle avait l’œil hagard et un comportement bizarre et elle n’ouvrait pas les lèvres… Pourtant, il entendit une réponse à l’intérieur de sa tête :

« — Ne change pas d’expression et crois-moi ! Je suis la fée bleue, j’ai occupé provisoirement cette apparence pour jouer à tes côtés ; tu as gagné ! J’ai simplement éloigné les forces maléfiques qui protégeaient l’adversaire pour que la partie soit équitable : je l’ai fait dans le corps d’une fille que tu pourras remercier de sa participation quand je me serai retirée… Ne t’étonne pas, elle aura du mal à comprendre comment elle a pu gagner, mais tu verras, c’est une gentille fille agréable ! »

         Il était sidéré, elle le tira par la main dans les toilettes du bar, et là, sa bouche s’ouvrit :

« — Serre-moi fort dans tes bras sinon je vais tomber, d’accord ? »

         Un énorme nuage bleu envahit la petite pièce avec une odeur bizarre, celle qu’on sent après un feu d’artifice, et quand il se dissipa, le jeune homme vit une sorte d’oiseau bleu qui s’envolait, en piaillant à tue-tête, par le petit fenestron à barreaux.

         Il regarda le visage de la fille devenue énormément lourde dans ses bras en poids mort ; elle avait l’air de se réveiller d’un profond sommeil et lui demanda ce qu’elle faisait là… Il lui expliqua qu’après avoir gagné la partie avec lui, elle s’était évanouie et qu’il l’avait traînée jusque-là pour lui éponger le visage.

         Il la regardait, c’est vrai qu’elle était jolie maintenant, elle avait perdu ses taches rousses et son visage n’était pas envahi de ces miniatures de puberté. Il admirait sa chevelure blonde ondulée qui n’avait plus rien à envier aux noires tresses de Marie-Agnès. Il l’avait soutenue sans trop y penser par les monts que Fanny rendait célèbres, et, ceux-là ne connaissaient certes pas la cellulite ! Contre lui, il avait senti deux petites bosses sympas qui ressemblaient très peu aux biberons vivants et qui lui donnaient, malgré lui, une certaine envie de faire plus ample connaissance…

         Il lui a appris à jouer vraiment à la pétanque  et ils ont réellement remporté des coupes ; enfin, c’est ce qu’on nous a raconté mais ce n’est peut-être qu’une histoire marseillaise…

 

 

 

 

 



© On va chercher Molinari : pour les marseillais, réputé pour tout savoir faire.

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 10:37

C'est le vendredi 25 avril que se sont réunis les adhérents de Provence-poésie pour juger les textes poétiques libres du concours interne de Pp.


DSCN0450.jpg

 

Après lecture des textes des 13 participants : deux éliminations pour non conformes au réglement (sur 15).

Le vers : la fuite monotone et sans hâte du temps bien inséré dans le contexte de l'absence, thème demandé cette année par notre regretté Francis Triay dont le nom avec accord de son fils sera désormais accolé à chaque prix décerné pour le concours interne.


DSCN0452-001.jpg

 

Après un exposé de Denise Biondo (vice-présidente et trésorière) sur le trimestre passé et les projets du prochain ainsi que sur les éditions en cours de l'association, l'annonce de nouveaux dépliants périodiques directement fabriqués au sein de l'association grâce à l'aide apportée par notre assistante technique : Béatrice Saussol (également lectrice de scène), précisait l'incorporation possible de photos sur le dépliant de l'association si accord des personnes concernées derrière les éléments indispensables du bureau... Pour les assistantes littéraires : Joëlle Foin (également animatrice de l'atelier et du spectacle) Isabelle George (aussi assistante comptabilité et édition) Joëlle Solari (relectrice des éditions  de groupe) Mireille Miau (relectrice des recueils et récitante ), les assistants de stands extérieurs : Michel Isard, Geneviève Casaburi, Sonia Kitaëff, Patricia Holzl (également partenaires des lectures) et les  autres partenaires du spectacle et de l'interview : Yves et Janine Ravel, Monique Morucci, Rosette Escoffier, Gaël Angélis.


DSCN0448.jpgDSCN0449.jpgDSCN0474.jpg

 

Hors concours pour montrer à tous que c'était faisable : l'autre absence, texte écrit et interprété par le président.

La lecture des textes à primer suivait : Edouard remplaçait Mauricette Buffe et chacun lisait son poème pour permettre au jury (la salle) d'apprécier sous la direction et surveillance du président de jury : Robert Landi.


DSCN0468.jpgDSCN0444.jpg

DSCN0465.jpgDSCN0467.jpg

 

Janine Ravel gagnante de l'an dernier, toujours parmi les meilleures comme Mireille Talotti-Miau !


DSCN0466.jpgDSCN0464.jpg

 

Zaven Sarafian et Evelyne Palermo : deux élans passionnés


DSCN0454.jpg

 

Dominique Cabrol, dont on reparlera plus tard dans le recueil "retour en Provence" s'intègre dans l'équipe familiale.


DSCN0462.jpgDSCN0455-001.jpg

 

Christine Lubrano et Geneviève Casaburi, prêtes pour un polar à plusieurs face  au détective FZ ? (projet 2015)

Au final...

Rosette Escoffier triomphe avec "la rue Rastègue" et remporte l'amphore de Francis Triay, également céramiste, avec le diplôme, la médaille et le bon d'achat de Provence-poésie.


DSCN0472.jpg

 

Prix exceptionnel du jury avec coupe du crédit mutuel remis avec un autre bon d'achat à Michel Isard pour son texte : la belle, envolée.


DSCN0473.jpg

 

Et la soirée se terminait par un tour de table littéraire où l'on distingue une intervention d'Edouard avec un poème de Francis Triay et un hommage de Sonia Kitaëff au potier, père du même Francis, devant une chanson de Patricia Holzl, de retour parmi nous pour le verre de l'amitié...


DSCN0461.jpgDSCN0459.jpg

 

Parole de président : Francis sera toujours avec nous !

Quand on vit dans le coeur des poètes, on ne meurt plus, on s'endort tout simplement en laissant un siège vide.

 DSCN0476.jpgDSCN0483.jpg

Article : Frank Zorra / Isabelle George

Photos : Yves Ravel

Partager cet article
Repost0
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 10:34

Provence-poésie a peut-être réunis trois des auteurs d'un prochain roman à plusieurs qui succédera aux fantômes de Marseille en 2015.

Sur le marché d'Aubagne, Geneviève Casaburi, Christine Lubrano et Danyel Camoin parlent de leur rencontre au coeur d'une enquête de Frank Zorra en cours d'écriture: l'imposssible crime...

Chimère ou futur roman policier à plusieurs de Pp, l'avenir nous le dira...

 

2014-04-13 14.35.39

Le-Pont-de-la-Fausse-Monnaie.jpg

Partager cet article
Repost0
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 12:24

 

  En deuxième partie de la dernière rencontre des membres du plus vieux club de poésie de Marseille, le club Castéropoulos

en présence de Danyel Camoin et de Guy Feugier,

Henri Rocca déclamait devant la salle avec brio la nouvelle de Geneviève Casaburi : Souvenirs parfumés

en mettant à l'honneur Provence-poésie...

Cette nouvelle est publiée sur ce blog dans notre rubrique : "Nos auteurs à l'honneur" parce qu'elle avait été récompensée d'un prix à Sablet.

L'anecdote intéressante suit le chassé-croisé de l'interprète et de l'auteure ; en effet, lorsque Geneviève interprétait un texte de l'hommage à Carpita au Club, Henri Rocca n'était pas là, et lorsque lui-même interprétait Maître Cornille parmi nous à Aubagne, Geneviève était absente. L'admiration de l'interprète, qui est d'autre part parmi les acheteurs du livre : Les fantômes de Marseille, dont elle est la principale co-auteure, reste donc jusque là portée sur l'écriture...

 

rocca

Ag13

En tout cas, merci Henri de cette lecture à voix et merci Geneviève de cette attractive écriture qui ont en s'unissant récolté une belle salve d'applaudissements.

 

Article Frank Zorra/ Photos Yves Ravel 

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Pp vous informe :

10268594_594573910637952_4420259801581339334_n.jpg

et bientôt à Aubagne :

Affiche-JEPG-Malou.jpg

Partager cet article
Repost0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 11:25

Le printemps du livre accueillait Plume d'Azur et ses auteurs à Garéoult le 11 mai...

 affiche-printemps-du-livre--1-.jpg

DSCN0146.JPG

DSCN0140.JPGDSCN0148.JPG

Et Frank Zorra sera représenté par Danyel Camoin pour les fantômes de Marseille (entre Claude Iconomou et Robert Landi, Jean-Claude Beltramo, Claire Fasce-Dalmas...) et...

 

zorra

ainsi que le 8 mai à Auriol aux côtés d'Erine Lechevalier, Christine Lubrano, Denise Biondo, Janine Ravel, Rosette BP, Geneviève Casaburi (un superbe casting d'auteurs)

2014-05-08-10.45.39.jpg

janine R

Stands-AVH-Aubagne-et-Auriol.jpg

cover rose fincouverture au bout des doigtspetit pas...

dernière correspondancele phare

chemins d'Aubagne 1-copie-1

cover eaux bravel2les fantômes 2reve bleules évadéspapillon sur l'aileaffabulationscasaburi livrerosette bp cover

BAT-COUV-1-HD-DU-SANG-SUR-LA-BILBLE.jpg

 

 

Précédent :

Danyel Camoin remplace Frank Zorra à Gréasque le 12 avril pour présenter les Fantômes de Marseille 

co-écrit par Joëlle Behez et Geneviève Casaburi

Son autre livre Je suis né à Marseille peur être acheté librairie Le Forum à Gréasque (on peut le trouver bien sûr en le commandant dans toutes les Fnac)

Les fantômes de Marseille : le livre peut se trouver librairie Le Blason Aix en Provence et Maupetit Marseille Canebière : on peut aussi le commander à la librairie de La Destrousse ou directement à Pp éditions Aubagne.

 

L'équipe de Provence-poésie se partage également un stand le 13avril sur le cours Foch à Aubagne avec Avh

en rotation sur le stand sont prévus:

Christine Lubrano - Rosette BP - Danyel Camoin (matin)

Michel Isard - Geneviève Casaburi - Denise Biondo (après-midi)

(photos ci-dessous)

 

2014-04-13-14.35.39.jpg

 

escoffier

 

denise idginou-copie-1

2014-04-13-14.35.14.jpg

Gréasque le 12 avril 2014

DSCN0057-1.jpg

Annette Lellouche, Jean-Claude Beltramo et Claire Fasce-delmas retrouvent Danyel Camoin à Gréasque le 12 avril 2014.

DSCN0058.JPG

Partager cet article
Repost0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 10:51

 

Pp a donné carte blanche à Joëlle Foin pour animer l'atelier de Provence-poésie Aubagne tout en laissant la possibilité aux intéressés de rejoindre Danyel Camoin à 18h30 en deuxième partie pour des notions particulières sur les nouvelles attractives.

Ce sont celles les plus appréciées dans le concours national actuel.

Définition de la nouvelle (Larousse) : composition qui s'écarte du roman par un texte court, un sujet simple, une sobriété de style et une analyse psychologique...

La nouvelle moderne est beaucoup plus lue depuis qu'elle s'apparente à des nouvelles de Maupassant du style de La Parure,

c'est à dire depuis qu'elle affiche en plus un nombre de personnages trés réduit et une fin surprenante à l'image des court-métrages de cinéma.

Les nouvelles ne sont pas forcément noires ou dramatiques mais peuvent manier l'humour à l'image de celles d'Alphonse Allais ou des nouvelles de Danyel Camoin récompensées par un prix global dans le recueil : J'ai même rencontré le chaperon rouge ou, façon Maupassant, elles alternent avec des contes.

Voici ci-dessous trois pionnières de la nouvelle attractive :

Geneviève Casaburi (au centre) a toujours écrit des nouvelles mais depuis quelques années son style est devenu nettement plus attractif et récompensé par un grand prix aux Apollons d'Or et plusieurs prix aux concours de Sablet, Nyons et Aubagne. On trouve deux recueils de ses nouvelles chez Edilivres.

 

Janine Ravel (à gauche) n'avait jamais écrit de nouvelles cantonnée en contes et poésies, ses premières nouvelles après l'atelier lui ont donné un prix à Saint-Maximin et le deuxième prix à notre concours 2012.

 

Mireille Talotti-Miau (à droite) également plus tournée vers le récit et la poésie a remporté l'an dernier un grand prix à notre concours 2013 avec le chant du cordonnier après avoir étonné l'atelier avec une nouvelle nommée Frissons.


les clodettes

 

 

 

Dernier ou premier cri ?

Des plaintes et des pleurs s’envolent par-dessus les blés dorés quelque part au cœur du pays des cigales.

Soudain, perçant l’azur, un cri affreux résonne suivi d’un long silence.

Au beau milieu du champ, où se balancent les blés gorgés du soleil de midi, un corbeau s’est posé sur le noyer dénudé par son grand’ âge. Le corvidé croasse de toutes ses forces, déploie ses grandes ailes d’ébène, il s’agite, va, vient, revient d’une branche à l’autre, cela ressemble à un appel au secours… il y a danger !

 

Le lieu est désert, malgré sa beauté l’atmosphère y est pesante.

Une voiture est arrêtée sur le bas côté, la portière gauche est grande ouverte. La radio laisse s’envoler l’écho d’une musique classique. Ce véhicule, est-il en panne ? Cette personne, a-t-elle cherché de l’aide ? Et qu’a t'elle trouvé en retour ?

Quelqu’un a laissé des traces, se frayant un chemin parmi les herbes folles. Un sac de femme jeté en vrac jonche la terre brune et chaude, quelques effets personnels sont éparpillés ça et là. Un téléphone portable ouvert est abandonné. Il sonne occupé… Une liasse de billets de banque frissonne sous l’air léger qui se lève. Si il y a eu violence ce n’était pas pour de l’argent !

À quelques mètres de là, un sous-vêtement maculé de sang gît aux pieds d’une jeune femme. Elle tient entre ses mains son ventre, un râle de souffrance jaillit de sa gorge déchirant la beauté champêtre sous le soleil de plomb. C’est alors que surgit des blés, tel un géant… un homme.

Ses mains sont ensanglantées ; il a, sur son visage en sueur, l’air hébété, les yeux hagards ; il respire fort et trépigne … Qu’a-t-il fait ?

 

Le soleil témoin est au zénith. Le corbeau n’a de cesse, ses va et vient sont intenses, son œil rond est grave, son chant disgracieux ressemble à des paroles, des supplications peut-être ! Espère t-il que son cri alertera quiconque passerait par là ?

L’homme, la soixantaine est un paysan, un disciple de notre chère Dame Nature…l’aurait-il trahie ? Ses yeux clairs apeurés scrutent le ciel ; lui demande t-il pardon ? Sa tête où résonnent encore les plaintes étouffées de la jeune femme, se tourne à droite, puis à gauche ; en un sursaut de lucidité, à grandes enjambées, il se dirige vers la voiture… Fuit-il ?

Non ! D’un geste désaccordé, il arrache les clefs du contact, il s’affole, précipitamment il ouvre le coffre, que cherche t-il ?

Voilà ! Il a trouvé ce qui lui faut, un sac plastique, une vieille couverture fera l’affaire, le temps presse…

Dans sa hâte il n’a pas vu le corbeau qui maintenant s’est posé sur le capot de la voiture, il cogne et cogne encore de son bec crochu, il semble dire « vite, vite ! » Est-il oiseau de mauvaise augure, complice de cet homme ?

Le paysan revient sur les lieux, va-t-il achever ce qu’il a commencé, avec ce couteau qu’il a planté tout à l’heure dans la terre?

Le voilà agenouillé à présent devant la jeune femme. Elle à les jambes ouvertes et crispées, ses mains sont tailladées par les herbes, tant elle les a serrées entre ses doigts pour maîtriser ses douleurs.

Il la regarde au plus profond des yeux ; ses plaintes se sont tues, c’est bientôt la fin de son supplice, un regain de courage et tout sera terminé.

 

Les blés sans discontinuer dansent dans les vagues tièdes de l’air sous le ciel bleu de Provence. Au loin, le klaxon strident d’une ambulance déchire le frémissement des grandes herbes folles. Le corbeau rassuré croasse calmement… Il n’y a plus de danger !

L’homme a posé sur la couverture, ses genoux en prière ; son visage a retrouvé un aspect naturel, ses yeux se sont adoucis, son regard est contemplatif. Il retient son souffle et soudain un cri… Le cri de la vie !

Le bienfaiteur enveloppe et offre à la jeune mère presque religieusement, dans ses grandes mains burinées, ce cadeau fabuleux… son enfant !

 

Janine Ravel

 

 

UN CADAVRE AU CARREAU

Les cigales chantent toujours mais la chaleur est moins lourde. Peu à peu le boulodrome s’anime.

Les hommes arrivent, suivis de quelques femmes. Les équipes se forment. Un tireur. Un pointeur. Ou deux. Les boules sont sorties de leur étui. Un vieux chiffon pour les astiquer. Les cochonnets sont lancés. Et les parties commencent.

On parle fort. On crie. On se dispute comme toujours. Une tape dans le dos et tout est oublié. Sauf la partie qui reprend.

Sur les bancs autour du terrain, les touristes assistent amusés à ce phénomène, bien provençal : la partie de pétanque.

Tous les jours c’est le lieu de rencontre. Ce sont des paris que l’on lance à la cantonade. Pour donner un peu de piquant au jeu.

Là, c’est un carreau sur place. Plus loin, c’est un pointeur qui prend le point.

Et cela dure tard dans la nuit.

On se serre la main. On se dit à demain et chacun rentre chez soi. Content même si l’on a perdu la partie. On se rattrapera demain.

Le jour s’est levé depuis longtemps, et dans le village l’agitation est à son comble.

Une dispute a éclaté entre les membres de la principale triplette. Personne ne sait exactement pourquoi. A cause d’une erreur tactique sur le boulodrome ? D’une parole de trop ?

Tous les étés, c’est trois-là, ont toujours les nerfs à vif. Peut-être la chaleur ?

A midi, autour de l’apéro, tout le monde semble calme.

Sur la terrasse du cercle, à l’ombre des parasols, les discussions sont animées. On rigole. On galèje. Mais tout reste dans une ambiance bon enfant.

On retrouve même Tonin, Etienne et Raphaël, notre fameuse triplette autour de la même table. En train de siroter de rafraîchissante mauresque.

C’est bien la preuve que la dispute du matin n’avait rien de grave.

Vers midi trente, Tonin se lève.

 

- Bon ! Je vais préparer les grillades ! Je vous attends vers 1h00, lance-t-il à ses deux compères.

 

Il enfourche sa vespa et retourne chez lui, pour préparer le repas. Chacun à son tour, les trois amis sont en charge du repas du midi.

Mais aujourd’hui, c’est un peu spécial.

Un concours de pétanque a été organisé pour le soir. Ils doivent mettre au point leur stratégie.

Ce soir, la guerre est ouverte entre eux et la triplette du village voisin.

Depuis quelques années, les deux villages sont en perpétuels conflits. Les maires. Les curés. Tous s’affrontent au moindre problème.

Et la pétanque reste le seul moyen le moins violent pour régler les montées de testostérone de ces messieurs.

Ça crie. Ça gueule. Les injures fusent. On marque un point. La tension retombe. Et tout ce petit monde se réconcilie autour d’un pastaga bien frais. Du bout du chemin, Etienne et Raphaël sentent la bonne odeur du feu de bois et des grillades. Ils pressent le pas.

Sur la terrasse, tout est posé sur la table.

 

- Je finis ! Commencez à vous servir! lance Tonin, sans même se retourner.

 

Les autres s’assoient et commencent à se servir. Tomates en salade. Fèves. Radis. Tonin arrive avec un plat rempli d’entrecôtes marseillaises fumantes. C’est son pécher mignon.

Tous les trois mangent de bon cœur. Arrosent le tout d’un rosé de pays bien frais.

 

- Bon ! Et si on parlait de notre stratégie de ce soir ?

 

Alors une longue discussion s’engage. Tonin sera le tireur. Comme toujours. Il est bon. Etienne et Raphaël, les pointeurs. Et en cas de défaillance de Tonin, Raphaël pourra prendre sa place.

Ça parle très technique. Plomber. Bouchonner. Plein fer. Pas de tir à la raspaille. Ne pas être Fanny.

Les mots s’enchaînent. Les verres de rosé aussi.

La stratégie est mise en place.

Et la sieste arrive à point nommé, à l’ombre du grand chêne.

Vers 17h00, les trois compères émergent lentement. Le concours doit se dérouler vers 20h00, à la fraîche. Ils ont le temps. Chacun s’étire. Baille à s’en décrocher la mâchoire.

Ils ont rêvés de leur victoire. Ont revu les différentes parties de pétanque déjà disputées. Les différents points marqués. Et surtout la façon de jouer. Et bien sûr, ils ont tous rêvés de Fanny, se retournant gracieusement vers leurs adversaires. Et leur présenter son postérieur rebondi.

Sans se parler, Tonin, Etienne et Raphaël se regardent et partent d’un gros rire tonitruant.

Ils sont prêts. Ils sont en guerre. Et les voilà partis pour le village et surtout le terrain des « hostilités ».

Devant une table, les équipes s’inscrivent.

Le jeu de boules du village est noir de monde. Participants et spectateurs sont tous là. Les joueurs se jaugent d’un œil noir. Les bancs autour des pistes sont pris d’assaut. Les supporters, en face à face se regardent. On se moque. On se pique par des gestes. L’ambiance est électrique.

Enfin, les équipes se positionnent. Les parties commencent. Les heures passent.

Au fur et à mesure des éliminations, les pistes se vident. Maintenant, il ne reste plus que Tonin et ses acolytes et la meilleure équipe adverse. Les ennemis.

Après une courte pause, les deux triplettes se présentent sur le terrain. Les regards sont noirs. Les paroles agressives. Tous se motivent pour gagner.

Les joueurs se positionnent. C’est aux ennemis de lancer le bouchon. La première partie commence. Les points s’enchaînent. Les équipes se suivent. Se dépassent chacune leur tour. Un point de pris. Deux de perdus. Deux de repris. Les carreaux, plein fer, font un bruit d’enfer.

L’arbitre mesure. Et remesure, pour être sûr.

Douze à onze. Pour les ennemis et c’est à eux à jeter le cochonnet.

Une courte pause. Chacun dans son camp. On se motive.

Ils lancent le bouchon et le pointeur marque.

Raphaël pointe. Il prend le point. Carreau sur place pour les autres. Etienne reprend le cochonnet. Et ainsi de suite. Tonin entre en scène.

C’est le dernier. Toutes les boules sont sur le terrain. Il lui reste deux boules. Sur le sable, autour du bouchon, deux boules à égale distance. Il se rate, les autres gagnent. Et dans le meilleur des cas, il peut marquer deux points en faisant sauter l’ennemi et en plaçant sa dernière boule.

La tension est intense. Etienne et Raphaël savent très bien qu’il ne faut pas le déranger quand il se concentre. Le visage de Tonin est fermé. Tendu.

Cette fois-ci, il faut qu’ils gagnent. C’est pour l’honneur du village.

Tonin se prépare. Sa stratégie : faire sauter la boule ennemie et marqué le point avec la seconde.

Il avance sur le terrain. Regarde les boules. Scrute le moindre graton qui pourrait le gêner. Recule. Revient.

Enfin, il se positionne. Vise. Et tire. Mais la fatigue s’est mise de la partie. Elle fait trembler son bras au moment où il lâche sa boule. Son tir manque de force. Et sa boule frappe l’ennemi. Légèrement, juste sur « l’oreille ».

Personne ne bouge. Elle n’a fait que trembler. Raphaël et Etienne transpirent à grosses gouttes. Maintenant, c’est Tonin qui doit faire ses preuves. Il doit pointer. Et il faut qu’il marque le point.

Tonin vise. Pointe. Sa boule roule. Roule. Tous retiennent leur souffle. Tonin ferme les yeux.

 

- Monsieur le Commissaire, on l’a retrouvé là ! Sur le sable. La tête défoncée par une boule de pétanque.

- Et Tonin ne s’était disputé avec personne ? On connait son tempérament !

- Non, Commissaire ! Avec personne. Pour une fois !

- Et un mari jaloux ? Vous qui le connaissiez mieux que tous, Raphaël, il n’avait pas fait de fredaines avec une coquine !

- Ça, Commissaire, je ne pourrais pas le jurer !

- Commissaire, on ne pourrait pas enlever son pauvre corps ? Regardez tout ce monde. Etienne avait parlé avec sa sensibilité naturelle.

- Oui, bien sûr ! Messieurs, emportez-le !

 

Le médecin légiste, et un aide, soulèvent Tonin pour l’emmener.

Une grosse tâche rouge, presque noire apparait sur le sable du boulodrome. L’arme du crime est placée dans un sac en papier.

Raphaël et Etienne se sont assis sur les troncs d’arbres qui délimitent les pistes de jeu. Ils sont désemparés. Anéantis. Qui avait osé faire ça ? Ce n’était pas un saint. Mais mourir ainsi ! On avait fait un carreau avec sa tête.

Ils regardent cette tâche. Le sang de leur ami.

 

- Commissaire ! Regardez !

 

A l’emplacement du corps, un mégot de cigarette en papier maïs.

Le policier le ramasse. Délicatement.

 

- Une pièce à conviction ! lance-t-il.

 

Le Commissaire scrute la population rassemblée autour de la scène du crime.

Et là, il l’aperçoit. Un petit homme rondouillard. Une casquette posée de travers sur la tête. Un mégot jaunâtre au coin des lèvres.

Le policier fait signe à deux de ses hommes de le suivre. Ils se dirigent tous trois, d’un pas assuré vers le bonhomme.

La foule s’écarte sur leur passage, laissant le chemin libre jusqu’au suspect. Lui est resté là. Droit comme un i. Sûr de lui.

Et puis.

 

- Oui, Monsieur ! C’est moi qui l’ai tué. J’en avais marre qu’il fasse les yeux doux à ma femme. Et surtout, je ne supportais plus qu’elle me parle tout le temps de ses exploits aux boules. Alors cette fois-ci c’est moi qui ai fait un carreau. Avec sa tête !

 

Tous sont restés surpris par cette déclaration.

Le petit bonhomme tend ses poignets au Commissaire, qui lui passe les menottes et le fait emmener par deux gendarmes.

Personne n’aurait cru que Jeannot, puisque que c’était son nom, puisse être capable de commettre un tel acte. Lui, si insignifiant.

 

- Tonin! Tonin! Ohou! Tonin! Allez! Boulégan! Réveilles-toi! Tu me fous la pétoche maintenant !

 

Raphaël essaie de réveiller son ami. Il le secoue comme un prunier. Mais rien y fait. Tonin reste là. Allongé sur le sable du jeu de boule.

Même Etienne s’y met :

- Allez ! Zou, Tonin ! C’est pas l’heure de faire un sieston ! On a gagné. Tu l’as marqué ton point !

 

Lentement leur ami rouvre les yeux.

- Je suis pas mort !!

- Mais qu’est-ce-que tu racontes ! T’as pointé. T’as fermé les yeux. T’as marqué le pitchoun. Et puis tu t’es affalé par terre.

- T’as du prendre un coup de chaud !

- Je sais pas ! Pourtant je me voyais allongé. La tête défoncée par la boule d’un mari jaloux. Tu parles d’une victoire !!

- C’est rien ! T’as du délirer pendant ton petit somme.

 

Etienne et Raphaël aident Tonin à se mettre debout. Tout le monde applaudit les grands gagnants du concours. Une victoire pour le village dont ils sont tous fiers. Un peu trop peut-être.

Les autres, mal à l’aise, quittent le boulodrome sous les moqueries et les quolibets. La triplette adverse, s’en va. Déçue.

Tonin est acclamé comme un véritable héros.

 

- Je suis très heu…

 

Une boule de pétanque est venue le frapper en plein visage.

En face de lui, le tireur ennemi. Et Tonin tombe. Raide mort.

 

Geneviève Casaburi

 

 

 

LE CHANT DU CORDONNIER

« O sole moi… sta’nfronte a te… O sol… Ah ! Buongiorno Signora ! Quel soleil auourdoui, no , ! Allora, montrez-moi ces chaussouré !... J’ajoute des fers pour éviter l’ouzouré ? »

 

Les feuilles dansent sous les poussées rageuses du mistral, en cet après-midi d’automne, produisant cette sonorité particulière bien connue de nous autres, gens du midi.

A cette heure tardive, chacun se hâte de rentrer chez soi. Quant à moi, je longe les façades grises du boulevard qui monte à Notre-Dame de la Garde, un brin nostalgique. Soudain, mon regard s’arrête sur la vieille devanture, maintenant désaffectée, de l’atelier de Gabi, le cordonnier du quartier. Son histoire me revient en mémoire... En ce temps-là, nous prenions le trolley muni de ses perches car la montée était raide, il nous déposait presque devant chez lui…

 

Debout, près de ma mère, j’observais l’homme qui chantait et parlait tout à la fois.

Avec sa bonhomie légendaire, il prenait les chaussures qu’elle lui tendait et, tel une mécanique bien rôdée, il se mettait au travail ; et, toujours égal à lui-même, nous relatait les exploits de son modèle, le champion cycliste « Fausto Coppi ». La plupart de sa clientèle connaissait son admiration sans bornes pour ce coureur hors du commun au sujet duquel il se montrait intarissable : son échappée historique, son record de l’heure, son titre mondial, de même que « sa Dame Blanche » avec qui il vécut une histoire d’amour tumultueuse… Bizarrement, je me laissais captiver par ces récits d’adultes qui interpellaient mon imagination enfantine.

 

Emigré à Marseille comme tant d’autres italiens, Gabi était installé dans une minuscule échoppe adossée au mur du boulevard où il exerçait son métier de cordonnier avec ardeur et bonne humeur. Il faisait partie de ces individus à qui on ne peut donner un âge précis. Ni beau ni laid, des yeux et des cheveux bruns ; deux profondes rides d’expression dans un visage mobile encadraient sa bouche aux dents parfaites. Toujours assis derrière son comptoir sous la lumière blafarde d’un néon, petit bonhomme articulé au geste ample et sûr que donne l’habitude du métier, il tapait, clouait, collait tout en chantant de sa voix de stentor des airs célèbres d’opéra et des chansons sentimentales dont l’écho se propageait jusque dans la rue et même au-delà. Son invariable gaieté et sa gentillesse naturelles attiraient le client qui, par sympathie, trouvait toujours une paire de chaussures à lui faire réparer, et s’arrêtait dans son atelier rien que pour faire avec lui un brin de causette.

 

Outre son métier, Gabi avait une passion qui occupait presque toute sa pensée : « La Petite Reine ». Les murs de son arrière-boutique étaient complètement tapissés de photos et affiches de son idole « Fausto Coppi ». Parmi des tas d’objets hétéroclites, un divan fatigué par les ans et un vélo archaïque encombraient tout l’espace de cet étrange musée. Il se retirait parfois dans cet antre borgne afin de retrouver le Grand Fauto, disparu à juste quarante ans, le campione, tant adulé, aux cent quarante-cinq victoires et dont la rivalité avec Gino Bartali avait enflammé l’Italie de l’après-guerre, divisant le pays en deux…

 

Célibataire endurci, on ne lui prêtait guère de relations avec la gent féminine tant sa passion sportive était vive ; il avait donc toute latitude pour pratiquer son sport favori. Donc, chaque dimanche, Gabi enfourchait son vélo et s’adonnait à diverses courses locales avec toute l’énergie dont il était capable. Ainsi, le lundi il revenait travailler fier de narrer ses exploits à l’instar de ceux de son parangon, de sorte que, conjugué à son fort accent italien, son récit devenait inextricable pour son interlocuteur qui repartait en souriant, sûr d’avoir quelque anecdote hilarante à raconter au moment du repas familial.

 

Or, par un bel après-midi ensoleillé, entra dans sa boutique une jeune femme aux yeux doux et étonnés. Sa chevelure blonde et frisottante affleurait ses épaules nues. Dans sa robe de piqué blanc elle sembla une apparition céleste à notre gentil cordonnier :

«Je vous en prie, Monsieur, je suis très pressée, combien de temps vous faut-il pour réparer ce talon ? » Questionna-t-elle en tendant un charmant soulier blanc. Subjugué et désarçonné par le regard bleu si préoccupé qui le fixait intensément, Gabi bredouilla dans sa langue maternelle : « Ma… ma solo cinque minuti, signorina ! ».

Là-dessus, comme mû par un ressort, il entonna un chant mélodieux, et ses bras aux muscles secs se mirent à exécuter avec frénésie une gestuelle rythmée par ses longs tremolos. En effet, cinq minutes plus tard, la belle sortait de sa boutique, parfaitement chaussée, laissant notre Gabi absolument foudroyé.

 

La jeune femme avait dû être satisfaite de sa prestation car, la semaine suivante, elle revint dans le petit atelier munie d’une noria de chaussures diversement colorées. Elle portait encore sa tenue blanche. Gabi y vit comme un présage : la Dame Blanche ! Un fol espoir d’amour l’envahit tout entier. Alors commença une lente opération de séduction de la part de notre cordonnier qui voulut faire partager sa passion dévorante à Juliette, c’était son prénom. Elle l’écoutait avec attention, le fixant de ses grands yeux étonnés. Celui-ci, constatant l’intérêt qu’elle lui portait, redoublait d’éloquence en évoquant par le menu le palmarès du grand campione. Il fit si bien, qu’un jour elle accepta de passer dans l’arrière-boutique où nul autre que lui n’avait pénétré auparavant. Juliette écarquillait ses grands yeux et posait maintes questions en découvrant ce sanctuaire, et ce, pour le plus grand plaisir de Gabi qui était véritablement « aux anges ».

 

Ainsi, les visites de Juliette se multiplièrent. Notre Gabi, fort exalté, prit cela pour un encouragement. Un après-midi, alors qu’elle était installée nonchalamment sur le divan feuilletant un « Miroir-Sprint», ancienne revue cycliste, elle avait croisé ses belles jambes fuselées, un pan de sa robe immaculée était resté légèrement soulevé et laissait entrevoir un peu de sa cuisse à la peau dorée ; la vision de cette féminité exacerbée lui monta à la tête, il se lança : il l’attira délicatement à lui, cherchant maladroitement ses lèvres. Elle s’effraya de ce geste impromptu, se leva précipitamment en le repoussant brutalement et sortit en courant, les joues en feu. Le pauvre garçon en resta pantois : « Madonna, che ho fatto ! che ho fatto ! » se lamentait-il.

 

Le lendemain, il attendit vainement Juliette ainsi que les jours suivants. Il souhaitait qu’elle lui pardonnât son élan spontané, il était tant épris d’elle ! Comment avait-elle pu l’ignorer ? D’autres fois, il se torturait en pensant : « la poverina ! si jeune, si fragile, je ne suis pas digne d’elle. J’ai tout gâché ! ». Il espérait toujours la voir entrer dans sa boutique, comme avant, charmante silhouette illuminant ses journées routinières, lui chez qui rien n’était jamais venu modifier l’ordre de l’existence. Ses nuits étaient peuplées de rêves étranges axés sur l’objet de son tourment. Enfin, il paraissait si malheureux que l’on avait de la peine pour lui.

 

Un matin, il découvrit dans sa boîte aux lettres un pli émanant du Commissariat de Police du quartier. On le convoquait suite à une plainte. Au jour dit, il se rendit à la convocation. A sa grande stupéfaction, il apprit que Juliette l’accusait de tentative de viol sur sa personne.

Le choc fut tel qu’il dut s’asseoir pour ne pas tomber. Hébété, il écoutait le brigadier lui signifier les griefs de la plaignante sans comprendre véritablement ce qui lui arrivait. Il ne pouvait croire une chose pareille. Juliette, son étoile ! Non, pas elle ! Il y avait erreur sur la personne… Il devait sûrement rêver… Il allait se réveiller…

 

Tous comprirent la honte et l’humiliation de cet homme simple et honnête dont on avait criminalisé l’exaltation amoureuse. Heureusement, les témoignages en sa faveur lui évitèrent le pire ; cependant la blessure ne se referma jamais. On le plaignit beaucoup ; toutefois on entendait plaisanter dans son entourage : « On a voulu faire chanter Gabi ! Vous vous rendez-compte ! Ah, ça, ce n’est pas banal ! »… Cela fit beaucoup rire et on en rit encore, gentiment.

 

Désormais, en passant devant sa porte, on pouvait entendre comme un chant aux modulations tristes, mais ce n’était que des sanglots.

 

Par la suite, on raconta beaucoup de choses sur cette femme : qu’elle n’en était pas à son premier coup d’essai ; qu’elle allait de ville en ville, choisissant ses victimes avec beaucoup de précaution, plutôt des hommes timides et sans expérience en la matière. La méthode était simple : une fois le pigeon ferré, au premier signe de rapprochement de sa part, elle s’enfuyait précipitamment laissant son soupirant confus et culpabilisé ; courait au commissariat le plus proche et racontait sa mésaventure avec force larmes. Par le truchement d’un avocat, l’amoureux piégé lui proposait alors une somme substantielle pour éviter un scandale. Elle retirait alors sa plainte et recevait le fruit de son chantage sans état d’âme aucun. La première fois, elle avait agi sans malice, puis, ayant compris les avantages qu’elle pouvait tirer de ces situations scabreuses, elle n’avait plus eu d’hésitation et avait pleinement profité de cette manne financière si bienvenue.

 

Les gens sont si médisants !… Une voix s’élève derrière moi : « Tiens ! Juliette ! Te voilà de retour dans le quartier ? »

 

 

Mireille talotti-Miau

 

 

 

 

Article FZ /Photo Yves Ravel

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Deux auteurs de genre trés différents Frank Zorra (primé aux Apollons d'or pour des nouvelles de Nyons-livret complet) et Danyel Camoin (Plusieurs fois prix d'honneur du recueil de l'Académie de Provence et récompensé plus récemment à Sablet pour sa nouvelle un mardi de marché).

Si Danyel est à la fois (suivant la préface de Marie-Louise Bergassoli sur j'ai même rencontré le chaperon rouge) poète et nouvelliste, ce qui rend quelquefois ses nouvelles un peu prose poétique...

Frank plus axé sur le polar (presque western) atypique marseillais s'adresse dans un language plus simple ponctué de mots régionaux aux amateurs du genre d'autant qu'il est lui-même anti-héros de ses aventures...

Alors sans chercher le meilleur, nous vous offrons aujourd'hui en parallèle une nouvelle de chacun qu'on pourrait classer comme hommage aux dames en prime quoi que sur un sujet différent...

Et là les deux auteurs s'expriment avec un je narratif qui laisse penser qu'ils montrent leur propre histoire, tous les deux...

Pourtant c'est de la fiction mais qu'en pensez-vous ?

Commentaires possibles sur le blog.

verso-seuil-f---Copie.jpg

Plus loin que "Insolitude" et "Fumée", textes extra-ordinaires des fleurs du vide, tu as écrit cet opéra féministe qui suffit à lui-même sans effets spéciaux à soutenir la thèse de l'amour au-delà de la mort sans l'étalage de fenêtre sur l'autre monde…

Sait-on jusqu’où peut entraîner l’amour fou ? La solitude nous prenant par la main…

 

 

Elle eSt Moi

 

 

Je supportais mal l'absence d’Hélène que j’appelle depuis toujours Elle. Nous nous étions tant aimés.

Dans un auditorium, j'ai soudain entendu une causerie qui m’a attiré, je devrais dire harponné ! Un savant parlait de la relativité de l'impression faite sur le corps humain par la vie avec un être aimé. Une sorte d’empreinte profonde corporelle et cérébrale.

J’ai demandé alors une entrevue avec le professeur qui m’a expliqué que ces expériences récentes l'avaient conduit à prouver qu’une épouse qui a subi, supporté ou plus particulièrement adoré, quelqu'un au point d'en faire son autre moitié devient capable de le faire renaître en elle. L'expérience physique a démontré qu'on retrouve des qualités ou des défauts et mieux des empreintes saillantes allant du grain de beauté jusqu'à la cicatrice chez certains animaux ou même chez des personnes en pleine santé. À l'aide d’un sérum de sa confection, un savant était arrivé à recréer une sorte de clone féminin dans l'épouse d'un personnage disparu utile à la nation : l'idée étant de faire vivre au-delà de sa mort les qualités intellectuelles d'un savant ou d'un chef de l'État. Bien que n'ayant jamais été essayé sur un homme le produit était apparemment réversible.

Je me moquais bien qu'on prolonge la vie des grands hommes au-delà de leur mort n'étant pas pour ma part persuadé de leur utilité au niveau planétaire. Si je m'intéressais à ce procédé, c'était uniquement parce qu'en moi venait de briller une idée comme une lampe s’allume. Celle de recréer : Elle.

Évidemment, ce sérum n'était pas pour moi et personne n’avait l'intention de me le procurer : personne… sauf moi !

J'ai mis beaucoup de temps à y parvenir mais avec l'aide d'un copain qui ouvre toutes les serrures et qu’on appelle «  Passe-partout », j'ai fini par me procurer l'échantillon miracle.

Avec l'assistance d'une infirmière un peu amoureuse de moi avec qui j'avais tenté jadis une idylle malheureuse, -que ferait-on sans femme- j’ai été piqué par cette affreuse seringue qui a mis le feu à la plus majeure partie de mon corps en commençant par mon séant qui a refusé sa fonction de s’asseoir durant des heures.

J’ai cru en mourir, j'ai avalé des seaux d'eau pour étancher la soif bizarre qui remontait de mes entrailles dix fois plus secouées que par une injection de piment fort. Après trois semaines de diarrhée et de vomis-sements, j'ai compris que ce traitement n'était administré que sous contrôle dans les laboratoires d’une clinique spécialisée. Je ne saurais dire si j'ai senti un effet par la suite qui a changé ma personnalité mais deux mois plus tard j'ai commencé l'expérience qui va suivre.

Je savais bien que je n'arrivais pas à vivre sans Elle mais la retrouver en moi me paraissait tout de même impossible.

Je ne me suis certainement pas aperçu au début des petits changements que je m'infligeais d'abord inconsciemment puis, petit à petit, j'ai eu l'impression de sentir une présence auprès de moi. Mon côté gauche paraissait ne plus correspondre à mon côté droit. Je sais, le dire ainsi peut paraître idiot mais je la sentais à ma gauche contre mon cœur et ce n'est pas une réplique poétique. Je me posais déjà depuis longtemps la question sur de nombreuses actions ménagères ; comment me les aurait-elle ordonnées ? Là, j’agissais carrément comme je pensais qu’elle aurait fait. Avais-je une relation invisible avec l’au-delà, en tout cas, si je mettais mon plat au four de la main droite je me brûlais alors que de la gauche je m’en tirais très bien : un vrai cordon bleu dans la cuisine où je réussissais des plats qu’elle-même n’avait jamais si bien mijoté. Je feuilletais mode et travaux pour coudre à sa machine des tenues bizarres qui me permettait d’habiller mes deux moitiés dans un même ton ou coloris. Je trouvais de l’outillage pour m’aider dans le catalogue qu’Elle préférait, celui de La Redoute. J’en étais venu à lire des nouvelles dans « Nous Deux » et à considérer Femme actuelle comme une bible alors que je n’y avais jamais mis le nez auparavant. Tiens, justement à propos de narines, je les emplissais de « smell me » de Juicy Couture, un parfum qui me parlait… d’Elle !

Alors que pendant des mois je m'étais contenté de regarder son visage et sa silhouette sur des photographies que je manipulais ou que j'accrochais au mur, là je l’ai sentie près de moi, ma raison de vivre était de retour.

Petit à petit, j’ai laissé pousser les ongles de ma main gauche, des écarteurs entre les orteils, j’ai joué la pédicure: j’ai soigné les ongles que j’ai vernis et massé les talons pour éviter les peaux durcies ou écaillées, j'ai épilé ma jambe gauche…

Je me suis mis à faire du footing pour remonter mon derrière, faire fondre la « culotte de cheval » que j'observais dans le miroir du côté gauche, je me suis mis à marcher sur des échasses : j'ai acheté une paire d'escarpins à ma pointure avec des talons assez bas en utilisant surtout le gauche...

Mais le plus « marrant », si je puis m'exprimer ainsi, résidait dans les signes qui apparaissaient sur mon corps sans que je n'aie rien fait : son grain de beauté sous le sein gauche, ce n’est tout de même pas le silicone qui l’avait créé, la finesse de ses doigts de la main gauche et une cicatrice qu'elle portait sur la cuisse apparue là, un matin au réveil après un rêve dans lequel nous nous embrassions passionnément. Comment un homme aurait-il pu réussir un truc pareil sans une aide extérieure… ou intérieure ?

Et cet oiseau tombé du nid que j’ai ramassé et caressé si doucement avant de le raccompagner à sa place ou ce regard bêta que j’ai posé, de l’œil gauche, attendri sur le bébé de la voisine : l’idiote a cru que je voulais la « draguer » maintenant elle me fuit. Ah ! Elle. Certaines femmes ne te ressemblent pas ; jusqu’où peut aller l’imagination ?

Je pense qu'il s'agissait là du travail de l'élixir. Bien sûr, je n'étais certain de rien mais je ne pouvais pas non plus aller me renseigner à la source.

Chaque jour, je constatais un élément supplé-mentaire de ma transformation, et, ne vous étonnez pas si je vous dis que j'étais plus ou moins fier du résultat. J’avais acheté des lampes U.V pour compléter le soleil que je laissais dévorer à plaisir notre côté gauche sans maillot afin d’éviter toute marque évidemment, fardé d’ambre solaire de haute qualité, graissé de la façon qu’on entretient le canon d’une arme à feu par ma main droite qui n’avait pas la finesse de l’autre. Il fallait soigner cette peau douce, l’entretenir, l’empêcher de vieillir, de mourir une seconde fois… J’avais besoin de la sentir chaude sous mes cinq doigts.

Les premiers jours, je sentais ma main gauche prête à me gifler : par exemple lorsque j'avais renversé la poubelle de ma main droite en voulant faire vite et que j'avais du mal à nettoyer le parquet d'une seule main. Je l’ai récuré pour calmer sa colère.

Quand tout était bien « clean », j'ai pensé que j'aurais bien mérité un baiser mais c'était encore dur pour Elle de m'embrasser. J'ai pincé sa fesse gauche entre mes doigts ; rebondie et rabotée au « Vibro-belt », je lui retrouvais une certaine fraîcheur.

 

Maintenant, je suis sûr qu'Elle est contre moi, par moments, je parle avec sa voix et je dis des choses que je ne comprends même pas : des secrets intimes féminins. Mais j’ai vu son sein pleurer pour allaiter notre amour.

J'ai été si content de la retrouver que je ne lui impose rien. Je lui parle, l’écho répond.

De profil gauche vers le miroir, je la vois contre moi et je sens sa chaleur, sa main gauche posée sur ma main droite imitant le geste d’autrefois et son souffle sur ma poitrine. Alors peu importe si elle ne veut pas faire l'amour, je lui autoriserai sa migraine et ces comportements bizarres de moribonde. Je continue le footing pour remonter mon postérieur ; je n’avais jamais lorgné mes fesses auparavant et voilà que j’inspecte encore la gauche dans le miroir : la cellulite de la hanche et la position du nombril. Je prends soin d‘épiler et d’éviter la forêt qui suinte sous le bras. Je veille à remonter la lunette des WC et ma moitié dirige la bonne marche. Elle fait la vaisselle, habile de sa main gauche, et je l’essuie de la main droite ; c’est plus sûr pour éviter la casse : Elle tenait à son service. Je me suis toujours demandé quel plaisir on pouvait avoir à contempler une pile de porcelaine… autrefois ! Elle m’indique de son ongle long la manière de ranger la maison pour contenter mon œil gauche qui porte un air plus autoritaire que de son vivant. Je prends bien garde à ne pas oublier les fleurs, c’est très important la senteur des couleurs, j’en ai planté dans le jardinet avec sa main verte et j’ai surpris le rosier à grimper, il finira par lui donner ces roses rouges qu’elle aimait tant…

Peu à peu, je ne pourrai plus sortir de chez moi, je paraîtrais ridicule : un homme coupé en deux. D'un côté, la moitié de ma personnalité qui subsiste et de l'autre les cheveux décolorés en blond, d’un œil gauche au sourcil épilé et des cils un peu trop fardés de mascara de saint Laurent, un des saints qui protègent la femme, une sorte de crépi rustique parce que je n'ai pas le geste aussi fin qu'elle pour le faire, une main fine avec des ongles longs, il ne faut plus rien toucher pour ne point les casser, et la moitié du postérieur en évidence sur une hanche qui se déhanche sur un talon-aiguille. Je soigne ma moitié. Mais le rouge à lèvres sur une portion de bouche et les divers éléments qui s'arrêtent en milieu de mon corps finissent par me gêner, « moi » !

Au début, la main gauche l’a caressée jusqu'à certaines extases nuageuses mais je sens bien que ce n'est pas ce déclenchement qu'elle souhaitait. Elle aspire à une élévation différente jusqu'à ces jouissances successives qui ne sont possibles qu'au féminin dans cette source intarissable de plaisir exacerbé que je n'ai pu jusque-là connaître qu'en fournisseur et non en convive. J'ai toujours senti la supériorité féminine dans le plaisir suprême, la « grimpette » au septième ciel par le nuage du drap ou bien le survol du monde par l'envol de « Catwoman » évidemment reste réservé aux jouisseuses. Devrais-je faire appel à un troisième personnage pour lui procurer, à l'instar de certains couples modernes, une ouverture différente de l'amour, étant donné qu'à nous deux, en ce cas, nous manquons de sanctuaire vaginal et n’utilisons qu’une commune voie anale. Devrais-je l’offrir à un autre ? Bien des couples de nos jours ont des problèmes d'ouverture, je ne suis sûrement pas le seul à me les poser mais je crains la réaction d'un inconnu venant de l’extérieur face à notre siamoise vie ! Je pensais que dans l'attente, on pourrait s'acheter un « sextoy » mais elle n’a jamais aimé le factice ou les postiches, donc solution proscrite.

Nous sommes ensemble et c'est pour moi le principal. Mais ce truc qui pend entre mes jambes ne correspond plus au partage de l'individu : est-ce qu'il faudra un jour en venir à l'ablation avec un couteau électrique ? J’ai vu cela dans un film italien de Ferreri, je crois, avec Gérard Depardieu et j’ai, à l’époque, été horrifié considérant une atteinte à l’emblème de la vie et de la supériorité : aujourd’hui, c’est très différent, je sais que ce sont les femmes qui enfantent le monde. Je n'en suis pas encore là mais inexorablement un changement radical s'impose à ce niveau et elle tend à vouloir occuper toute la place à l’instar de ces moments nocturnes où je me retrouvais autrefois au bord extrême du lit juste avant la chute ; là aussi, je suis au bord du vide mais prêt à tout pour la garder ; je ne pourrai pas supporter de la reperdre, alors, un membre de plus ou de moins….

Un fou, oui, peut-être, mais un fou d’amour, en manque de tendresse, que les gens commencent à dénigrer sérieusement… m’accusant de basculer dans une féminité nocive à voile et à vapeur. Mais Elle aussi aimait les femmes et c’est sûrement elle qui m’a appris…

Mais peu importe la finalité, je vis les instants présents et le reste du monde n'existe pas ; les amoureux sont seuls au monde, non ? Alors, les autres, quelle importance, comme elle disait, des fourmis sur l’aile de l’univers ! Sans plus ! Rien ni personne ne peut plus interférer ou pénétrer dans cette intimité où nous vivons…

Elle eSt moi.

 

Danyel Camoin 2011 

Et là, c'est un hommage au féminin qui peut arriver même si c'est moins fantastique … enfin presque !

Nicole

elle est moi - Copie

 ------------


La porte de la lumière

 

Comment ai-je abandonné mon bureau pour une fille, pour un fantôme ? Vous voulez savoir ce que je faisais en Harley Davidson sur ce terrain vague …

 

La voix résonnait encore à mes oreilles comme si c’était encore le présent :

- Vous êtes Frank Zorra, a-t-elle dit, un jour je vous tuerai ! Comme vous avez tué ma fille Marjorie.

- Je ne comprends rien à ce que vous dites : je n'ai jamais tué de fille !

- On peut tuer sans armes, M. Zorra, avec un sourire, un jeu de mains ou pire…

Cherchez pourquoi elle est morte… C'est votre boulot, les enquêtes, non ? Responsable mais pas coupable, comme Fabius, M. Zorra !

- Vous êtes folle ! Je ne suis responsable de rien. Je ne sais même pas de qui vous parlez.

- Rappelez-vous, elle portait un collier avec une cigale en métal pendue sur sa poitrine…

 

Zorra, je m'appelle Zorra, Frank Zorra comme Zorro mais avec A

La cigale entre les monts de Vénus, l'éclatement du souvenir ! Mais, je n'arrive pas à revoir son joli visage : des cheveux blonds collés au front, un jour de pluie ; elle est tombée devant moi et je l'ai aidé à se relever ! Ensuite, je l'ai entraînée dans un café et l’ai fait boire chaud. Je l'ai embrassée sur le front en recoiffant ses cheveux avec un mouchoir. Est-ce ainsi que l'on tue quelqu'un ? Il faut tout revoir, refaire le parcours, ouvrir la porte vers la lumière… Et enfin savoir pourquoi elle est morte ! Marjorie Muches, M-M, aime, aime ! Elle voulait qu'on l'aime.

Je remonte la filière.

Marjorie n'a jamais connu l'amour. La pointe d’un sein sous le sweat blanc poussant la virginité à l’extrême. Des monts et des vallées que seul le vent pouvait caresser ou peut-être elle-même au fond de sa baignoire les jours d’extase. Elle vivait seule dans un appartement miteux qu'un de mes clients lui avait loué pour l'avoir sous la main. Une fille entretenue ? Non, même pas ! Une étudiante qu'un vieux avait logé puis laissée choir parce qu'elle n'était pas la muse de sa literie comme il l'avait souhaité. Trop sage ou trop pure, peut-être simplement niaise ? Un visage d’ange, on peut l’aimer sous les étoiles mais pas forcément dans un lit où l’on ne dort pas. Elle devait avoir la peau douce des novices qu’on a malmenées sans les conduire jusqu’au septième ciel et moi j’étais trop vieux pour déposer dans sa grotte les graines d’un retour à Lourdes sans train, ni voiture. Le pire, jusqu’à ce moment je ne me souvenais même pas d’elle, moi qui repérais un parfum de dame une heure après son passage.

Et quand je suis entré dans l'appartement de la suicidée qui s'était inspirée de la fille sur le pont sans doute, un film que j'ai vu avec Vanessa Paradis, j'ai frissonné en voyant ma photo sur le mur ! Des tas d'articles sur moi quand j'étais flic et après. Une collection ! Elle avait réuni tout ce qu'elle avait trouvé sur moi. Des photos qu'elle avait prises s'ajoutent. Et je me souviens des flashes qui m’avaient  aveuglé sans que je reconnaisse la photographe. Oui, la porte de son taudis est porte de la lumière. Une fille qui m'aimait et je ne le savais pas ! C'est curieux je n'ai pas l'habitude d'essuyer une larme pas très ronde qui s'accroche à mon œil de lynx…

C'est juste un geste amical pour une fille qui aurait pu être la mienne, c'est ainsi que j'avais déclenché une démarche érotomane, une réaction sentimentale, une peur de la vie sans l'autre. Il me reste le plus dur : pourquoi n'avait-elle rien dit ? Pourquoi avait-elle perdu espoir ? Je m’extasie devant sa photo, redessinant les contours et m’attardant sur ses yeux bleus , plongeant dans cette mer non polluée, dans ce ciel qui s’ouvre à vous sur la ligne du cœur ; tout ce désarroi qui se mêle à ce regard profond, si profond qu’il finit par exprimer le vide, l’attente de l’autre, la notion de moitié, la position incomplète du corps tout fin, tout lisse, tout jeune, qui s’y attache et qui appelle l’autre, le cherche en effeuillant son sourire triste, passionnément, à la folie ! Et la larme a coulé le long de son petit nez jusqu’à ses lèvres inutilement ourlées de rose que personne n’embrassait sauf pour argumenter une arrière-pensée de brute. Et ses épaules s’écroulaient sous ses longs cheveux d’or, écrasées par le découragement d’une jeunesse pas assez chouchoutée, pas assez…aimée. Et je l’ai ignorée.

En partant troublé, je viens de heurter la corbeille à papier et c'était là qu'il fallait regarder ! Une boule de papier s'est mise à rouler sur le sol. Je l'ai ramassé. Une page de journal me montrait enlacé avec mon ex-femme, une paillette dans le regard lui avait coupé l'espoir de sa folie. Je me rappelle maintenant quand elle m'avait parlé… Je lui avais dit que j'étais trop vieux pour elle. N'était-ce pas la vérité ? Cependant, j’avais pensé à moi, aux autres, mais à elle… Je l’ai oubliée. J'en ai assez de cette vie de fouille-poubelle. Je sors du bâtiment…

La montagne murmure même mon mystère maintenant mêlant mon menu marginal malgré maintes mues moulant ma mesure, mirobolante marche mixée m’enlevant multiple mégarde. Voilà tout un flot de mots en M, on peut faire n'importe quoi quand on aime. Même courir sous les étoiles pour trouver un interlocuteur muet. Enchanté de me trouver invité à parler aux étoiles, j'y vois un moyen de s'extérioriser sans froisser l’interlocuteur en constatant que son visage s’assombrit au fur et à mesure de la conversation. La brillance lumineuse conservée éclatante face à chacun de mes poèmes, si l'on peut appeler cela des poèmes, ne peut être qu'un encouragement à fabuler, à écrire encore, à exploser de la verve la plus débridée et à donner à chaque éclat une raison d'être, inefficacité non comparable, une fleur d'étincelles sur la voile du temps et une réplique muette mais lumineuse. Me voici donc prêt pour cette invitation au néant avec mes remerciements planétaires déployés à la lumière cosmique. Et tout cela ne mène à rien. Bien sûr. C’est la divagation de l’homme seul qui n’a pas cueilli la fleur qui s’ouvrait devant ses pas soi-disant par respect… Mais respect de quoi ? D’une morale étriquée instaurée par des hommes au nom d’une justice d’hommes et était-ce juste qu’elle meure sans connaître l’amour ?

Que fallait-il que je fasse ? Sortant de l’immeuble, j’ai vu un motard sur une Harley qui ronchonne en m’attendant. Il a démarré en trombe dès qu'il m'a vu et il a failli m'avoir ! J'ai un corps svelte malgré mes soixante ans,  j'ai dévié la moto et il a heurté une rambarde dans son élan. La moto s'est arrêtée en glissant au sol et lui a frappé le mur de son front sans se reculer. Rupture des cervicales ! Je n'ai pas le chirurgien sous la main. Responsable mais pas coupable ! Décidément cela me poursuit, je n'aurais plus qu'à tuer la mère, et tout rentrerait dans l'ordre ! C’est elle qui l’a lancé à mes trousses. Mais non, rien ne s'arrêterait, le mal étant en moi comme le ver est dans la pomme. Jusqu'où je vais ? Fuite sans fin puisque celui que je fuis, c'est moi ! À quel endroit pourrais-je me semer ou quand est-ce que je me rejoindrai ?

Pourquoi suis-je parti de l'auberge sans crier gare ? Pourquoi j'ai laissé mon frigo, mon bureau et gardé sa moto ? Un souvenir de mon assassin ! Mais c'est lui qui est mort ! Comme elle.

À cause de la fille sans doute. Elle portait une cigale en pendentif… C’est pour cela qu’elle chantonne encore dans ma tête sans arrêt et cela va sans doute vous faire rire mais j’ai bien pensé un moment entrer en elle, bousculer sa fine silhouette pour violer cette intimité inutilement dévastée par la faux de la Mort, un rêve impossible, n’est-ce pas ? J’y ai pensé trop tard… Mais c’est elle qui est entrée en moi. Je la sens en moi : elle m’occupe comme une entité diabolique qui m’empêche de l’oublier, au détriment des images de mon ex-épouse et ma fille dont les visages se mixent dans le sien couvert des ailes de la pluie…

 

 

Je me sentais téléguidé vers le vide, vers ailleurs…

Et c'est le lendemain que j'arrivais par hasard… Avec la Harley qui ronchonnait.

Juste là, sur le terrain vague…

 

(Voir aussi la nouvelle les propriétaires du néant)

Frank Zorra 2013

 


La rencontre de Danyel et de Frank  : Au seuil de l'inexplicable ! editions EmA


FUGI

Découseuil

Partager cet article
Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 23:56
Derrière des nouvelles d'Alphonse Allais, Denise Biondo présentait aussi des nouvelles d'auteurs moins connus mais primés dans les concours et notre président un peu vieilli présentait celle qui a gagné un prix à Sablet avant d'être incorporée dans Les fleurs du vide, recueil qui a gagné aussi un prix d'honneur pour son ensemble.
Voici le texte réécrit par l'auteur en dialogue pour la circonstance ; d'autres textes seront insérés dans cet article par la suite...

Au delà de l'hiver

 

d'après la nouvelle de Danyel Camoin prix d'honneur Académie de Provence

 

(Un vieux monsieur s'assoit face à une dame)

- Vous comprenez, 83 ans, c’est l’hiver permanent : une fin de vie ! Mais, depuis 40 ans une seule chose me tient à coeur : c'est le roman qui révèle mon épouse : elle est là, splendide, dans les pages, et justement, depuis que je vous ai rencontrée, je ne pense qu’à vous. Aujourd'hui, ce rendez-vous avec vous… Vous comprenez, c'est merveilleux, une éditrice qui s'intéresse à mon oeuvre… Non, je ne suis pas venu pour draguer, ce n'est plus de mon âge, j'ai l'impression d'ailleurs que mon âme est morte depuis qu'elle est partie, qu'elle l’a emportée.

- Mais cela fait plusieurs fois qu'on se voit maintenant nous sommes devenus de vieux amis.

- Vous êtes trop jeune et puis trop jolie pour être une vieille amie mais l'important c'est le livre : on va l’éditer ?

- Bien sûr, nous sommes là pour cela mais on peut parler… Parlez-moi d’elle…

- Vous avez raison, il y a si longtemps que je ne parlais qu'à mon chien et cela vous fera rire de savoir qu'il est en peluche.

Marinette, elle avait choisi ce prénom parce qu'elle n'aimait pas le sien. Mais dans le roman, elle s'appelle désormais ainsi. Elle a été fauchée un soir d'automne telle une marguerite sur une route par un chauffard inconscient alors qu'elle avait 42 ans. Quand elle était là, le lit m'emportait avec elle au-delà des nuages sur un souffle de zéphyr. Je perdais toute conscience de ce qui pouvait se passer autour : je découvrais son corps, elle découvrait mon âme : je ne pouvais la tromper qu'avec la solitude, c’est ma compagne muette depuis des années. N'ayant pas les moyens d'un compte d'auteur, ni les capacités d'une auto édition, j'ai traîné mon manuscrit devenu tapuscrit, de maison en maison, de bureau en bureau, revenant finalement, inévitablement, chuter devant son cadre et sa photo. Quelquefois, je mets le couvert comme si mon amour pouvait la ramener… Comme si elle était là ! Et peu à peu je me suis voûté sur ma canne, devant son portrait…

Vient enfin le moment où le soleil paraît différent et ses rayons ne se montrent plus dorés mais presque verts : un zeste de printemps inattendu au milieu de mon immense hiver.

Alors cela va se passer aujourd'hui, mais comment ?

- Vous me confiez le manuscrit et puis vous allez en parler avec un présentateur de télévision. L’interview lancera le bouquin. Éditer coûte cher et il faut prévoir un flot de ventes. Alors, allez vous préparer et montez ensuite sur le podium pour vous exprimer.

(Il se lève pour disparaître derrière le rideau noir et l’éditrice feuillette les pages)

(Un moment après, un présentateur entre et s'adresse à elle)

- Il n'y aura pas d'interview.

Madame, il est tombé en arrivant sur le podium. L’émotion : son cœur a lâché. C'est fini.

 

Le vieil homme    Danyel Camoin

L’éditrice             Geneviève Casaburi

Le présentateur   Michel Isard

 

au delà 2au-delà 3au-delà de l'hiveraudelà 5au delà 6

------------------------------------------------------------------------
L'inconnu 

d'après la nouvelle de Joëlle Foin
récompensée au concours Donnez des nouvelles de Provence 2014

(vers le public)

Il était là-haut, assis sur une petite butte. Seul. Loin des sentiers de marche et de footing.

Ả quelques mètres de lui, en contrebas, sur un petit chemin de terre, j’avançais d’un pas que je voulais tonique. Seule, moi aussi. Avais-je envie de me rapprocher de lui, oui ou non ? Je me suis dit oui et j’y suis allée. Je souriais…

 

(Vers l’inconnu mais sans tourner le dos au public)

-Bonjour ! Vous devez être surpris de ma venue…

-Mais non, pas du tout.

(Elle s’assied. Un parapluie git dans l’herbe…)

-Aujourd’hui je suis en manque de paroles, de paroles à dire et à recevoir.

-Vous avez remarqué la couleur du ciel ? Le temps…

On a annoncé la pluie !

Vous connaissez le lieu nommé « le Bocage » ? C’est cet espace boisé au cœur du village qui accueille chaque jour des hommes et des femmes soucieux de leur ligne ou de leur santé.

Je suis venu d’Allauch par un raccourci. Je marche tous les jours.

Je vais aussi souvent à Marseille sur le Vieux-Port ou au Parc Borely »

-Je suis surprise de voir combien les mots coulent entre nous simplement pour commenter les actes du quotidien. Moi qui étais venue avec mes interrogations et mon désir de parler, voilà que je suis à votre écoute et que je vous envie ce côté humble, un peu sage. Il me fait du bien.

(Elle l’observe…)

-Je suis marié, ma femme prépare le repas de midi ; elle n’aime pas sortir. Elle préfère la télé.

-Moi, personne ne prépare mon repas d’ailleurs, en ce moment, je perds l’appétit.

-Vous vivez seule ?

-Seule.

(Ils parlent lentement, en respectant des temps de pauses, un peu comme des respirations.)

-J’ai connu la solitude avant mon mariage.

C’était dur, on n’est pas fait pour vivre seul.

 

-On dirait que vous lisez dans mes pensées.

Et j’empiète peut-être sur votre temps de loisir ; mais égoïstement, je n’ai aucune envie de partir.

 

(Il sort un paquet de cigarettes de la poche de sa veste et lui en propose une)

-Est-ce que la fumée vous dérange ?

(Elle hoche la tête)

Je n’en fume que dix par jour, c’est dur de s’arrêter. 

-Quelle heure est-il ?

-11 h 15. Il ne me faut que vingt minutes pour rentrer chez moi. Souvent posté ici, j’ai repéré les sportifs fidèles, les acharnés… Les habitués.

(Suit un instant de silence…)

-L’heure avance, il me faut tout de même vous quitter… Mon inconnu.  

(Ils se lèvent en même temps et se saluent sans se serrer la main)

- Au revoir !

- Bon appétit !

 

(Elle se tourne et vient lentement vers le public puis dit :)

Mon pas était sans doute plus léger qu’à l’aller. J’étais contente de moi. Je m’étais donnée du plaisir : celui d’être allée vers quelqu’un que je ne connaissais pas. De lui avoir parlé. Un peu. Et d’avoir entendu des mots nouveaux, des mots pleins de douceur.

Je ne l’ai jamais revu.

 

 

Elle : Joëlle Foin

L’inconnu : Jean-Claude Colay

 

inconnu2l'inconnuP3080041.jpgP3080042.jpgP3080040.jpg

---------------------------------------------------------------------------------------------

Notre Fanette

 

d'après Le festin de Fanette d'Henri Mahé

Grand prix de la ville 2013 inspiration libre en Provence

Trois personnages (texte en gros caractères posé sur la table devant fanette)

Le président (vers le public)

- C’est sûr, je m’en souviendrai longtemps, de ce repas corse !  Président de la société nautique j’adorais notre joyeux banquet d’agapes que Fanette, notre cantinière, concluait avec apothéose en nous servant SA spécialité : les fameuses nicci, ces crêpes corses à la farine de châtaigne, cuites aux fers, auxquelles quelque ingrédient secret donnait un inimitable goût sauvage du maquis. Mais alors là, alors là… Je ne la reconnais plus, la Fanette effondrée sur sa chaise. Sans doute à cause de la disparition de ce sacré foutu de Baptiste, là-bas sur l’île natale, une quinzaine de jours plus tôt…

(Il se tourne vers Henri qui arrive près de la table où est Fanette)

- Ah ! Tu tombes bien, toi ! Toi qui es diplomate, parle lui un peu, à la Fanette… Elle est inconsolable ! 

(Henri s’adresse à Fanette assise)

- Eh bien Fanette ! Qu’est-ce qu’il t’arrive, que je ne t’ai jamais vue comme ça ! 

(Fanette en reniflant dans un mouchoir)

- Oh, pauvre de Diou ! Me voila bien punie de n’avoir pas été aux obsèques de mon père. C’est qu’il me frappe encore ! C’est la malédiction du Papet ! Je ne peux plus rester ici, devant vous tous. Je dois partir, retourner là-bas, je vais devenir une des veuves noires de l’île !

 

(Président vers Henri)

- Mais, qu’est-ce qu’on lui a fait boire, à la Fanette ? Est-ce cette brise du sud chargée de la poussière du Sahara, qui nous rend tous aliénés d’un mal mystérieux ?

(Henri vers Fanette)

- Allons Fanette ! Reprends-toi un peu, dis : qu’est-ce que tu me déparles ? Tu n’es pas tombée sur la tête ? Tu as mal quelque part ? Allons Fanette, ce n’est pas bien de dire des choses comme ça à tout le monde ! Allez, zou ! Parle-nous un peu sérieusement ! 

(Fanette (voix forte)vers le public)

- Ah, Mon Dieu ! C’est Clara qui vient de me téléphoner. Tu sais que tous les ans, elle m’envoie un colis, avec tout ce qu’il faut de bon pour cuisiner le repas corse. Elle m’a demandé si je l’avais bien reçu à temps, et, dans la confusion de la mort du Papet, elle s’est excusée d’avoir oublié d’y mettre la pisticcina, la farine de châtaigne pour les nicci

 

(Henri à demi vers le public)

- Allons, Fanette ! Paix à son âme, au Papet ! Mais que tu n’ais pas eu la farine de châtaigne pour les nicci, ce n’est pas si grave, tu sais : elles étaient excellentes, et ça ne vaut pas la peine de se mettre dans des états pareils ! 

 

(Fanette en triturant la serviette en papier)

- Ah, tu sais, le Papet, il m’avait chassée. Mais c’était quand même mon père ! Alors, j’avais quand même de la peine, j’étais comme qui dirait un peu confuse, tu comprends, et avec tout ce travail de cuisine, alors, moi, dans cette jolie boîte, j’ai pensé que c’était la farine de châtaigne. Et, quand Clara m’a demandé si j’avais bien reçu le reliquaire avec les cendres du Baptiste, l’air m’a manqué ! Et voilà que je meurs de honte devant vous tous…

 

(Le président en remuant les bras)

- Ah ! Je comprends ! 

( avançant vers le public)

Il a été bien puni de sa méchanceté… Et voilà qu’avec les nicci, elle nous a servi le Papet !

Elle nous a fait manger le Baptiste… !

 

Fanette : Béatrice Saussol

Henri : Henri Mahé

Le président : Danyel Camoin

 

fanettefanette 2P3080076.jpgP3080081.jpgP3080082.jpg

 

 

Notre rubrique : la toile des étoiles permet de retrouver les nouvelles qui ont été interprétés en petite scène par l'équipe de Provence -poésie voir les autres articles de cette rubrique.

Vous pouvez trouver toutes les photos en grand formats dans nos albums sélectionnés colonne de droite du blog.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PP éditions
  • : Présentation de nouvelles, poèmes et livres de Provence-Poésie avec ses auteurs attitrés : Denise BIONDO, Frank ZORRA, Danyel CAMOIN, Emile MIHIERE, Joëlle SOLARI... Infos sur les lectures-spectacles et les autres activités avec collège ou maison de retraite...
  • Contact

Recherche

Liens